Aluminium: une riposte tarifaire réclamée par plusieurs intervenants régionaux

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Plusieurs intervenants du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont réclamé jeudi une riposte tarifaire d’Ottawa en réplique aux nouveaux tarifs douaniers annoncés par l’administration Trump sur l’aluminium canadien.

«On s’attend à une réponse rapide et musclée d’Ottawa, parce qu’on attaque encore un fleuron de l’économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais aussi de l’économie québécoise», a réagi jeudi en fin d’après-midi le député bloquiste de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe.

En soirée, la vice-première ministre Chrystia Freeland a affirmé par communiqué qu’Ottawa avait l’intention d’imposer «rapidement des contre-mesures de valeur égale».

Alexis Brunelle-Duceppe et son collègue bloquiste de Jonquière, Mario Simard, estiment que les revenus tirés de cette réplique devraient être dirigés vers le secteur de l’aluminium. Ces sommes pourraient soutenir la transformation, les producteurs d’aluminium, la modernisation des usines ou encore la recherche et le développement. 

Cette proposition faisait l’unanimité au sein des intervenants du secteur de l’aluminium rencontrés la semaine dernière, lors de la tournée régionale du chef bloquiste Yves-François Blanchet, a pour sa part indiqué Mario Simard.

«On va reprendre le bâton, on va être à Ottawa pour ça, à cet effet, la semaine prochaine. [...] On va repartir avec cette idée-là, et le gouvernement doit suivre ce que sont les intentions du milieu. Je pense qu’il y a un consensus assez clair là-dessus.»

Une réplique demandée aussi par le SNEAA

Le président du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida (SNEAA), Donat Pearson, a également réclamé une réplique tarifaire.

« J’ose espérer que notre gouvernement va se virer de bord et va imposer des contre-tarifs pour justement, à la limite, avoir des discussions avec les Américains et l’éliminer, cette fameuse taxe-là. J’espère que notre gouvernement libéral va se tenir debout pour une fois », a réagi le représentant des travailleurs de l’aluminerie d’Arvida de Rio Tinto, peu après que la nouvelle soit tombée.

Le Syndicat des Métallos, affilié à la Fédération des travailleurs du Québec, réclamait également jeudi par communiqué que le gouvernement Trudeau réplique « à la surtaxe abusive » en imposant des tarifs aux produits américains.

Une «décision bassement électoraliste»

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a affirmé pour sa part qu’il appuyait la demande du premier ministre François Legault, qui a réclamé jeudi sur Twitter que le gouvernement canadien impose des tarifs en représailles.

«C’est clair que je vais m’assurer que M. Legault ait de bonnes réponses de la part de M. Trudeau et qu’il y ait effectivement des représailles qui soient fixées», a exprimé le député, qui est également candidat à la chefferie du Parti québécois

Des mesures de soutien pour l’industrie de l’aluminium doivent également être envisagées, estime-t-il, pour faire face à cette «décision bassement électoraliste de Donald Trump».

Andrée Laforest, député de Chicoutimi et ministre responsable de la région, se joint à la position de son collègue à l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a-t-on indiqué du côté de son bureau. Le ministre a qualifié cette annonce d’«injustifiée» sur Twitter.

«Une autre brique»

Le président du SNEAA, Donat Pearson, s’inquiète également des impacts éventuels de cette « autre brique » qui s’abat sur l’aluminium canadien qui se remet des impacts causés par la pandémie. « Là, ça commençait à aller pas si mal », a-t-il laissé tomber.

« C’est tout le temps inquiétant, quand il y a des surtaxes, a-t-il poursuivi. L’employeur, quand il y a une surtaxe et qu’ils ont des clients que ça ne fonctionne pas, ils vont chercher à économiser de l’autre côté. »

+

RICHARD MARTEL JETTE LE BLÂME SUR LES LIBÉRAUX

Le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, a pour sa part reproché au gouvernement libéral de mettre en péril l’industrie de l’aluminium dans la région et au Canada.

« Les libéraux ont préféré danser avec le Bloc québécois cet hiver en annonçant un système plus robuste de traçabilité de l’aluminium, un système qui était déjà en préparation depuis plus d’un an, afin de faire un gain politique à court terme plutôt que de travailler sérieusement avec nous et mettre en place des solutions concrètes pour l’aluminium canadien », a-t-il déploré, par voie de communiqué.

Sur ce point, le député bloquiste Mario Simard a tenu à réagir en affirmant que ce dossier n’avait pas de lien avec les tarifs américains et que le système de traçabilité visait plutôt à fermer la porte à l’entrée de métaux de la Russie et de la Chine par le Mexique.

Richard Martel estime que le gouvernement libéral aurait dû miser sur l’aluminium vert, en investissant notamment en recherche et développement et en travaillant sur une politique d’achat à faible empreinte carbone.

«Si les libéraux n’avaient pas d’intérêt à travailler pour l’industrie de l’aluminium avant, ils ne l’auront probablement pas plus dans la tourmente de WE Charity», a-t-il ajouté.