Le directeur général du Festival international des Rythmes du monde, Robert Hakim, a fourni les données d’achalandage de l’édition 2017. Il est ici accompagné de l’adjointe administrative Isabelle Simard, de la directrice des communications et du marketing, Marie-Kim Bouchard, et de la directrice programmation et logistique, Chantale Boivin.

43,1 % des visiteurs venus pour le FIRM

Près de la moitié (43,1 pour cent) des visiteurs de l’extérieur sondés par la firme SEGMA Recherche lors de la dernière édition du Festival international des Rythmes du monde (FIRM) ont affirmé qu’ils étaient de passage à Saguenay spécifiquement pour assister à l’événement.

Cette donnée réjouit au plus haut point le fondateur et producteur, Robert Hakim. Car pour lui, l’indice d’attractivité vient cristalliser la position du FIRM au rang des événements considérés comme des produits d’appel. Le fait que le festival ait été la raison première justifiant le déplacement de touristes et d’excursionnistes (ceux qui font l’aller-retour dans la même journée sans dormir à Saguenay) compte pour beaucoup. En vue de l’obtention de subventions gouvernementales, c’est de l’or en barre.

« Le ministère du Tourisme veut savoir qui est venu pour le festival. Maintenant, c’est devenu un critère qui permet de dire si tel ou tel événement engendre des retombées économiques véritables pour la région », explique le promoteur, en entrevue au Progrès. Il est estimé qu’en 2017, le Festival international des Rythmes du monde a généré des retombées de 4,5 millions $.

Robert Hakim signale du même souffle que les sondages de fréquentation sont de plus en plus pointus. Québec a resserré ses critères afin d’éviter que les organisateurs d’événements gonflent leurs chiffres. Le ministère du Tourisme appuie le FIRM à hauteur d’environ 40 000 $ et veut avoir l’assurance que les deniers des contribuables sont utilisés à bon escient. 

158 000 visiteurs

Selon les chiffres produits par Robert Hakim, le Festival international des Rythmes du monde a attiré 158 116 visiteurs en 2017. C’est 20 000 de plus qu’en 2016. Il faut toutefois préciser que cette année là, l’événement avait connu une baisse d’achalandage importante. Les plus récentes statistiques font plaisir au promoteur, manifestement heureux d’assister à une remontée de la pente. 

Robert Hakim est d’avis que 2017 a été une bonne année, en dépit d’une météo capricieuse. Du chiffre magique de 158 000 jours de participation à la dernière mouture, il faut prendre en considération que près de 50 000 étaient des visiteurs uniques. Il s’agit de festivaliers qui sont venus une seule fois. De ce nombre, 35 734 étaient issus de la région (76,2 pour cent), tandis qu’un peu plus de 11 000 étaient des touristes (23,8 pour cent).

« L’année passée 87,5 pour cent de l’achalandage était formé de gens de la région, mais 13 pour cent des visiteurs étaient de l’extérieur. On est vraiment devenus une destination touristique. Il faut dire que les Européens sont de grands amateurs de musique du monde, plus que les Américains, et c’est pour ça qu’on réussit à attirer beaucoup de touristes en provenance de l’Europe », explique Robert Hakim, qui précise que 17,6 pour cent des touristes qui ont participé au FIRM en 2017 provenaient de pays autres que le Canada et les États-Unis. Les visiteurs étrangers étaient des Français à 92,3 pour cent. 

Organisme millionnaire

Le directeur général signale que le FIRM est « redevenu un événement millionnaire » l’an dernier. Il fait ainsi référence au budget d’exploitation du festival, lequel a atteint 1,2 million $ en 2017. Environ 40 pour cent de l’enveloppe est provenue de subventions accordées par le municipal, le provincial et le fédéral. L’argent fourni par Saguenay a compté pour 29 pour cent de l’argent public obtenu, tous paliers confondus. Robert Hakim rappelle que la majeure partie du budget (61 pour cent) est générée par des commandites (51 pour cent) et des revenus autonomes (10 pour cent). Au sujet des partenaires corporatifs, le FIRM bénéficie du soutien de gros joueurs, notamment Loto-Québec, Hydro-Québec, Desjardins, Bell et Labatt. L’an dernier, Saguenay a pour sa part réitéré son appui en ratifiant un nouveau protocole d’entente, reconduisant ainsi l’aide financière annuelle jusqu’en 2020 inclusivement.

MÉTHODOLOGIE

La méthode utilisée dans l’étude est celle des sondages effectués auprès d’échantillons probabilistes de répondants, qui ont été sélectionnés aléatoirement lors des entrevues en face à face à l’aide de la méthode de sélection des souliers, en fonction d’un plan d’échantillonnage permettant une sélection représentative des jours, heures et lieux des activités du site. Les entrevues en face à face ont été réalisées par des interviewers de SEGMA Recherche, en présence d’un superviseur. La collecte de données a été réalisée du 3 au 6 août et du 9 au 12 août 2017. 

(Source : SEGMA Recherche)

Beaucoup d’éléments contenus dans le sondage d’achalandage de SEGMA réjouissent Robert Hakim, particulièrement le pourcentage élevé de touristes venus à Saguenay spécialement pour prendre part au FIRM.

DE RETOUR SUR LA ZONE PORTUAIRE EN 2018

Après cinq ans d’absence, le Festival international des Rythmes du monde (FIRM) sera de retour au Vieux-Port cet été. 

Robert Hakim et la Société de gestion de la Zone portuaire de Chicoutimi sont à un cheveu de conclure une entente à ce sujet.

« On attend le O.K. final de la Zone portuaire. Ce sera le grand retour du FIRM au Vieux-Port, et je suis très content. Ce sera aussi le retour de la zone familiale. Pour qu’un festival soit réussi, ça prend des activités pour la famille », croit le promoteur. 

Le décor enchanteur de la zone portuaire, couplé à l’espace disponible pour accueillir spectacles et animation, fait de ce lieu l’emplacement idéal pour le FIRM, selon Robert Hakim, qui est également le promoteur du Festival des bières du monde de Saguenay. Mélyssa Gagnon

LE FESTIVAL EN BREF

  • Entrées depuis 2003 : 1 903 246
  • Festivaliers en 2017 : 158 116
  • Nombre de prix gagnés aux Grands Prix du Tourisme régionaux : 13
  • Retombées économiques directes pour la région en 2017 : 4,5 millions $
  • Artistes et artisans sur les scènes et dans la rue en 2017 : 445
  • Employés, techniciens et bénévoles en 2017 : 162
  • Fournisseurs régionaux en 2017 : 24
  • Dépense moyenne de chaque visiteur pendant le festival : 238 $
  • Taux de satisfaction moyen de l’édition 2017 – programmation : 8,2 sur 10
  • Taux de satisfaction moyen de l’édition 2017 – organisation : 8,4 sur 10
  • Moyenne d’âge des répondants au sondage : 44 ans
  • Budget d’exploitation de l’édition 2018 : 1,2 million $