Une Mustang GT 2019, la 10 000 000e construite par Ford se stationne près d’autres modèles d’années précédentes, à l’usine de Flat Rock. Ci-dessous, quelques éditions de Mustang depuis son lancement en 1964.

Ford a assemblé sa 10 millionnième Mustang

DEARBORN, Michigan — La Mustang, voiture culte de la marque Ford et symbole de la culture américaine, a passé mercredi le cap historique des 10 millions de véhicules assemblés dans son usine de Detroit, capitale historique de l’automobile.

Ce véhicule, célébré au cinéma, dans la musique et reconnu à travers le monde comme un objet culturel phare de l’Amérique, a eu droit à une grande fête au siège de Ford dans l’État du Michigan.

La Ford Mustang 1964

Cette célébration intervient à un moment clé pour le constructeur : les ventes de Mustang chutent en effet aux États-Unis, mais s’accélèrent à l’étranger, notamment en Chine et en Allemagne.

Pour marquer cette étape dans l’histoire de ce véhicule emblématique, qui tire son nom du cheval sauvage sillonnant l’Ouest américain, Ford a fait appel à la nostalgie des Américains.

La Ford Mustang 1966

«La Mustang est le coupé sport le plus vendu en Allemagne comme aux États-Unis», s’est réjoui mercredi Jim Hackett, patron de Ford, au siège du groupe.

Le premier modèle a été présenté au printemps 1964 à New York — soit plusieurs mois avant le calendrier habituel de l’industrie — après avoir attisé les curiosités pour en faire un événement.

La Ford Mustang 1973

Bob Merlis, adolescent à l’époque, était présent. Devenu historien de l’automobile, il se souvient : «Les gens étaient tellement enthousiastes à propos de cette voiture [...], ça représentait une sorte de véhicule de la liberté. Ça l’incarnait».

Ford a déjà joué par le passé sur le facteur nostalgie : le fabricant a présenté en janvier une édition limitée du modèle baptisé Mustang Bullitt, du nom du célèbre film sorti en 1968 dans lequel Steve McQueen sillonnait les rues de San Francisco, au volant d’une Mustang.

La Ford Mustang 1976

Histoire d’amour

«Je ne peux penser à aucune autre voiture américaine que la Mustang pour immortaliser l’histoire d’amour que les Américains ont eue avec l’automobile», confie à l’AFP John Heitmann, historien de l’automobile à l’Université de Dayton, dans l’Ohio.

Pour la fête de mercredi, Ford veut mettre la loyauté à l’honneur en exposant la toute première Mustang jamais achetée et qui appartient toujours à son acheteur d’origine.

La Ford Mustang 1979

«Notre objectif est d’avoir la totalité des 54 années représentées», a expliqué à l’AFP un porte-parole du groupe automobile. «C’est évidemment un grand jour pour nous».

Les propriétaires de Mustang ont répondu présents pour une parade d’une trentaine de kilomètres mercredi entre le siège de la compagnie à Dearborn, en banlieue de Detroit, et l’usine de Flat Rock, où elles sont assemblées.

La Ford Mustang 1983

«Elles font partie de ma vie depuis longtemps», s’est ému Mike Magri, propriétaire de cinq Mustang, en attendant d’assister au défilé.

Cette célébration fait partie d’une décision stratégique du géant de l’automobile qui promeut activement son icône sportive.

Les Mustang seront bientôt les seules berlines de Ford produites aux États-Unis, hormis une Focus. Tous les autres véhicules sont des camions, des VUS et des tout-terrains.

Ford n’a vendu que 81 000 Mustang en 2017 sur le sol américain (0,5 % du marché), selon le cabinet Autodata.

Mais depuis que Ford a commencé à l’exporter en 2015, elle est la voiture de sport la plus vendue au monde, y compris en Chine.