Mercredi, le fondateur de la compagnie, Claude Guay, a dressé le bilan de son parcours depuis la naissance de la bannière dans la région de Québec en 2005.

Aki Sushi vise 200 points de vente

L’entreprise québécoise Aki Sushi franchira le cap des 100 succursales en 2018. Et la direction souhaite doubler ce nombre d’ici 2021.

Mercredi, le fondateur de la compagnie, Claude Guay, a dressé le bilan de son parcours depuis la naissance de la bannière dans la région de Québec en 2005. La chaîne spécialisée en mets japonais et thaïlandais, présente principalement dans les épiceries Metro, emploie aujourd’hui 550 travailleurs, répartis dans 85 succursales partout à travers la province, dont 81 comptoirs-restaurants ainsi que 4 restaurants. 

Et ce n’est pas les projets qui manquent dans les cartons d’Aki Sushi, dont le siège social est situé sur le boulevard Wilfrid-Hamel. Pour 2018, 16 ententes sont déjà signées pour l’ouverture de nouveaux comptoirs de sushis. Dernièrement, le géant de l’alimentation Metro a également avancé à M. Guay la possibilité d’ouvrir une dizaine d’autres points de vente, portant la cible de la compagnie à 26 nouveaux petits pour l’an prochain. 

Une incursion en Ontario et dans les provinces maritimes figure également à moyen terme dans les plans de l’entreprise. Cette dernière jongle aujourd’hui avec un chiffre d’affaires de 24 millions $, soit plus du double qu’en 2015. Chaque année, la chaîne enregistre une augmentation des ventes variant «entre 10 à 12 % par succursale», précise la direction.

«Au début lors de la fondation de la compagnie, la cible était de 50 points de vente. C’était un chiffre extraordinaire. Après 100... et maintenant 200. [...] Le défi va être de trouver des employés», indique au Soleil M. Guay, estimant qu’il reste encore beaucoup de régions à développer au Québec. «Il y a également des projets dans l’air pour sortir de la province, mais rien n’est encore confirmé», poursuit-il, ne cachant pas que son expansion pourrait se réaliser en partenariat avec Metro. Des discussions ont d’ailleurs été entamées entre les deux groupes l’an dernier pour ce projet d’expansion. 

Des sushis chez Jean Coutu?

Dernièrement, la chaîne d’alimentation Metro a mis le grappin sur Jean Coutu dans une transaction évaluée à 4,5 milliards $. Une bonne nouvelle, estime l’homme d’affaires. Il concède que cette transaction pourrait s’avérer une opportunité d’affaires pour Aki Sushi. Des sushis chez Jean Coutu? Pourquoi pas! 

«Je ne suis toutefois pas rendu là, mais je ne suis pas fermé à l’idée. On va voir. Est-ce qu’on pourrait retrouver mes produits chez Jean Coutu? Aucune idée pour le moment, c’est quelque chose que je vais réfléchir», dit celui qui détient 12 comptoirs Aki Sushi. Le reste des succursales étant des franchisés. «J’ai beaucoup de demandes pour de nouvelles ouvertures», assure-t-il. 

Au cours des dernières années, Aki Sushi a bonifié son offre avec ses sections Aki Thaï en 2015 et Aki Tartare en 2017. Aki Thaï est actuellement offert dans 16 succursales. «Nous répondons à la demande de nos clients. C’est le modèle que nous souhaitons développer pour satisfaire le consommateur à plusieurs reprises par semaine», explique le grand patron.

M. Guay envisage également d’ouvrir d’autres restaurants au cours des prochaines années. «Il y a des pourparlers, notamment pour un restaurant à Québec. Je suis à la recherche du meilleur site», conclut celui qui s’envolera pour l’Asie la semaine prochaine afin de dénicher de nouveaux produits et de nouvelles tendances.