Très carré, le B1 de Bollinger a des allures de Land Rover, si bien que certains l’ont qualifié de «Defender du XXIe siècle». De plus, on peut y charger par l’avant des planches de bois ou de longs matériaux dans le centre du camion, lesquels se logeront au centre entre les sièges.

Bollinger B1 et B2: des 4 X 4 géants verts

CHRONIQUE / Qui a dit qu’un gros VUS ou même un camion ne pouvaient pas être électriques? Voilà le mythe qu’un jeune constructeur de l’État de New York tente de faire tomber avec ses véhicules géants et verts. Voici les Bollinger B1 et B2.

Ils ont toutes les allures de siphons à essence. Et pourtant, il s’agit bel et bien de camions tout électriques. Il s’agit selon Bollinger du «premier camion utilitaire sport, tout électrique à quatre roues motrices».

D’abord, le B1 a été révélé en juillet 2017 par l’équipe de Bollinger. Il s’agit d’un VUS conçu en aluminium et muni de deux moteurs électriques.

Statistiquement parlant, ses moteurs fournissent une puissance totale de 387 kW (l’équivalent de 520 chevaux) et un couple total de 696 N.m (ou 514 lb-pi). Avec de telles performances, le B1 peut remorquer jusqu’à 3400 kilogrammes (ou 7500 livres).

Sa batterie de 120 kWh lui donnerait une autonomie estimée de 321 kilomètres. Ce qui peut combler les besoins quotidiens de mobilité de la quasi-totalité des automobilistes.

Très carré, le B1 a des allures de Land Rover, si bien que certains l’ont qualifié de «Defender du XXIe siècle». Ils n’ont pas tort.

Le B1 a aussi une particularité très intéressante. En raison de l’absence de moteur sous le capot, un espace supplémentaire pour transporter des marchandises s’y trouve à la place. De plus, on peut y charger par l’avant des planches de bois ou de longs matériaux dans le centre du camion, lesquels se logeront au centre entre les sièges.

La semaine dernière, Bollinger a dévoilé le B2, un pick-up basé sur le B1. En plus des mêmes spécificités que dans le B1, la boîte du B2 peut loger des panneaux de quatre pieds sur huit, avec la porte rabaissée.

Autant dans le B1 que dans le B2, si on ouvre la glace arrière, on peut empiler jusqu’à 72 panneaux de contreplaqué d’un demi-pouce d’épaisseur, selon les explications de Bollinger.

La semaine dernière, Bollinger a dévoilé le B2, un «pick-up» basé sur le B1. Sa boîte peut loger des panneaux de quatre pieds sur huit, avec la porte rabaissée.

D’une «page blanche»

«Nous avons commencé avec une page blanche en 2014, dans les montagnes du haut de l’État de New York et 20 mois plus tard, nous avions un camion comme aucun autre sur le marché», écrit l’équipe de Bollinger sur son site Web.

«Nous sommes une équipe qui aimons les camions. Il s’agit d’un véhicule dont nous ne pouvons nous passer. À partir de ce qu’ils peuvent accomplir, de comment ils performent et de leur apparence, c’est tout ce que nous souhaitons d’un véhicule», poursuit l’équipe de Robert Bollinger. «Les camions sur le marché de nos jours sont bons, mais non sans problèmes. Nous avons donc conçu un véhicule qui fait mieux avec des fonctionnalités, des performances et des capacités supplémentaires qui faisaient défaut jusqu’à présent.»

Depuis son lancement, le B1 a été vu dans d’importants salons automobiles, dont le SEMA à Las Vegas en octobre 2017 et celui de Los Angeles en décembre 2017.

20 000 réservations

À ce jour, Bollinger Motors affirme que 20 000 personnes ont déjà réservé leur place pour obtenir leur camion électrique. Il faut toutefois souligner que les réservations n’obligent en rien le «client». Et qu’aucun montant n’est demandé pour le moment. Et aussi, la question qui tue : combien coûte un B1 ou un B2? «Nous prendrons les dépôts en 2019 aussitôt que le prix de détail suggéré sera dévoilé», peut-on lire dans la foire aux questions du site Web de Bollinger.

Même si Bollinger prétend qu’il développe le B1 et le B2 pour respecter les normes et règlements américains, canadiens, européens, australiens et néo-zélandais, la première ronde de production sera destinée aux États-Unis et que l’exportation suivra ensuite.

Présentement, Bollinger poursuit ses activités dans l’État de New York. «Revenez-nous dans quelques mois alors que nous sommes en processus de déménagement vers un nouveau site de production dans le Michigan», nous a-t-on répondu par Messenger.

Sur Internet : www.bollingermotors.com