L’entreprise BMR Tremblay Laroche célèbre son trentième anniversaire.

30 ans pour le BMR de Métabetchouan

Alors que le commerce de détail traverse des heures difficiles, c’est plutôt un esprit de fête qui règne au BMR Tremblay Laroche de Métabetchouan. Au courant des dernières journées, la famille et les amis de Marc Tremblay et de Dominique Laroche ont célébré leur trentième anniversaire à titre de propriétaires.

Cette célébration a été l’occasion de revivre 30 ans de relations d’affaires, et surtout, de souligner la relation de confiance qui règne entre les deux associés.

Au milieu des années 1980, l’amitié s’est rapidement développée entre les deux fils d’agriculteurs. Liés par plusieurs passions communes, dont la fibre entrepreneuriale, les jeunes hommes ont pris la décision de faire l’acquisition d’un commerce ensemble. Les recherches les ont conduits à la quincaillerie de Métabetchouan. Le propriétaire de l’époque, Alphonse Bouchard, souhaitait se départir du commerce. Ainsi, le 1er mars 1988, le duo a réalisé son rêve, et les deux hommes sont devenus propriétaires, à l’âge de 25 et de 22 ans.

Tout était à apprendre pour Marc et Dominique qui n’avaient aucune connaissance en gestion et en ce qui concerne le domaine de la quincaillerie. La détermination a été un allié de taille devant tout le travail à accomplir. À ses débuts, le duo devait porter tous les chapeaux, soit ceux de vendeurs, de commis, de caissiers et de livreurs. En plus de la sphère professionnelle, les associés, originaires de La Baie et de Saint-Prime, devaient se faire connaître de la clientèle de Métabetchouan.

Les années 1990 ont été le théâtre d’une expansion pour le tandem, qui a fait l’acquisition d’un immeuble à Saint-Gédéon, afin d’y installer une deuxième quincaillerie et des appartements. En 2003, la bannière BMR s’est ajoutée aux deux commerces. 

Devant un manque d’espace à la quincaillerie, des projets de déménagement se sont imposés. Au début de l’année 2006, le duo a pris possession de nouveaux locaux. Après plusieurs mois de travail, la nouvelle quincaillerie a accueilli ses premiers clients le 1er avril 2006. En 2013, la tête pleine de projets, les quincailliers ont décidé d’agrandir leur commerce et d’ajouter une façade visible de la route 169. 

Les lutins 

Au fil de leur carrière, les partenaires d’affaires ne se sont pas contentés de leurs projets personnels. En 2011, les copropriétaires ont décelé le potentiel d’une anecdote racontée par l’un de leurs employés. Ils ont alors pris la décision d’appuyer deux employés avec leur idée qui a largement dépassé les limites de la région, les fameux lutins de Régis Tremblay. «On doit savoir écouter nos employés. Comme nous, ils ont de bonnes idées. C’est un travail d’équipe entre les patrons et les employés», pointe Dominique Laroche, copropriétaire des quincailleries. 


Dominique Laroche et Marc Tremblay ont fait l’achat de leur première quincaillerie le 1er mars 1988. Ils sont entourés des maires de Saint-Gédéon et de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix, Émile Hudon et André Fortin.

Structures Mur à Mur

Quelques années plus tard, l’expertise des quincailliers a servi à d’autres. Cette fois, les hommes d’affaires ont offert leur support en dehors des limites de leur commerce. Marc et Dominique ont aidé Mathieu Laroche et Jean-Michel Dallaire à fonder leur entreprise, Structures Mur à Mur. Grâce à ce coup de pouce, les jeunes entrepreneurs ont réussi à voler de leurs propres ailes rapidement.

Une recette simple

Trente ans plus tard, la relation d’affaires entre Marc Tremblay et Dominique Laroche surprend. «On se fait dire que des associations qui durent 30 ans, c’est très rare. Plusieurs frères et soeurs se chicanent bien avant ça», souligne Dominique Laroche. 

Questionné sur la recette d’un partenariat qui fonctionne aussi longtemps, Dominique Laroche évoque le respect. «La complicité est restée au fil des années. Le travail est bien réparti, et les rôles sont bien définis. Nous avons une grande confiance l’un envers l’autre», témoigne-t-il. 

Même s’ils cumulent 30 ans d’association en affaires, Marc Tremblay et Dominique Laroche sont encore bien jeunes. Chose certaine, la retraite n’est pas prévue à court terme. Toutefois, les deux associés commencent à penser à une relève. Ceux qui aiment bien effectuer du mentorat auprès de plus jeunes entrepreneurs ne ferment pas la porte à d’autres partenariats.

La famille et les amis de Marc Tremblay et Dominique Laroche ont célébré le trentième anniversaire de ce duo d’affaires.