Ce sont près de 51 travailleurs qui bénificieront de la formation liée à la modernisation de la ligne de sciage.

Coopérative forestière de Petit Paris- Investissements de 305 000 $ pour la formation

En pleine modernisation de sa principale ligne de sciage depuis 2017, la coopérative forestière de Petit Paris de Saint-Ludger-de-Milot reçoit une aide financière de 305 000 $ de la part du gouvernement du Québec. Ce montant s’inscrit dans un projet de formation totalisant des investissements de 650 000 $ par l’entreprise qui toucheront 51 employés.

L’aide financière est accordée dans le cadre de la Mesure de formation de la main-d’œuvre (volet entreprises) du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec et vise à parfaire l’acquisition de compétences et de connaissances auprès des travailleurs à la suite de la modernisation de la ligne de production. C’est en avril 2017 que la coopérative de travailleurs située à Saint-Ludger-de-Milot avait investi 7,6 millions de dollars (et obtenu un soutien financier de 5,5 millions de la part du palier provincial) afin de diversifier sa production et assurer sa pérennité. L’entreprise, qui se spécialise en sciage-rabotage et œuvre dans le secteur de l’aménagement forestier, de la récolte ainsi que de la transformation de biomasse forestière, avait aussi misé à l’époque sur une bouilloire alimentée à la biomasse. Ce sont près de 100 travailleurs qui sont à l’œuvre dans le complexe d’usines situées au nord-est de Péribonka. 51 d’entre eux sont directement touchés par le projet de formation. 

« Une des solutions pour relever les défis de rareté de main-d’œuvre auxquels toutes les régions font face est de nous assurer que la formation réponde aux besoins des entreprises et des travailleuses et travailleurs. L’industrie forestière est un secteur important pour l’économie québécoise, et particulièrement pour celle de ma région » a tenu à préciser le premier ministre et député de Roberval Philippe Couillard, aussi ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et député de Roberval.  

Cet appui s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023, dévoilée le 22 mai dernier.