Le groupe américain Uber avait dû arrêter ses essais après un accident mortel en mars, lorsqu’une Volvo en mode autonome n’avait pas pu éviter une piétonne.

Uber autorisé à reprendre des tests de voiture autonome

SAN FRANCISCO — Uber a reçu le feu vert des autorités de l'État américain de Pennsylvanie pour reprendre des essais de conduite autonome sur la voie publique, a-t-il indiqué mardi à l'AFP.

Le groupe américain avait dû arrêter ses essais après un accident mortel en mars, lorsqu'une voiture en mode autonome n'avait pas pu éviter une piétonne.

Uber a reçu une lettre d'autorisation officielle pour reprendre des tests à Pittsburgh, où est basée ATG, la division d'Uber spécialisée dans la conduite autonome, a indiqué l'entreprise, confirmant une information du magazine spécialisé The Verge.

Pour autant, le groupe n'a pas encore repris ses tests, a précisé le service de réservation de voitures.

En juillet, Uber avait annoncé reprendre timidement des essais de voiture autonome sur voie publique mais avec — paradoxalement — un conducteur conduisant le véhicule.

Même si la voiture est opérée manuellement, ces tests sont utiles pour tester les équipements et améliorer les systèmes.

Mais Uber, qui prépare son entrée en Bourse prochaine, a désespérément besoin d'accumuler des tests en mode autonome, seul moyen de rendre la conduite autonome fiable à terme.

La voiture autonome est vue comme le Graal de l'automobile: constructeurs, équipementiers et entreprises technologiques y travaillent.

Elle intéresse particulièrement les plateformes comme Uber, dont l'essentiel des coûts passe dans la rémunération... des chauffeurs.