Jeannot Harvey, président de Cegerco

Construction Défense Canada et Cegerco de retour devant le tribunal

Les problèmes de conception de contreventement touchant le nouvel immeuble du transport et du génie électrique et mécanique (TGEM) de la Base de Bagotville continuent de nuire aux relations entre l’entrepreneur Cegerco et Construction Défense Canada (CDC).

Les deux parties se sont présentées au Palais de justice de Chicoutimi, devant la juge Danye Daigle, afin de demander au tribunal si l’entente intervenue le 8 mars dernier et homologuée par le juge Martin Dallaire, de la Cour supérieure, constitue une transaction, et qu’à ce titre elle soit respectée.

En vertu de cette entente, CDC s’engageait à émettre une directive par laquelle elle demandait de remettre les contreventements selon la conception originale d’Alma Soudure et de ne plus tenir compte d’instructions données ultérieurement par SNC-Lavalin en ce qui a trait à la pose de raidisseurs et de plaques de renfort de la structure d’acier qui, aujourd’hui, est pratiquement complétée.

Selon l’avocate de Cegerco, Me Estelle Tremblay, en dépit de l’entente du 8 mars, CDC a continué d’émettre des directives touchant les contreventements. « CDC a eu de la difficulté à émettre les directives de changement dont on avait convenu dans le cadre de l’entente alors que nous estimons que la situation touchant les contreventements est réglée. »

Le débat juridique très technique et complexe a mis en lumière les échanges de courriels entre les représentants de l’entrepreneur et CDC.

Selon le président de Cegerco, Jeannot Harvey, le débat juridique actuel implique plusieurs de millions de dollars.

Rappelons que l’érection de la structure d’acier du bâtiment était complétée à 98 % en juillet 2018 lorsque des instructions ont été émises par SNC-Lavalin, à titre de surveillant de chantier, pour l’ajout de renforts aux assemblages des contreventements verticaux.

Les instructions ont obligé Cegerco à interrompre les travaux d’architecture, mécaniques et électriques dans les secteurs justifiant les interventions.