Le député Richard Hébert a fait l’annonce en compagnie des soeurs Yaelle-Marion et Mally-Tamara Morin Doré et des employés de l’entreprise Staca.

100 000$ pour Staca

Le député libéral fédéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, a confirmé une subvention de 100 000 $ à l’entreprise Staca Inc. de Jonquière. L’annonce a été faite dans le cadre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat qui vise à favoriser la présence des femmes dans le développement de la trame économique du Canada et qui repose sur les petites et moyennes entreprises.

Le député Hébert a profité de la Journée internationale des femmes pour procéder à cette annonce alors qu’il agissait à titre de secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, Mary Ng. Son rôle, dit-il, est de visiter les petites et moyennes entreprises un peu partout pour apporter du support aux entrepreneurs.

L’entreprise Staca constituait le site idéal pour une telle annonce. Elle a été reprise par Yaelle-Marion, Mally-Tamara et Émilie Morin Doré. Les trois filles sont dans les traces de leur père et ont décidé de reprendre l’affaire familiale. Il s’agit d’une entreprise spécialisée dans le traitement des sous-produits des alumineries au Canada pour les traiter et les valoriser.

Selon le député Richard Hébert, les statistiques sur la présence des femmes dans les directions d’entreprises démontrent qu’un effort additionnel doit être fait pour que les choses changent. Le gouvernement fédéral est engagé dans une grande stratégie dotée d’un budget de 2 G $. Il a invité le responsable des finances de l’entreprise à prendre connaissance des différents volets de ce vaste programme.

« Il y a encore une forme de sexisme dans le monde des affaires et du financement. Il est démontré que lorsque des femmes se présentent pour obtenir du financement, 32 % ont des réponses favorables. Quand ce sont des hommes, avec les mêmes arguments pour le même financement, ils obtiennent une réponse favorable dans une proportion de 68 %. »

Les dirigeantes de l’entreprise Staca ont expliqué que la subvention permettra d’améliorer la productivité de l’usine. Elles ont également l’intention d’évaluer le marché international au cours des prochains mois. En plus de cette aide financière, l’entreprise peut compter sur l’amortissement immédiat des équipements découlant du dernier budget Morneau.

« Notre gouvernement est d’avis que l’autonomisation économique des femmes n’est pas seulement la bonne chose à faire, mais qu’elle est également profitable. C’est pourquoi nous avons lancé la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui vise à doubler le nombre d’entreprises détenues par des femmes en faisant en sorte qu’elles aient un meilleur accès aux sources de financement, aux réseaux et aux conseils. C’est un investissement judicieux qui aura des retombées socioéconomiques positives », a déclaré la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations Mary Ng, dans le communiqué officiel remis aux médias.

« Les femmes entrepreneures et dirigeantes d’entreprise de Jonquière jouent un rôle majeur dans notre économie et nos collectivités au quotidien. Je suis fier d’être membre d’un gouvernement qui prend au sérieux l’autonomisation économique des femmes. De l’équité salariale à la modernisation des congés parentaux, le gouvernement prend les mesures nécessaires pour faire avancer l’égalité des sexes. C’est bon pour le Canada et pour Jonquière. Tous y gagnent à voir les femmes réussir », a pour sa part signalé le député Richard Hébert.

Le gouvernement entend doubler d’ici 2026 le nombre d’entreprises détenues par des femmes au Canada. L’atteinte de cet objectif permettrait d’ajouter 150 G $ au PIB canadien.

Dossier SNC-Lavalin

Le député libéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, était visiblement satisfait des réactions découlant des derniers témoignages devant le comité de la justice. Selon Richard Hébert, il est maintenant certain qu’il n’y a pas eu d’ingérence dans le système judiciaire par le personnel du bureau du premier ministre. Il réitère qu’il y avait des enjeux économiques importants dans le dossier SNC-Lavalin. « Il y a peut-être eu des éléments difficiles au début de l’affaire, mais on a compris les raisons et les gens ont agi pour bien faire. Le premier ministre a toute ma confiance pour les prochaines élections », a assuré le député. Richard Hébert est convaincu que cette affaire sera loin derrière le gouvernement lorsque les hostilités électorales vont débuter.