Le quai de Grande-Anse doit être agrandi pour accommoder les grands projets industriels.

Début des consultations pour le projet d’expansion du quai de Grande-Anse

L’administration portuaire de Saguenay commence les consultations en prévision de l’expansion du quai Marcel-Dionne, à Grande-Anse, découlant de l’augmentation du trafic maritime relié aux grands projets industriels.

Au mois d’août, Port de Saguenay a présenté son plan de réalisation de l’étude d’impact qui devra être déposée auprès des autorités réglementaires canadiennes.

L’objectif du projet vise l’amélioration des infrastructures du quai actuel afin de recevoir différents types de navires attendus avec la réalisation des grands projets industriels.

Une section « lift-on-lift-off » (LO-LO) construite en longueur sur le sens parallèle des navires, d’un maximum de 25 000 tonnes de port en lourd (TPL), permettra le chargement et le déchargement de grandes pièces à l’aide de grues. La longueur de cette section variera entre 155 et 170 mètres linéaires.

Une autre section de quai d’environ 150 par 50 mètres, désignée comme étant la partie RO-RO (Roll-on, Roll-off), permettra de recevoir et d’expédier des charges roulantes. Les navires ciblés d’une capacité de 25 000 TPL, accosteront de façon perpendiculaire au futur quai. Les cargaisons transportées seront chargées et déchargées avec une rampe d’accès permettant de faire rouler des véhicules ou d’autres types de modules, un mode de chargement/déchargement actuellement inexistant au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En prévision de l’implantation d’un nouveau service de remorqueurs nécessaires pour augmenter la sécurité des accostages et des amarrages, Port de Saguenay souhaite aménager une section dédiée à l’amarrage de ce type de bateaux.

Sur une base annuelle, dans un horizon de cinq ans, le port prévoit utiliser les nouvelles installations en moyenne de 10 à 15 fois par année pour divers clients sur des transits d’environ 12 heures. Le nombre maximum prévisible de navires qui l’utiliseraient serait d’environ 60 par année.

Lors de la construction, il est prévu que certains travaux de dragage du fond marin et du socle rocheux en rivage puissent être réalisés. L’option de quai avec mur combiné est la plus probable. Si cette dernière option est retenue, cela implique des activités de construction particulières comme le dragage et le forage du fond marin, l’installation de pieux d’acier et de palplanches ainsi que le remblai et le pavage de la surface derrière le mur combiné.

Le calendrier de réalisation prévoit qu’après le dépôt de l’étude d’impact environnemental, cet automne, et l’évaluation environnementale prévue au printemps et à l’automne 2020, les travaux de construction pourraient débuter au printemps 2021 et à l’été 2022.