Passer de travailleur autonome à entrepreneur

Les contrats s’enchaînent, les heures de travail décuplent, la notoriété grandit... Il n’y a aucun doute, vous êtes un travailleur autonome accompli. Mais avec tous ces projets, comment arriver à gérer efficacement votre temps et vos ressources afin de profiter au maximum de ce succès ? Le moment est-il venu de vous lancer en affaires et de devenir entrepreneur ?

Bien que la ligne entre travailleur indépendant et entrepreneur semble parfois assez mince, le premier gère habituellement seul la réalisation de ses contrats alors que le deuxième s’entoure d’une équipe qui pourra l’aider à mener à bien la croissance de l’entreprise.

Artiste visuelle et designer graphique à son compte depuis plusieurs années, Marie-Claude Marquis décide de lancer sa propre collection de produits en 2014. Devant le succès grandissant que remportent ses créations, elle doit alors repenser sa façon de procéder.

« Il y a trois facettes à mon travail, explique-t-elle, ma pratique artistique en galerie, mes contrats d’illustration et de design graphique et ma gamme de produits intitulée Merci Bonsoir. Avec ma compagnie, le principal défi était d’être performante dans tout puisque je m’occupais alors de toutes les étapes. Mais c’est au niveau de la gestion que j’avais le plus de difficulté. Les inventaires, les prévisions, l’envoi, l’ordre et l’organisation sont des domaines vraiment plus difficiles pour moi ! » Marie-Claude a donc récemment embauché une employée pour s’occuper de ces tâches liées à la gestion. « C’est la meilleure décision que j’ai prise depuis longtemps », soutient l’entrepreneure.

L’administration financière d’une entreprise peut aussi être plus compliquée que la gestion de revenus personnels. L’entrepreneur doit notamment prendre en compte les diverses dépenses liées aux fournisseurs, au local, aux étapes de production et, bien sûr, aux employés.

« Depuis trois ans, j’ai un comptable très gentil et patient qui m’aide et me conseille avec toutes mes dépenses, dit Marie-Claude Marquis. Avant ça, j’étais plutôt sans ressource sur le plan administratif, mais je prenais aussi beaucoup moins de risques... »

En ce qui concerne les heures de travail effectuées, l’entrepreneur, qui jusqu’alors s’occupait de tout, pourra dorénavant gagner du temps en distribuant certaines tâches à accomplir, ce qui lui permettra de se concentrer sur le développement d’occasions d’affaires pour l’entreprise.

« Pour Merci Bonsoir, je travaille moins, car j’ai délégué à mon employée des tâches dans lesquelles j’excellais moins, continue Marie-Claude Marquis. Au début, c’était un peu stressant de laisser aller son “bébé”, mais depuis que nous avons trouvé notre rythme et notre façon de fonctionner, ça va super bien. Je lui fais vraiment confiance, nous apprenons tous les jours, et nous sommes constamment confrontées à de nouveaux défis. »

 Pour le travailleur autonome, négocier le virage entrepreneurial peut parfois s’avérer angoissant. Aussi, l’important est de visualiser le potentiel d’expansion de son entreprise, sans pour autant brûler les étapes.

« Lorsqu’on n’est plus capable de répondre à la demande, je pense que c’est le signe qu’il faut grossir. Mais le faire d’une manière graduelle a été pour moi la façon la plus réaliste et la moins stressante de procéder », conclut l’entrepreneure.

______

À CONSULTER À la recherche d'un emploi? Besoin de recruter du personnel? Consultez le site carrière de Groupe Capitales Médias. Des opportunités dans toutes les régions du Québec.