Abolition du poste de direction générale à la SDC du centre-ville d’Alma

Après avoir opéré sans direction générale pendant trois mois, la Société de développement commercial (SDC) du centre-ville d’Alma a aboli le poste et a profité de l’occasion pour nommer une coordonnatrice, le 1er janvier dernier.

La nouvelle coordonnatrice, Joanie Racine, n’est pas étrangère à l’organisme puisqu’elle y a occupé la fonction d’adjointe administrative pendant plusieurs années. Depuis le départ de la directrice générale en octobre dernier, elle a opéré, en grande partie, la SDC avec l’appui du conseil d’administration.

La présidente du conseil d’administration de la SDC du centre-ville d’Alma, Chantale Tremblay, se fait rassurante quant aux événements offerts à la population. La femme d’affaires confirme que le nombre d’activités proposées, notamment dans l’espace de stationnement de la Plaza II et de la scène Cogeco, ne diminuera pas. L’abolition d’un poste de direction générale ne permet pas à l’organisme, dont la mission est de promouvoir le développement économique, social et culturel du centre-ville d’Alma, de faire de grandes économies. La baisse du dernier rôle d’évaluation municipale a amputé les revenus découlant des cotisations de 60 000 $. Cette somme représente environ le quart du budget de l’organisme qui compte près de 200 membres. « On va repenser le budget parce que c’est une grosse partie. C’est un gros montant », laisse tomber Mme Tremblay. Selon les informations disponibles dans le rapport annuel 2017, les revenus de la SDC se chiffrent à 424 611 $, dont 263 807 $ proviennent des cotisations. La cotisation obligatoire des membres correspond à 4 % de la valeur de la superficie locative. Annie-Claude Brisson