Le litige oppose Cegerco à Construction de défense Canada (CDN) et Alma soudure.

Cegerco dépose une requête en injonction

Les problèmes de construction du hangar du transport et du génie électrique et mécanique (Bâtiment 371 TGEM) de la Base de Bagotville se transposent sur la scène juridique alors que l’entrepreneur général Cegerco a déposé mercredi une requête en injonction provisoire contre Construction de défense Canada (CDN) et Alma soudure, à titre de mise en cause.

La requête déposée en Cour supérieure par Me Estelle Tremblay a pour objectif essentiellement de faire respecter une entente intervenue le 19 février dernier visant à ce que CDN émette une directive de changement pour ne plus tenir compte d’instructions données par SNC-Lavalin concernant la mise en place de contreventements.

Pour rappeler le contexte sommairement, mentionnons que Cegerco a reçu le mandat en décembre 2016 de construire l’immense immeuble, dont la structure d’acier est fabriquée par Alma soudure. En octobre dernier, alors que la structure d’acier était complétée à 98 %, SNC-Lavalin, qui œuvre comme surveillant de chantier, émet des instructions prescrivant l’ajout de renforts aux assemblages des contreventements verticaux de la structure d’acier. Celles-ci obligent Cegerco à interrompre les travaux et à détruire des parties presque terminées, entraînant ainsi des coûts et dommages très importants sur l’exécution du chantier, selon les allégations de Cegerco. Alma soudure avise alors l’entrepreneur qu’elle refuse d’assumer la responsabilité des connexions des contreventements si elles étaient modifiées selon les instructions de SNC-Lavalin.

Après avoir tenté de recourir sans succès à la médiation et à la suite d’un rapport d’expertise produit par l’ingénieur Elie El Chakieh à l’effet que les instructions sont susceptibles de causer l’effondrement du bâtiment en cas de séisme, Cegerco ferme le chantier en décembre dernier.

Entre janvier et février 2019, des négociations bipartites permettent d’en arriver à une entente comportant une solution technique visant à reprendre les travaux.

À la suite d’émissions de trois directives de changement par le ministère de la Défense nationale, Cegerco constate que l’entente du 19 février n’est pas respectée par Construction de défense Canada

Dans les conclusions de la requête, Cegerco prétend que l’intervention du tribunal est recherchée face à CDC qui se montre incapable de respecter ses engagements et veut imposer des avis de défaut ou de résiliation à Cegerco sans aucun droit de ce faire, y lit-on.

Le tribunal devra décider s’il ordonne à CDN d’émettre une quatrième directive demandant à Cegerco de remettre les contreventements selon la conception originale d’Alma soudure et de ne plus tenir compte des instructions de SNC-Lavalin.