Jean Duplain, coordonnateur du Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean, et Olivier Riffon, professeur en éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi.

S’inspirer des animaux et végétaux pour innover

Pourquoi ne pas s’inspirer des stratégies de survie d’espèces animales et végétales pour innover? C’est ce que propose le Hub du Saguenay-Lac-Saint-Jean afin de stimuler la créativité au sein des organisations et ainsi faire naître des idées innovatrices qui permettront de propulser l’économie régionale.

L’idée peut sembler. Mais pas pour les intervenants qui évoluent autour du Hub du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour arriver à innover, le processus de création doit lui-même faire preuve d’imagination, sont-ils convaincus.

C’est ainsi qu’est née, de pair avec Olivier Riffon, professeur en éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi, l’idée de s’inspirer des stratégies de survie que des espèces animales et végétales utilisent pour s’organiser et augmenter leur aire d’influence.

«On est en train de classifier une série de stratégies qu’une organisation peut prendre pour augmenter la portée de ses actions [...]. On s’est basé sur ce qu’on appelle le biomimétisme», explique-t-il, rencontré en compagnie du coordonnateur du Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean Duplain, au Cégep de Chicoutimi.

Cinq grands types de stratégies ont ainsi été identifiées (voir encadré), dans le cadre d’un mandat à double volet octroyé à l’équipe du professeur Riffon par le Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L’abeille, le pissenlit, le béluga, le serpent, le séquoia ou encore la fourmi font partie des espèces dont les organisations sont invitées à s’inspirer pour stimuler leur innovation.

Les fourmis, par exemple, n’évoluent pas dans une organisation hiérarchique, explique Olivier Riffon. Chacune des fourmis est autonome et communique en laissant des traces de ses actions grâce aux phéromones, sans pour autant perdre l’objectif commun d’assurer le bien-être de la reine et le fonctionnement de la fourmilière.

Ce modèle, appelé la stigmergie, est notamment utilisé en informatique, pour le développement de logiciels ouverts, comme Linux, ou d’une encyclopédie comme Wikipédia.

Des fiches reprenant ces stratégies et expliquant comment le numérique peut être intégré à chacune d’entre elles seront élaborées afin d’être mises à profit lors d’ateliers ludiques d’innovation.

Tel un champignon

Ce projet résume bien à lui seul la vision que s’est donnée le Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean: amener les acteurs à innover, mais sans leur imposer un chemin à suivre.

Le Hub régional mise pour sa part sur la stratégie de liaison du mycélium, explique son coordonnateur, Jean Duplain. Le mycélium, qui correspond à l’appareil végétatif des champignons, forme un réseau qui se déploie sous forme de filaments en se connectant à d’autres réseaux racinaires.

Une stratégie à l’image de ce que souhaite devenir le Hub : un réseau de réseaux. L’organisation pose actuellement les premiers jalons de cette stratégie en souhaitant mieux comprendre le processus de l’innovation, les fonctions des acteurs des réseaux et les façons d’animer une communauté souhaitant innover, via une recension de la documentation existante, réalisée également par l’équipe du professeur Olivier Riffon.

«Quand on regarde les étapes de l’innovation sociale, la première étape, c’est l’émergence. Cette année, c’est l’année d’émergence du Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean», conclut le coordonnateur Jean Duplain.

+

COMBLER LE VIDE LAISSÉ PAR L'ABOLITION DE LA CONFÉRENCE RÉGIONALE DES ÉLUS

Le Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean espère combler le vide laissé par l’abolition de la Conférence régionale des élus (CRÉ), en 2015, en permettant aux acteurs de dégager une vision régionale.

«Quand on fait le tour des acteurs économiques, ils nous le disent, quand on les rencontre, que ça fait des années qu’il n’y a pas eu de vision régionale du développement», souligne d’emblée Jean Duplain, coordonnateur du Hub du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Un constat que partage Olivier Riffon, professeur en éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi. «Il n’y a plus d’instance de concertation, ajoute-t-il. Depuis la disparition des CRÉ, tous les secteurs se cherchent des lieux pour discuter, échanger.»

