Comme produits, Berso aura sa marque maison et offrira, entre autres, des vêtements pour bébés et femmes enceintes, des meubles, de la literie, des jouets et des produits de soins.

Berso fera bientôt ses premiers pas

Un nouveau joueur dans le monde du commerce de détail réalisera ses premiers pas dans le marché québécois. L’entreprise Berso, spécialisée dans la marchandise pour bébé, vise l’ouverture de cinq boutiques d’ici trois ans.

Si Berso ne vous dit rien pour le moment, c’est tout à fait normal. La jeune pousse a commencé à sortir de l’ombre au cours des derniers jours.

L’entreprise vise l’ouverture de son premier point de vente sur la Rive-Sud de Montréal au printemps prochain. D’ici la fin de l’année, la compagnie souhaite lancer son site transactionnel.

Pour la Ville de Québec, les clients devront faire preuve d’un peu plus de patience. La direction étudie le marché et concède avoir des projets pour la capitale, mais motus et bouche cousue sur le plan d’affaires, pour le moment.

«Cela fait trois ans que je travaille sur ce projet. C’est un concept spécialisé pour les bébés», indique au Soleil Martin Lamarche, président et chef de la direction. «Pour nous démarquer, nous voulions avoir notre propre marque sur le plancher. On développe nos produits. J’ai mes designers. On vise le marché moyen et haut de gamme à des prix raisonnables», poursuit-il.

Ce dernier baigne dans le monde du commerce de détail depuis son jeune âge. Il a notamment collaboré avec des enseignes comme l’Aubainerie et Toys «R» Us comme fournisseur de marchandises. C’est d’ailleurs en partie grâce à son réseau de contacts que M. Lamarche est aujourd’hui en mesure de devenir son propre patron.

La bannière offrira, entre autres, des vêtements pour bébés et femmes enceintes, des meubles, de la literie, des jouets et des produits de soins.


« Pour nous démarquer, nous voulions avoir notre propre marque sur le plancher. On développe nos produits. J’ai mes designers. »
Martin Lamarche, président et chef de la direction

«Nous allons vraiment avoir en boutique et sur notre site tout ce qui est nécessaire pour un premier bébé. Notre créneau est de 0 à 24 mois. En moyenne, les gens dépensent pour un premier bébé entre 5000 $ et 20 000 $», estime le copropriétaire, père de quatre enfants, ne cachant pas qu’il y a beaucoup de compétition dans son secteur d’affaires.

Une communauté

Dans son plan de développement, Berso refuse de miser seulement sur la vente en ligne. La direction souhaite également tirer profit de la tendance entourant les jeunes mamans à socialiser et à échanger sur leur expérience de maternité. Elle veut construire une communauté autour de sa marque.

C’est pourquoi un bar à café sera installé dans l’établissement d’environ 11 000 pieds carrés. Il y aura également des cours de yoga et des conférences. L’investissement total pour le magasin et le site transactionnel sera d’environ 2,5 millions $. Une vingtaine d’emplois seront créés.

«Mon concept est développé en fonction du service aux clients. Je veux offrir une expérience. On veut, par exemple, mixer la technologie et le commerce de détail physique», explique M. Lamarche.

«Nous allons avoir des iPad dans chaque département. Les gens vont pouvoir obtenir de l’information sur nos produits. Ils pourront aussi réaliser leurs commandes et se faire livrer à la maison. Il y aura aussi des gens sur place pour 

les aider», poursuit celui qui déplore le manque de service dans certaines grandes chaînes lorsqu’il est question de produits pour les nourrissons.

L’entreprise prévoit également offrir des services de conseils aux particuliers. Il sera possible de prendre un rendez-vous avec des responsables.

Les succursales de Berso seront d’une superficie entre 10 000 et 15 000 pieds carrés.