Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité, était l’invité de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, lundi, lors d’un événement organisé en visioconférence.
Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité, était l’invité de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, lundi, lors d’un événement organisé en visioconférence.

180 entreprises de la région en formation pendant la crise

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Quelque 180 entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean se sont inscrites jusqu’à maintenant au programme de formation lancé par Québec pendant la période de confinement. Un nouveau programme s’adressant aux employés moins qualifiés prendra le relais et devrait être bientôt annoncé.

Deux mille travailleurs sont ainsi en formation dans la région, ce qui représente 4 M$ en investissements liés à l’enveloppe de 100 M$ du Programme d’actions concertées pour le maintien en emploi (PACME), a souligné Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministère dont relève le programme.

Le ministre a insisté lundi sur l’importance de la formation au sein des entreprises afin de traverser la crise, devant plus de 70 intervenants socioéconomiques régionaux rassemblés dans le cadre d’une visioconférence organisée par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, en partenariat avec les chambres de commerce régionales.

« L’avenir appartient aux entreprises qui ont une bonne vision de la technologie de demain et qui ont réussi à bien identifier les compétences du futur de leur domaine d’activité », a-t-il souligné.

En soutenant les entreprises à se tourner vers la formation pendant un moment où certaines ont dû cesser leurs activités, le ministre espère que des initiatives pourront être mises de l’avant pour combler l’écart de productivité « trop important encore » entre le Québec, l’Ontario, les États-Unis ou encore la France.

« Il faut combler ces écarts-là, et la meilleure façon d’accroître notre productivité, c’est en informatisant, en automatisant, robotisant [en utilisant] l’intelligence artificielle, vous le savez », a-t-il énuméré.

Par ailleurs, si le volet entreprise du PACME, lancé au début du mois d’avril, a été fermé récemment en raison de l’importance de la demande, les entreprises qui le souhaitent peuvent toujours déposer une demande au volet promoteurs collectifs du programme, a rappelé le ministre.

Ce volet concerne, par exemple, des demandes venant de comités sectoriels de main-d’oeuvre ou encore d’associations de travailleurs ou d’employeurs. Chacun des volets du programme disposait d’une enveloppe de 50 M$ et 22 000 entreprises à travers la province, pour un total de 127 000 employés, ont profité du programme jusqu’à maintenant.

Nouveau programme

Afin de prendre le relais du PACME, le ministre a indiqué travailler sur un nouveau programme visant à rehausser les compétences et les qualifications des employés moins qualifiés, qui ont été plus affectés par les impacts de la pandémie.

Ce programme leur permettrait d’intégrer des entreprises en croissance où le niveau de qualification est plus élevé, a exposé le ministre Boulet, tout en précisant que d’autres mesures seraient prochainement annoncées, sans toutefois s’avancer davantage.

Le ministre Boulet a d’ailleurs promis de revenir devant les intervenants régionaux rassemblés, au terme de la rencontre de 40 minutes qui a permis à quelques intervenants de poser des questions, après l’exposé du ministre.