Indépendant du politique

En instaurant une culture de collaboration et un maillage intersectoriel, le Hub et ses partenaires espèrent pouvoir s’imposer comme l’organisme fédérateur d’une vision régionale, tout en demeurant apolitique. Cette indépendance permettrait de protéger l’organisation des politiques ponctuelles et des changements de gouvernement, croit Jean Duplain.

Olivier Riffon a bon espoir que le Hub pourra ainsi se tailler une place sur l’échiquier régional. «Une fois que le Hub va être implanté et que ce réseautage et ce maillage-là vont être faits, ça va subsister, je pense, aux aléas politiques.» 

+

CINQ ACTIVITÉS DANS LES MRC AU PRINTEMPS POUR STIMULER L'INNOVATION

Cinq activités visant à développer l’innovation, organisées par le Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean, auront lieu au printemps dans chacune des MRC de la région, où les acteurs de tous les secteurs sont invités avant la tenue d’un événement régional à l’automne.

Ces cinq activités de cocréation auront lieu en mai et en juin, en collaboration avec le COlab du Collège d’Alma et des éco-conseillers de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Ces rencontres visent à informer les acteurs locaux de l’historique du Hub et de sa mission ainsi qu’à les mobiliser, tout en découvrant «l’écosystème local», explique Patrick Moisan, codirecteur du Centre Bang de Chicoutimi.

Le Hub considère chaque MRC comme un pôle en soi, animé par ses propres dynamiques économiques et acteurs. La démarche ne vise pas à imposer une façon de faire ou un modèle aux intervenants, mais à les inciter au maillage intersectoriel et à développer une culture de collaboration.

«L’innovation, tout le monde veut en faire [...], mais on sait pas trop c’est quoi. [...] Tout ce qu’on peut faire, c’est rassembler les conditions gagnantes pour son émergence. Rassembler les conditions gagnantes pour nous, c’est justement créer le système innovant. Le système pour nous, c’est l’écosystème qu’on est en train de mettre en place», souligne celui qui est également membre du comité de mise en oeuvre du Hub.

Les activités de cocréation seront suivies par une rencontre régionale à l’automne visant à définir une vision commune régionale.

Les premières rencontres auront lieu le 30 avril, dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, le 7 mai dans la MRC du Domaine-du-Roy et le 14 mai à Saguenay. Les autres dates seront connues ultérieurement. Une activité est également prévue à l’automne, dans la communauté de Mashteuiatsh. 

+

QUELQUES IDÉES POUR FAIRE DIFFÉREMMENT

Pour innover, l’heure n’est plus à la compétition, mais à la collaboration, souligne Jean Duplain, coordonnateur du Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui donne quelques exemples du soutien que pourrait offrir l’organisation à des entreprises.

• Accompagner des entreprises souhaitant acquérir un équipement dont elles ont besoin ponctuellement, mais dont elles pourraient se partager les coûts d’acquisition et l’utilisation.

• Appuyer des organisations souhaitant partager des ressources humaines ayant une expertise particulière, une avenue qui permettrait de répondre en partie au contexte de pénurie de main-d’œuvre.

+

CINQ TYPES DE STRATÉGIES INSPIRÉES DE LA NATURE

• Stratégies de croissance : séquoia, serpent et peuplier

• Stratégies d’essaimage : pissenlit et abeille

• Stratégies de liaison : béluga, araignée et mycélium (appareil végétatif des champignons)

• Stratégies de coopération : outarde, fourmi, forêt

• Stratégies de mutualisation : biotas insulaires (écosystèmes restreints comme les îles), symbioses interespèces (collaboration entre individus d’espèces identiques ou non) et black smoker (biodiversité près des cheminées hydrothermales des fonds marins)

Source : Rapport préliminaire sur la typologie des stratégies de maillage pour la transition