Les frères Maxence Raymond et Bénédict Morin ont acheté le Café Summum de La Baie il y a huit ans. Aujourd’hui, ils se préparent à ouvrir leur succursale de Chicoutimi.

De six à 100 employés en huit ans

Les frères Bénédict Morin et Maxence Raymond se sont lancés en restauration il y a huit ans. Ils étaient six employés lorsque les deux frères ont fait l’acquisition du Café Summum de La Baie. Aujourd’hui, le duo emploie 45 personnes à sa succursale baieriveraine de la rue Victoria et se prépare à en embaucher 55 autres pour son nouveau restaurant de la rue Racine de Chicoutimi, qui ouvrira au printemps.

Bénédict Morin et son frère Maxence Raymond caressaient le rêve de mener à bien un projet commun. Bénédict avait 22 ans lorsqu’ils ont pris la décision d’acheter le Café Summum de La Baie. «Il y avait trois succursales du Summum, soit à La Baie, à Chicoutimi-Nord et à Jonquière. Celui de La Baie a été mis en vente et nous avons fait le saut. Nous avions le projet de le transformer en bistro, mais nous ne voulions pas nous endetter jusqu’au cou, alors on y est allé tranquillement», a expliqué Bénédict Morin, lorsque rencontré après l’heure du diner, dans le restaurant de La Baie. Soulignons que les deux autres Café Summum, qui n’ont pas été achetés par le duo, ont fermé leurs portes il y a quelques années. 

«Nous étions six employés au début. C’était très petit! Il y avait de la tapisserie et des fleurs en plastique partout. On a commencé tranquillement. On avait plein de projets, mais on ne voulait pas aller trop vite. Nous espérions offrir des spectacles et nous avons commencé avec le Jazz et Blues. Aujourd’hui, nous avons une programmation nationale. Disons qu’on a connu une très belle ascension en huit ans», souligne Bénédict Morin, fier de ce qu’est devenu le restaurant, qui propose une ambiance et un menu de style bistro. Son frère, Maxence, est le chef exécutif du restaurant, alors que Bénédict se charge davantage de la gestion. 

Des avantages alléchants

Alors que le restaurant de la rue Victoria roule comme sur des roulettes, les propriétaires se préparent à ouvrir leur deuxième succursale, qui aura pignon sur rue dans le bas de la Racine. La période d’embauche bat actuellement son plein. Et les avantages y sont alléchants. En effet, les propriétaires proposent de payer les études du personnel-cadre qui se joindra à l’équipe du Summum. 

«Nous cherchons à relever le défi de la rétention et de la pénurie de main-d’oeuvre autrement. Nous avons commencé ça à La Baie, en offrant de payer les études de nos cuisiniers et nos gérants, par exemple. Évidemment, il faut que ce soit dans un domaine connexe, on ne paye pas des études simplement pour payer des études. Par exemple, nous avons payé des DEP à deux de nos cuisiniers et un cours universitaire en sciences humaines à une de nos cadres. Ce sera la même chose à Chicoutimi. C’est un moyen aussi de réduire l’écart salarial entre les serveurs et les gérants, qui est assez grand. Les gérants ne gagnent pas d’énorme salaire alors si on peut leur donner ce genre d’avantages, c’est intéressant», explique Bénédict Morin. Cette stratégie rencontre bien des échos, puisque la direction du Summum a reçu de nombreux curriculum vitae très intéressants. 

La succursale de Chicoutimi devrait être prête à ouvrir en mars prochain et Bénédict Morin est confiant que la clientèle sera au rendez-vous. Les deux frères craignent-ils que le restaurant de La Baie soit délaissé?

«Non, puisque nous offrirons des expériences culinaires et géographiques différentes. Nos menus ne seront pas les mêmes et les gens qui aiment venir à La Baie pour profiter du bord de l’eau continueront d’y venir. À Chicoutimi, on espère dynamiser un peu le bas de la Racine. Nos menus seront renouvelés quatre fois par année à Chicoutimi, au rythme des saisons et nous proposerons également des spectacles, comme Dumas qui viendra en avril, notamment», a précisé le copropriétaire. 

Les frères ont encore des projets plein la tête, mais qu’ils préfèrent garder pour eux pour le moment. Soulignons qu’une troisième succursale, par contre, ne figure pas sur la liste de leurs idées. «On va se concentrer sur nos bistros de La Baie et de Chicoutimi!», a lancé Bénédict Morin. 

En chiffres

  • Année d’ouverture : 2010
  • Nombre d’employés à La Baie : 45
  • Nombre d’employés bientôt à Chicoutimi : 55