Affaires

Marché de l’aluminium: la déprime continue

Ce n’est pas demain la veille que les roulottes de chantier vont revenir sur les terrains de Rio Tinto pour la relance des grands projets AP60 et Alma II alors que le contexte mondial du marché de l’aluminium offre toutes les perspectives d’une crise parfaite avec un prix en déprime.

C’est du moins ce qu’il faut retenir d’une allocution du président de l’Association de l’aluminium du Canada Jean Simard, lors du lancement de la 50e édition de la revue spécialisée AL13. Les enjeux de l’industrie découlent d’une surcapacité mondiale de production combinée à un début de ralentissement économique qui tire la demande à la baisse.

«En ce moment, il n’y a pas un seul investisseur sérieux qui voit les conditions économiques nécessaires pour justifier un projet d’expansion de l’ordre de 1 à 2 G$. L’indice des commandes des manufacturiers qui permet d’évaluer la situation confirme un début de ralentissement important», explique Jean Simard.

Pour l’industrie de l’aluminium, les deux marchés majeurs qui ont une influence déterminante sur la demande et les prix sont ceux de l’automobile et de la construction. Les indicateurs de ces deux secteurs confirment aussi un ralentissement. L’économie mondiale a ainsi entrepris la décroissance d’une fin de cycle de 10 ans.

À ce constat s’ajoute la réalité chinoise. Ce pays qui produit plus de 50 % de l’aluminium sur la Terre et qui subventionne hautement l’électrolyse est aussi en situation de ralentissement économique. Les Chinois disposent d’énormes capacités de laminage en seconde transformation qui permettent maintenant de déplacer les productions nord-américaines dans des marchés traditionnels.

«Il y a aussi un autre facteur qui est le coût de construction des nouvelles usines. La Chine réalise des projets à 2500 $ la tonne de capacité de production alors que nos projets coûtent 8000 $ la tonne. Nous allons devoir travailler sur cet enjeu et cesser de voir une construction d’aluminerie comme la création d’emplois, mais comme une création de valeur. Nous allons discuter avec les syndicats pour améliorer cet élément», ajoute Jean Simard.

Prix à la baisse

Quant au prix mondial, l’industrie considère qu’il pourrait poursuivre sa baisse jusqu’à un plancher de 1500 $ US la tonne. Il est déjà assuré que le prix moyen de 2020 sera inférieur au prix moyen de 2019.

Plus de détails à venir.

Affaires

Gazoduq consultera à Saguenay mercredi et à Chambord jeudi

Gazoduq poursuit ses consultations, mercredi matin à Saguenay et jeudi à Chambord, auprès des élus afin d’établir le plan de match sur les prochaines étapes à venir en attendant le dépôt l’automne prochain de l’étude d’impact environnemental entourant le projet de nouveau gazoduc de 750 kilomètres devant relier l’ouest de l’Abitibi à Grande-Anse au Saguenay.

Selon Frédéric Lepage, chef relations avec les communautés chez Gazoduq, les représentants des municipalités, groupes socio-économiques et associations touristiques sont conviés à participer à la rencontre destinée à présenter les résultats des consultations et ateliers tenus l’hiver dernier entourant le corridor d’aménagement privilégié pour le passage de l’infrastructure.

Affaires

Des retombées de 3,3 millions $ pour le Festival des vins de Saguenay

À quelques jours du début de sa 13e édition, le Festival des vins de Saguenay dévoile des statistiques d’achalandage enviables. L’événement, qui se déroulera du 11 au 13 juillet, attire de plus en plus de touristes.

Selon l’étude d’achalandage touristique réalisée par la firme Groupe Performance Stratégique, la 12e édition de l’événement touristique aurait engendré des retombées économiques de 3 303 329 $ et généré 12 660 nuitées à Saguenay. L’étude révèle également que 78 % des 39 085 visiteurs se seraient déplacés spécialement pour l’événement.

Affaires

Un 4e restaurant L'Entre-Côte Riverin ouvrira ses portes

L’Entre-Côte Riverin ouvrira un quatrième restaurant. Après Jonquière, Chicoutimi et Beauport, une succursale s’installera à Saint-Romuald grâce à un investissement de 1M$.

Le restaurant, dont le concept est né au Saguenay il y a neuf ans, ouvrira ses portes au Carrefour Saint-Romuald. L’Entre-Côte Riverin deviendra ainsi le seul steakhouse de type «apportez votre vin» sur le Rive-Sud de Québec. 

« Depuis l’ouverture du restaurant de Beauport, nous avions une forte demande pour l’arrivée d’un nouvel Entre-Côte Riverin sur la Rive-Sud de Québec. Saint-Romuald s’est avéré une destination toute naturelle pour notre concept unique de steakhouse », affirme Pascal Desgagné, copropriétaire et directeur des opérations des Entre-Côte Riverin, dans un communiqué.

Un investissement d’un million de dollars sera nécessaire afin d’aménager le restaurant d’une superficie de 4 451 pieds qui comptera 160 places assises à l’intérieur ainsi que 70 places sur la terrasse. Les travaux seront amorcés en septembre. Le restaurant devrait accueillir ses premiers clients en février 2020. Une cinquantaine d’emplois seront créés. 

