Le système de recharge FLO développé au Québec par AddÉnergie a pris racine jusqu’en Californie, où l’homme d’affaires Louis Tremlblay souhaite le voir se multiplier partout aux États-Unis.

AddÉnergie veut conquérir le marché nord-américain

Louis Tremblay, un Ambroisien d’origine à la tête de la société AddÉnergie basée à Québec, est en piste pour tenter de conquérir le marché nord-américain des systèmes de recharge pour les voitures électriques, un secteur en pleine croissance en raison de la popularité croissante de ce type de véhicules.

Le président d’AddÉnergie, fils de Conrad Tremblay et de Francine Perron et originaire de Saint-Ambroise, a décidé de se lancer en affaires en 2009 alors qu’il était en aux études à l’Université Laval où il a décroché un baccalauréat en génie électrique et des études supérieures en électronique de puissance.

Aujourd’hui, il dirige une équipe de 180 employés dispersés dans huit places d’affaires, parmi lesquelles on compte l’usine d’assemblage de bornes de Shawinigan, ainsi qu’à Montréal, où est concentré le développement de logiciels. D’autres places d’affaires sont situées à Toronto, Vancouver, San Francisco, New York et au Maryland.

« Je suis né entrepreneur. J’ai toujours voulu avoir mon entreprise et j’aimais travailler pour une cause. Lors de mes études en maîtrise, j’ai travaillé pour la Défense nationale en optimisation de réseaux électriques », raconte-t-il.

Louis Tremblay, président d’AddÉnergie, natif de Saint-Ambroise, a reçu un coup de main en début d’année 2019 de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le président d’AddÉnergie a oeuvré également pour un autre employeur au développement de véhicules électriques.

L’idée est de développer non seulement une borne électrique pour des usages résidentiel, commercial et industriel, mais surtout un système de gestion du réseau, le système FLO, qui permet aux utilisateurs de connaître l’emplacement des bornes dans les différents sites, leur disponibilité ou non ainsi que leur état de fonctionnement avec des logiciels de gestion énergétique. « Lorsque j’ai fondé l’entreprise après mes études, je me suis entouré de gens spécialisés en ingénierie, en vente et marketing et en opération de réseaux et de fabrication pour l’usine de Shawinigan. Nous sommes verticalement intégrés. On fabrique nos produits », affirme-t-il.

Les réseaux de bornes de  recharge électrique sont appelés à se multiplier à la vitesse grand V avec la croissance de popularité des  voitures électriques.

C’est ainsi qu’en début d’année, AddÉnergie gérait un parc de plus de 13 000 bornes de recharge commerciales et privées parmi lesquelles figure le réseau de bornes d’Hydro-Québec, du Mouvement Desjardins, des restaurants Saint-Hubert, Rona, etc. L’objectif est de franchir le cap des 100 000 bornes en service d’ici deux ans.

« Nous sommes le deuxième fournisseur de bornes en Amérique du Nord. Notre gros avantage par rapport à d’autres entreprises est que plusieurs de nos concurrents fournissent des bornes sans la gestion du réseau qui l’accompagne. Quand c’est le temps de fournir de la qualité à nos clients, on est en mesure de les supporter ».

AddÉnergie évolue présentement dans un marché en pleine croissance puisque le chiffre d’affaires a grimpé de 60 % en cinq ans. « On gagne des territoires. On a gagné Los Angeles depuis neuf mois. On anticipe aussi un déploiement important avec la ville de New York, deux grandes villes qui nous offriront des opportunités. On veut gagner le marché américain et c’est là-dessus qu’on se concentre». Au printemps dernier, AddÉnergie s’est associée à Green Mountain Power du Vermont, l’un des fournisseurs de cet État, afin de favoriser l’implantation de systèmes de recharge.

La croissance de l’entreprise est liée à l’augmentation de 7 % des ventes par année de véhicules rechargeables.

Depuis sa naissance, AddÉnergie a reçu différents coups de pouce, entre autres de la Caisse de dépôt et placement du Québec, avec un investissement confirmé en janvier dernier.

Même s’il travaille principalement dans la région de Québec, ce fils de travailleur chez Alcan, devenu Rio Tinto, n’oublie pas ses racines saguenéennes. La collaboration développée avec ce producteur d’aluminium a fait en sorte que l’usine d’assemblage a été instaurée à Shawinigan, ce qui n’empêche pas l’entreprise d’attribuer des contrats d’approvisionnement à un sous-traitant comme Coupesag, bien connu au Saguenay.

En chiffres:

13 000: Nombre de bornes de recharge commerciales et privées gérées par AddÉnergie au début de l'année

100 000: Objectif de bornes en service pour l'entreprise, qui souhaite franchir ce cap d'ici deux ans

60 %: Croissance du chiffre d'affaires en cinq ans