Avec certaines mesures de sécurité, les opérations forestières peuvent se poursuivre malgré la pandémie de COVID-19.
Avec certaines mesures de sécurité, les opérations forestières peuvent se poursuivre malgré la pandémie de COVID-19.

Coup de pouce à l’industrie forestière

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) vient en aide à l’industrie forestière, en cette période d’incertitude économique. Deux mesures ont été annoncées concernant les travaux sylvicoles et la tarification des volumes récoltés. Dans les deux cas, elles permettront de poursuivre les opérations dans un milieu sécuritaire tout en donnant un peu d’air aux entreprises.

Le MFFP a fait part de ces mesures, mardi, par le truchement d’un communiqué de presse. La première vise d’abord à permettre la poursuite des travaux sylvicoles malgré les mesures restrictives de distanciation sociale. Elle vise à mettre en place des initiatives pour limiter les impacts des coûts supplémentaires entraînés par les déplacements et l’hébergement des travailleurs.

« Nous sommes d’avis que le secteur forestier saura, à l’image de l’ensemble de la population québécoise, se relever rapidement des dernières semaines qui ont été difficiles à tous les points de vue, a partagé dans la missive le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour. Il ne fait aucun doute à mon esprit que les mesures mises en place auront un effet positif sur les entreprises, mais aussi sur les travailleurs qui en sont le coeur et l’âme. Depuis le jour un, nous promettons d’accompagner l’industrie. Aujourd’hui, nous passons de la parole aux actes. »

Le Bureau de mise en marché des bois a d’ailleurs amorcé une évaluation des coûts additionnels causés par les mesures de distanciation des travailleurs. Les grilles de taux pour l’année 2020-2021 des travaux sylvicoles seront ainsi bonifiées.

De plus, le ministre Dufour reporte en septembre la facturation des volumes de bois récoltés dans les forêts publiques au cours du mois de mars et des mois suivants. La facturation sera ensuite étalée sur le reste de la période 2020-2021. On indique que les montants en jeu représentent environ 60 millions $, selon le taux de récolte des entreprises.

Malgré certaines mesures de sécurité, les opérations forestières peuvent se poursuivre dans les forêts du Québec.