Affaires

15 M$ pour de l'aluminium pur à La Baie

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean va entrer dans le marché hautement spécialisé de l’aluminium de grande pureté avec la naissance de l’entreprise Nature Alu qui nécessite des investissements d’un peu plus de 13 M$. Les premiers lingots seront produits en juin 2020 dans le vaste immeuble industriel de Proco Métal de La Baie.

L’annonce a été faite lundi matin à l’usine de l’entreprise Dynamic Concept du parc industriel de Jonquière. C’est à cet endroit que les métallurgistes Denis Mazerolle et Luc Boivin ont mené depuis 2016 les travaux préliminaires pour tester l’usine pilote et le procédé qui sera exploité dans la future usine de La Baie. Ils pouvaient compter sur le soutien de Michel Toupin de Proco Métal et Patrice Côté de Dynamic Concept.

Le projet, qui permettra de créer 15 emplois, a été annoncé en présence de la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, du député fédéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, au nom de son collègue ministre responsable de DEC Canada Navdeep Bains, de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, ainsi que des représentants des différents organismes de développement et de promotion économique des différents paliers de gouvernement.

Le projet industriel a été initié en 2016 par des cadres à la retraite de Rio Tinto, Luc Boivin et Denis Mazerolle. Ce dernier a eu les premiers contacts avec l’industrie de l’aluminium de grande pureté en Europe. Il s’agit selon l’historique qu’il a fait de la création de l’entreprise d’un marché de niche de l’ordre d’approximativement 160 000 tonnes métriques par année dominé par les producteurs Rusal et Hydro Aluminium.

« Nous n’utiliserons pas la même technologie. Rusal utilise une technologie qui a un impact environnemental beaucoup plus important », a insisté le président de Nature Alu, Denis Mazerolle. La technologie utilisée au Saguenay utilise de l’aluminium solide et permet de mettre sur le marché un aluminium à 99,99 % de pureté avec la plus faible empreinte écologique au monde.

Affaires

Centrale de chauffage: nouvelle convention collective ratifiée

Devant un avenir qui s’annonce incertain, les sept employés membres du Syndicat de la centrale de chauffage, productrice de vapeur pour trois immeubles publics, ont ratifié un nouveau contrat de travail de courte durée le 10 juin dernier.

Le convention collective applicable pour les années 2018 et 2019 prendra fin en décembre prochain et comporte des hausses salariales de 1,75 % et 2 % respectivement.

Affaires

La Banque Nationale à travers le temps

Les clients de la Banque Nationale de la rue Racine pourront en apprendre davantage sur l’histoire de l’institution financière, qui célèbre ses 160 ans. Une exposition itinérante, qui s’installera dans cinq succursales canadiennes au cours des prochaines semaines, s’arrête à Saguenay. Il s’agit du seul arrêt en région pour l’exposition.

C’était soir d’inauguration, lundi, à la Banque Nationale du 432 rue Racine Est. D’hier à aujourd’hui, des objets, des photos et de vieux livrets ou billets de banque sont exposés, retraçant les 160 ans d’histoire.

Affaires

La CNESST sensibilise les jeunes

Chaque jour, 31 jeunes travailleurs se blessent au travail. Puisque plusieurs jeunes vivront leur première expérience de travail ou décrocheront un nouvel emploi au cours de la saison estivale, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) profite du début de l’été pour sensibiliser jeunes et employeurs à la sécurité au travail.

En moyenne plus de 650 000 Québécois et Québécoises de 15 à 24 ans sont sur le marché du travail de mai à août. Pour tous les travailleurs, les risques de blessures sont plus grands au cours des premières semaines suivant l’embauche. Comme les jeunes sont souvent de nouveaux employés qui disposent de peu de connaissances sur les risques et les méthodes de travail sécuritaires liés à leur emploi, les risques de blessures sont bien présents. Les 15 à 24 ans occupent également régulièrement des postes ayant un cumul de contraintes telles que des horaires irréguliers, un travail répétitif ou une manutention de charges lourdes, ce qui augmente aussi les risques.

Actualités

Échafaudage Industriel inaugure ses locaux

L’entreprise Échafaudage Industriel, située sur la rue Alexis-le-Trotteur, à Jonquière, a procédé à l’inauguration de ses locaux à la suite d’un investissement d’un million $ réalisé au cours des derniers mois.

Vendredi après-midi, la direction, les employés, les clients et les fournisseurs ont été conviés à une rencontre d’inauguration sous le chapiteau à laquelle avait été conviée la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Affaires

Mélanie Stones: après les pierres, les diamants

L’entrepreneure d’origine almatoise Mélanie Pilote réalise un autre de ses rêves de création. Celle qui s’est fait connaître au courant des dernières années grâce à ses créations Melanie Stones explore maintenant l’univers unique des diamants.

Alors que son entreprise de fabrication de bracelets et de colliers de pierres et de perles célébrera son cinquième anniversaire en janvier 2020, la femme d’affaires qui détient des baccalauréats en génie et en actuariat a complété une formation de classification du diamant facetté au courant des derniers mois.