Lors de la séance du conseil de lundi, la mairesse Josée Néron a mentionné qu’en dépit des modifications apportées à la loi 122, Saguenay poursuivrait sa politique habituelle d’octroi des contrats.

De bons montants pour des entreprises

Saguenay a procédé au dévoilement, lundi, de la liste des contrats de plus de 2000 $ qu’elle a accordés, au cours de l’exercice 2017, à de nombreux fournisseurs de biens et services, comme l’oblige la loi. Le document, qui tient compte seulement des entreprises dont l’ensemble des contrats a totalisé plus de 25 000 $ au cours de l’année, révèle que plusieurs d’entre elles ont obtenu de bons montants, entre autres dans le secteur de la construction.

Au premier rang figure Construction Technipro qui a décroché 9 M$ en contrats en raison de deux projets majeurs, soit le réaménagement de la bibliothèque d’Arvida et la construction de la caserne de pompiers de Chicoutimi-Nord. Le second rang est occupé par Services Matrec (8,5 M$), principalement pour l’élimination des déchets solides et la cueillette des matières résiduelles. Claveau et fils tire bien son épingle du jeu avec des contrats totalisant 7,6 M$ pour la réfection de rues et de postes de pompage, le réaménagement de stationnements et des travaux d’excavation divers.

Elle devance la firme Inter-Cité construction, qui a décroché pour 6,7 M $ en contrats pour la réfection de pavage et des travaux de déneigement. 

Suivent dans l’ordre Pavex (4,8 M$), Excavation LMR (3,1 M$) ainsi que Paul Pedneault inc. (3 M$).

Professionnels

La liste déposée comprend également les noms des firmes de professionnels dont la plupart des contrats se situent sous le seuil des 25 000 $. 

La firme Cain Lamarre cumule en 2017 des honoraires de 385 741 $ pour son implication dans plusieurs litiges, dont ceux concernant Terrassement St-Louis.

Chez Gauthier, Bédard, où est associé Me Pierre Mazurette, les honoraires défrayés totalisent 257 978 $, une grande partie étant imputable à l’affaire du terrain acquis par Jacques Fortin et Hélène Girard (116 000 $). 

Chez les architectes, Éric Painchaud a obtenu des honoraires totalisant 164 869 $, tandis que Léo Lapointe s’en tire avec un cumulatif de 57 167 $, suivi des Architectes associés avec 44 418 $.

Partis politiques

Les contribuables de Saguenay ont également dû assumer les dépenses pour les partis politiques municipaux. 

Le Parti des citoyens de Saguenay s’est vu verser une somme de 93 593 $, dont une bonne partie a été versée à la firme Fédercom dans laquelle est impliqué le communicateur et ex-éditorialiste du Quotidien, Carol Néron, pour le soutien, le support et la formation des conseillers de cette formation politique (22 900 $), tandis que l’ex-éditorialiste Richard Banford a reçu près de 20 000 $.

L’Équipe du renouveau démocratique (ERD) a obtenu des allocations de Saguenay cumulant 64 404 $.

Lors de la séance du conseil de lundi, la mairesse Josée Néron a mentionné qu’en dépit des modifications apportées à la loi 122, Saguenay poursuivrait sa politique habituelle d’octroi des contrats.