La Focus Active faisait partie des deux seules voitures que Ford comptait commercialiser en Amérique du Nord d’ici 2020, avec la Mustang.

Ford Focus Active: victime des tarifs douaniers

NEW YORK — Le constructeur automobile américain Ford a annoncé vendredi qu’il renonçait à son projet d’importer aux États-Unis des voitures fabriquées en Chine, dont la Ford Focus Active, en raison des tarifs douaniers élevés imposés par l’administration Trump.

Cette décision diminuera l’offre des voitures de moitié, alors que Ford avait annoncé récemment qu’elle abandonnerait en Amérique du Nord la commercialisation de presque toutes ses voitures d’ici 2020 au profit des camions et véhicules utilitaires. Il ne restait que la Mustang et la Focus Active.

«Nous avons pris la décision de cesser le développement du modèle Active de la gamme Ford Focus pour les clients américains en raison de l’impact financier négatif des nouvelles taxes à l’importation imposées sur les véhicules importés de Chine», a indiqué un porte-parole du groupe dans un courriel à l’AFP.

La conséquence de cette décision sur le chiffre d’affaires du groupe est «marginale» dans la mesure où les ventes annuelles de ce véhicule qui aurait été fabriqué dans l’usine de Ford à Chongqing n’auraient pas dépassé 50 000 unités, selon ce porte-parole.

«Ford est fier d’employer plus de salariés américains et de construire aux États-Unis plus de véhicules que tout autre constructeur automobile», a ajouté le porte-parole.

Les États-Unis frappent depuis le 23 août de taxes douanières élevées quelque 50 milliards $ de biens commerciaux en provenance de Chine, dont les véhicules.

Et selon l’agence Bloomberg, qui se base sur plusieurs sources proches du dossier, Donald Trump souhaiterait mettre en œuvre une nouvelle salve de taxes douanières sur 200 milliards $ de produits chinois importés aux États-Unis «dès que se terminera la semaine prochaine la période de consultations publiques» sur ce sujet.

Le locataire de la Maison-Blanche n’a pas fait mystère par le passé de sa volonté de protéger l’industrie automobile américaine et de réduire le déficit commercial du pays.

«Nous avons étudié la situation pendant plusieurs semaines», a souligné le porte-parole de Ford. «Nous avons pris cette décision au regard de notre objectif constant d’améliorer notre rentabilité et de transformer des secteurs d’activité traditionnellement sous-performants», a-t-il ajouté.