Les soeurs Marilyn Lavoie et Krystal Lavoie ont fondé la gamme de chaussures de luxe Angela Mitchell, du nom de naissance de leur mère.

Chaussures à leurs pieds

Envisageriez-vous la possibilité de débourser des centaines, voire des milliers de dollars pour posséder des chaussures italiennes haut de gamme ornées d’un cristal derrière chaque talon ? Si oui, vous dévorerez des yeux les collections de la gamme Angela Mitchell. Et si la perspective de délier les cordons de votre bourse pour encourager l’entreprise de deux Saguenéennes d’origine vous chante, voici votre chance.

Angela Mitchell, c’est l’oeuvre de Krystal et Marilyn Lavoie, deux soeurs natives de La Baie qui ont grandi à Chicoutimi. Elles ont quitté la région il y a une douzaine d’années, mais leur père habite toujours au Saguenay. Les jeunes femmes, âgées de 29 et 30 ans, ont lancé leur entreprise il y a deux ans avec des idées plein la tête et de l’ambition à profusion.

Il faut dire qu’une bonne dose d’audace est requise lorsque l’on envisage de conquérir l’univers de la mode, tous azimuts, en n’offrant rien de moins qu’un produit de niche fabriqué dans le fief des chaussures de luxe : l’Italie. De l’audace, Marilyn et Krystal Lavoie n’en manquent manifestement pas et c’est avec beaucoup de passion que les deux femmes ont créé la marque qu’elles travaillent très fort à faire fleurir.

Pourquoi Angela Mitchell ? En hommage à la mère des entrepreneures, dont c’était le nom avant son adoption par une famille québécoise. En fait, la maman s’appelait Krystal Angela Mitchell. Le premier prénom a été légué à l’une des soeurs Lavoie. Le minéral est plus tard devenu le credo de la compagnie et de scintillants cristaux Swarovski trônent en signature à l’arrière de chaque paire de chaussures. 

« On voulait créer une entreprise à notre image qui allait durer dans le temps. Krystal a étudié en mode au collègue LaSalle et en orthèses-prothèses chez Mérici. J’ai étudié dans le domaine des affaires », met en contexte Marilyn Lavoie. 

Les deux passionnées de mode ont allié leurs connaissances et leurs compétences pour créer la marque Angela Mitchell. Depuis leurs bureaux de Montréal, elles imaginent et dessinent leurs collections.

Les designers ont conclu une entente avec un manufacturier du nord de l’Italie spécialisé dans la fabrication de chaussures depuis six générations. Régulièrement, elles se rendent en Europe pour visiter leur fournisseur. Le duo participe aussi à des foires de cuir aux quatre coins du globe pour s’approvisionner en matière première. 

Pour tous les goûts

Angela Mitchell chausse les femmes et les hommes. Les dames peuvent enfiler l’escarpin, le soulier plat ou le bottillon pour allier chic et tout-aller. Marilyn et Krystal Lavoie précisent que leurs produits se distinguent grâce à un coussinet intégré à la semelle, ce qui assure un confort maximal.

Les messieurs peuvent aussi se sentir à l’aise et sophistiqués en puisant dans un éventail de souliers à la fois classe et BCBG. Les propriétaires de la marque affirment que les affaires sont bonnes à l’international, grâce à un réseau de distribution bien ficelé aux États-Unis, au Mexique, en Angleterre et en Italie. Même si Angela Mitchell enregistre des ventes intéressantes sur internet, ses fondatrices sont d’avis que la compagnie gagne à être connue au Québec.

« C’est un produit de niche et le secteur de la vente au détail reste à explorer pour nous. On ne l’exploite pas encore à son plein potentiel. Ça m’a quand même impressionnée de voir combien de paires de chaussures on a vendues en ligne à des clients du Québec au cours des derniers mois », pointe Marilyn Lavoie. 

Des paires de pieds appartenant à des célébrités nichent dans des chaussures frappées de l’emblématique cristal noir Swarovski, lequel signifie « sécurité, force et protection ».

Véronique Cloutier, Adonis Stevenson et Karl Walcott ne seraient que quelques-uns des adeptes de la marque. Shania Twain et le chanteur Maxwell auraient aussi été conquis, selon ce qu’ont appris les soeurs Lavoie.

De passage à la Semaine de la mode de New York

Les soeurs Marilyn et Krystal Lavoie ont récemment pu présenter leurs créations au gratin international et à un public avisé lors de la Semaine de la mode de New York (New York Fashion Week). 

En entrevue téléphonique, elles confient que leur participation à l’événement de prestige était hautement stratégique. Les entrepreneures ont dû débourser une rondelette somme pour pouvoir mettre leurs chaussures en vitrine et profiter de cette tribune. Elles misent toutefois sur les dividendes que l’initiative devrait rapporter. 

Ce fut, pour Marilyn et Krystal Lavoie, une opportunité de rêve, laquelle leur a permis de lever le voile sur leur collection automne-hiver 2018 devant plusieurs paires d’yeux intéressés. La gamme s’inspire d’un voyage réalisé par les deux femmes en sol marocain. Une partie des profits engendrés par la vente de deux modèles issus de la collection automnale seront d’ailleurs versés à l’organisme Care Maroc. Un modèle de botte haute au design inspiré de cette partie du monde a d’ailleurs foulé la passerelle de la New York Fashion Week, courue des diktats de la mode des quatre coins du monde. Avis aux intéressés : le prix de vente a été fixé à 6000$.