Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, Sandra Rossignol.
La vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, Sandra Rossignol.

Budget fédéral: les chambres de commerce veulent plus d’aide aux entreprises

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF) souhaitent une aide accrue auprès des entreprises dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du Canada.

La FCCQ et la CCISF estiment, dans un communiqué conjoint émis lundi, qu’une aide accrue auprès des entreprises est nécessaire en cette période d’incertitude, afin que l’économie québécoise et canadienne retrouve sa pleine vigueur. Les principales demandes budgétaires en lien avec la crise de la COVID-19 portent sur quatre thèmes principaux : les finances publiques, l’aide à la main-d’oeuvre, l’aide aux entreprises et aux secteurs économiques en difficulté et le développement régional.

« Dans les dernières années, alors que les économies du Québec et du Canada performaient à plein régime, nous plaidions avec raison pour un plan de retour à l’équilibre budgétaire le plus rapidement possible. La pandémie mondiale amène les gouvernements des autres États dans le monde à intervenir massivement dans leur économie, afin de limiter les impacts sur l’activité économique. Le contexte actuel est tout autre et il est nécessaire que les gouvernements continuent à venir en aide aux entreprises pour stimuler l’activité économique, tout en maintenant un ratio dette brute/PIB sur la même trajectoire que celle présentée à l’énoncé économique de l’automne 2020 », explique le président et directeur général de la FCCQ, Charles Milliard.

Quant à la main-d’oeuvre, les deux organisations croient que la crise de la COVID-19 a mis en lumière l’importance de la requalification de la main-d’œuvre et un financement adéquat pour les programmes de formation et de développement des compétences pour ramener au travail les « chômeurs pandémiques ». Par ailleurs, le directeur parlementaire du budget (DPB) a évalué que le déficit cumulé du compte de l’assurance-emploi atteindra 59 G$ en 2024.

« Le contexte sanitaire que nous vivons nous a amenés à repenser notre façon de travailler. Depuis plus de dix mois maintenant, le télétravail est devenu la nouvelle normalité pour des millions de Québécois. Pour autant, des régions ne bénéficient pas encore de l’Internet à large bande, ce qui nuit bien évidemment à la productivité des entreprises. Il est temps de déployer plus largement nos infrastructures numériques », a poursuivi Sandra Rossignol, vice-présidente exécutive et directrice générale de la CCISF.

« Concernant le transport, c’est important de pouvoir financer les infrastructures pour la relance économique en région. Par exemple, au Saguenay, il y a un important projet de convoyeur au port, mais nous demeurons sans réponses du fédéral. Dans un contexte de relance, c’est le genre de projets structurants dont on a besoin », a ajouté Mme Rossignol.