Environ 145 000 boîtes de bleuets enrobés de chocolat sont produites chaque été à la Chocolaterie des Pères trappistes.

Déjà 50 000 boîtes de bleuets enrobés de chocolat noir vendues

Environ 50 000 boîtes de bleuets enrobés de chocolat noir de la Chocolaterie des Pères trappistes de Dolbeau-Mistassini ont été fabriquées et vendues depuis le début de la saison. Bon an, mal an, 145 000 boîtes sont produites, et ce, malgré la récolte de bleuets qui dicte le rythme de production. Cette année, un retard de mûrissement d’un peu plus d’une semaine du petit fruit emblématique a été observé.

« Avec les bleuets, on décide de pas grand-chose. Dans la vie, on veut aller vite et on en veut plus, plus, plus. Les bleuets nous rappellent que l’on ne contrôle pas. On se ramène au moment présent », explique, avec un sourire dans la voix, le directeur général de la Chocolaterie des Pères trappistes, Dominique Genest. Celui-ci avoue que l’actuelle saison a permis à l’équipe d’exercer sa patience.

Les clients ont accès à une partie de la quarantaine de produits à la boutique du site situé entre Dolbeau-Mistassini et Saint-Eugène-d’Argentenay.

Et même si la saison des bleuets a débuté avec un retard de près d’une dizaine de jours, M. Genest souligne qu’elle ne se terminera pas plus tard. Heureusement, les ventes de boîtes de bleuets enrobés de chocolat noir sont significatives et permettent, en quelque sorte, de rattraper les quelques jours de retard.

L’actuelle saison touristique a des allures de celles des dernières années. Le directeur général, Dominique Genest, a bon espoir de rejoindre la cap des 20 000 visiteurs. Le record quotidien a d’ailleurs été relevé au cours des derniers jours, alors que 580 personnes ont franchi les portes de la boutique.

Le public a accàs à des panneaux d’interprétation, à une vidéo explicative ainsi qu’à une vue sur l’espace de production.

Les journées moins ensoleillées et pluvieuses sont des journées favorables au tourisme à la Chocolaterie des Pères trappistes, qui accueille autant les familles, les camps de jour que les groupes. Un phénomène que Le Progrès a constaté, jeudi, alors que la pluie n’a pas empêché de nombreux visiteurs de profiter du site. Plusieurs touristes ont eu l’occasion de s’entretenir, à la boutique, avec le Père Augustin, un membre de l’équipe fort apprécié.

Un circuit thématique composé de panneaux d’interprétation permet aux participants de répondre à quelques questions dans un objectif fort gourmand. Une personne à la dent sucrée remportera, à la fin de la saison estivale, une montagne de chocolat, soit tous les différents produits de la Chocolaterie des Pères trappistes.

Projet économusée

L’entreprise semi-artisanale travaille à augmenter son offre et son potentiel touristique. Un projet d’économusée est d’ailleurs sur la table. Le nouveau développement permettrait d’offrir plus d’espace, d’ajouter des activités de dégustation et de fabrication en plus d’offrir une plus grande visibilité à l’usine. Dominique Genest, qui planifie déjà la production de Pâques, confirme qu’une décision devrait être prise d’ici l’automne.