Couillard n’a jamais donné d’autorisation

Le premier ministre du Québec assure à nouveau que le conseil des ministres, lui-même, ou les ministres de son gouvernement n’ont jamais autorisé de soustraire à l’exploitation forestière les zones qui font l’objet d’une consultation auprès des industriels par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC).

Le premier ministre et ministre responsable de la région, Philippe Couillard, répondait ainsi aux informations publiées par Le Quotidien dans notre édition de jeudi. Les détenteurs de garanties d’approvisionnement ont été informés que le MDDELCC menait une consultation sur 3000 kilomètres carrés de forêt sous aménagement et qu’en conséquence, ils devaient suspendre la planification de coupe, ainsi que la récolte dans ces zones.

«Les gens peuvent mener des consultations. Ce n’est pas parce que l’on mène des consultations que les décisions sont prises. Il n’y a aucune aire protégée qui a été autorisée. C’est le conseil des ministres qui prend la décision», a insisté à plusieurs reprises, lors d’une conversation téléphonique ,le premier ministre, qui dit répéter la même réponse depuis toujours.

En clair, Philippe Couillard informe les détenteurs de garanties d’approvisionnement qu’ils n’ont pas à tenir compte de directives verbales ou autres de fonctionnaires quant à l’arrêt de la récolte dans les zones en consultation. Les entreprises peuvent récolter et planifier pour ces secteurs dans la région.

Le premier ministre affirme très bien comprendre la situation des entreprises comme la Scierie Girard, Lignarex ou la Scierie Lac-Saint-Jean, qui risquent de connaître des problèmes d’approvisionnement avec les consignes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Il a assuré qu’un suivi sera réalisé auprès des ministères en cause afin de bien identifier les problématiques pour apporter des correctifs.

Interrogé à savoir si les détenteurs de garanties d’approvisionnement devaient ignorer les consignes sur l’interdiction des coupes et la fin de la planification pour les zones soumises à la consultation, Philippe Couillard est demeuré formel. Son gouvernement n’a pris aucune décision autorisant de telles directives ou mesures de protection. Il s’agit d’une consultation et rien n’est décidé.

«Les décisions sont prises par le conseil des ministres. Lorsque les analyses vont confirmer qu’un emploi est menacé, le gouvernement va protéger l’emploi. C’est le même engagement pour les aires protégées que le caribou», a ajouté le premier ministre.

Philippe Couillard rappelle qu’il est député dans une circonscription où l’industrie forestière est importante, et il prend très au sérieux les enjeux économiques associés aux garanties d’approvisionnement. Il reconnaît que la mise sous protection administrative de 34 000 kilomètres carrés (3,4 millions d’hectares) pour le caribou aura inévitablement un impact sur l’industrie, mais assure que le gouvernement n’a pris aucune décision finale en ce sens et que la protection des emplois va guider cette décision. 

«Ce sont des gens des régions et des gens comme la scierie Girard qui m’envoient à l’Assemblée nationale et j’en suis conscient», a repris le premier ministre. 

Plus de détails à venir.