785 000$ à la Chocolaterie des Pères Trappistes

La Chocolaterie des Pères Trappistes de Dolbeau-Mistassini obtient un prêt de 785 000 $ des gouvernements fédéral et provincial pour poursuivre son virage numérique. Cette aide financière permettra de créer cinq emplois au sein de l’entreprise et de moderniser l’équipement servant à la fabrication et à l’emballage du chocolat.

Le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et Investissement Québec attribuent tous les deux une aide financière de 179 000 $, alors que Développement économique Canada octroie 427 000 $. Le coût du projet de virage numérique de la Chocolaterie des Pères Trappistes est estimé à 982 000 $.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le député fédéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, en ont fait l’annonce, mardi matin, dans les locaux de l’entreprise.

L’entreprise envisage ainsi d’accroître sa production totale de 25 %. Ces nouveaux outils lui seront particulièrement utiles à Pâques, le moment de l’année le plus occupé pour la chocolaterie.

« Les équipements que nous allons acquérir sont à la fine pointe de la technologie. On pourra rapidement voir les temps d’arrêt et la cadence de production. Tout cela fait en sorte qu’on prendra des décisions rapidement », indique Dominique Genest, le directeur général de la Chocolaterie des Pères Trappistes.

L’entreprise dolmissoise compte 29 employés. Près de 20 000 personnes l’ont visitée l’an dernier. 

Un modèle d’affaires inspirant

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Luc Simard, lui-même entrepreneur, croit que la chocolaterie est en voie de devenir un moteur économique et touristique important pour le secteur. 

« Le développement touristique doit passer par l’aide aux entreprises privées, mais elles se doivent d’innover et d’être dynamiques », soutient M. Simard. Il assure que la MRC souhaite elle aussi mettre la main à la pâte. 

« Au cours des dernières années, les fonds d’investissement de la MRC ont été peu utilisés puisqu’ils sont mal adaptés à la réalité des entrepreneurs », déplore M. Simard. Ce dernier a déjà commencé à rencontrer les entrepreneurs afin de connaître leurs besoins. Il se donne un an pour établir un plan d’investissement. 

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le député fédéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, sont entourés du directeur général de la Chocolaterie des Pères Trappistes, Dominique Genest, et du père Clément Charbonneau.

Philippe Couillard tend la main aux producteurs de bleuets

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, tend la main aux producteurs de bleuets de la province qui souhaitent automatiser leur récolte et moderniser leurs équipements. Il a fait savoir que ces derniers pouvaient obtenir des subventions gouvernementales s’ils en font la demande.

« C’est une industrie majeure dans notre région, mais qui fait face à des défis considérables. La concurrence internationale est en croissance. Chaque année, de nouveaux pays se mettent à cultiver le bleuet », admet le premier ministre. 

Les producteurs doivent s’adapter

M. Couillard estime que lorsque « la concurrence est sévère, comme c’est le cas en ce moment, tout le monde baisse ses prix ». 

La chute du prix mondial du bleuet n’est pas temporaire, selon lui. Ainsi, il faut plutôt que les producteurs modernisent leurs façons de faire afin de réduire leurs coûts de production.

M. Couillard a rappelé aux citoyens qu’ils peuvent eux aussi faire leur part pour encourager les producteurs de la région en achetant leurs fruits, légumes et lait notamment.

« Le marché québécois est petit, mais on a chacun un rôle à jouer pour soutenir les producteurs locaux », a-t-il soutenu.

Philippe Couillard était de passage à la Chocolaterie des Pères Trappistes de Dolbeau-Mistassini, mardi, concernant l’annonce d’un prêt de 785 000 $ à l’entreprise.