Wilfried Feybesse et Alexandra Pelletier sont fiers du résultat des travaux à La Parizza.

Dans l'antre de La Parizza

La petite Parizza de la rue Racine, à Chicoutimi, a bien grandi depuis son ouverture il y a six ans. Ses propriétaires, Wilfried Feybesse et Alexandra Pelletier, invitent les gourmands à découvrir l’un des trésors cachés de la Racine. Le restaurant propose maintenant une grande salle à manger pour le souper, un comptoir-lunch et bientôt une terrasse sur le toit, avec vue sur le Saguenay.

C’est en arrivant au Saguenay que le chef pizzaiolo Wilfried Feybesse, qui est Français d’origine, avait décidé de se lancer en affaires. Sa petite pizzéria état alors bien modeste. Quelques places assises et un comptoir pour emporter proposaient alors une cinquantaine de variétés de pizzas, pour la plupart d’inspiration française.

Outre les pizzas, les clients peuvent se procurer charcuteries, fromages, vins et bières en importation privée pour emporter. Il suffit de manger un plat pour avoir accès au cellier de La Parizza.

« Nous n’avions pas de permis d’alcool, un seul employé, et je faisais la vaisselle dans un évier de garage ! Disons que j’ai eu à me défaire de l’image d’une binerie, mais, au fil des années, nous avons beaucoup évolué », raconte Wilfried Feybesse, lorsque rencontré cette semaine dans le nouveau décor de La Parizza. Un décor qui détone avec ce que l’établissement offrait à son ouverture, en 2013.

Le client pénètre tout d’abord au comptoir-lunch, baptisé Le Panier. Mais c’est en avançant un peu plus loin dans le bâtiment qu’on constate l’ampleur de l’investissement et du travail fait à La Parizza. En tout, on parle d’un investissement d’environ 750 000 $, une fois que l’aménagement de la terrasse située sur le toit sera complété.

Auparavant, l’espace du restaurant était occupé par un appartement, dans lesquel a vécu le chef pizzaiolo. La fenestration a entièrement été repensée, afin d’offrir une vue sur la zone portuaire de Chicoutimi et sur le Saguenay. L’espace a été créé pour accueillir environ 90 personnes.

Auparavant, l’espace du restaurant était occupé par un appartement, dans lequel a vécu le chef pizzaiolo. La fenestration a entièrement été repensée, afin d’offrir une vue sur le Vieux-Port de Chicoutimi et sur le Saguenay. L’espace a été créé pour accueillir environ 90 personnes. Notons que le restaurant est uniquement ouvert sur l’heure du souper, du mardi au samedi. Le Panier, lui, est ouvert tous les jours de la semaine, et la terrasse devrait accueillir ses premiers clients autour du mois de juillet.

« Nous voulions vraiment offrir trois expériences différentes, un complexe bouffe et plaisir. L’expérience du restaurant avec service aux tables est vraiment spécifique en soirée, alors que Le Panier et la terrasse seront plus du style convivial. Sur la terrasse, nous allons aménager des banquettes, des sofas, un bar et des tables de ping-pong. Les gens vont pouvoir commander leur lunch en bas, au comptoir, et aller le consommer sur la terrasse », explique Wilfried Feybesse.

Auparavant, l’espace du restaurant était occupé par un appartement, dans lesquel a vécu le chef pizzaiolo. La fenestration a entièrement été repensée, afin d’offrir une vue sur la zone portuaire de Chicoutimi et sur le Saguenay. L’espace a été créé pour accueillir environ 90 personnes.

Au niveau du restaurant, un imposant cellier de vins et de bières artisanales a été aménagé. Aussi, un four à pizza, d’une valeur de 50 000 $, a été installé à la vue des clients. « On s’est offert la Cadillac des fours à pizza ! », souligne le restaurateur de 32 ans.

Pour le pizzaiolo, l’identité de base du commerce, c’est-à-dire les repas offerts sur le pouce, devait être conservée, tout en offrant une nouvelle expérience.

Le choix des couleurs et des matériaux offre un décor qui détonne avec l’ancien restaurant.

Outre les pizzas, les clients peuvent se procurer charcuteries, fromages, vins et bières en importation privée pour emporter. Il suffit de manger un plat pour avoir accès au cellier de La Parizza. La petite terrasse sur la rue Racine sera également ouverte durant la période estivale. Deux salles de réception, La Piaule et La Planque, devraient également être mises à la disposition des clients pour le temps des Fêtes.

Après sept semaines de travaux intensifs, le restaurant a ouvert ses portes il y a une dizaine de jours.

Les clients pourront manger en regardant cuire les pizzas, dans un four acheté spécialement pour l’occasion.

+

DES CLIENTS, MAIS PAS D'EMPLOYÉS

La pénurie de main-d’oeuvre n’épargne pas La Parizza. «C’est décourageant, car on investit, ça va bien et nous ne manquons pas de clients, mais on manque d’employés», souligne Wilfried Feybesse. La semaine dernière, une journée d’embauche était organisée dans le but de pourvoir de nombreux postes. Une seule personne s’est présentée. 

«Nous cherchons de tout. Des plongeurs, des serveurs, des hôtesses, des cuisiniers; tout! Et nous avons de bonnes conditions de travail. On ne pensait pas avoir une file lors de notre journée d’embauche, mais on espérait plus qu’une personne. C’est vraiment ouvert à tous: des retraités, des gens avec ou sans expérience, des étudiants», souligne le restaurateur, qui se croise les doigts pour embaucher en vue de la période plus achalandée qui s’annonce avec la réouverture et l’arrivée du beau temps.