Actualités

Chocolaterie des Pères Trappistes: le DG devient actionnaire

Directeur général de la Chocolaterie des Pères Trappistes depuis 10 ans, Dominique Genest s’est enraciné un peu plus au sein de l’entreprise en achetant 25 pour cent de la compagnie, fondée et détenue par les Trappistes de Mistassini. Cette transaction vient assurer la relève de la chocolaterie basée à Dolbeau-Mistassini.

Par voie de communiqué, le père Clément Charbonneau a précisé que la vente d’actions était une façon de créer un lien encore plus fort entre la population locale et l’entreprise.

Actualités

Acier et aluminium: 9,4 M$ du fédéral à 13 projets

Le programme fédéral mis de l’avant ce printemps pour aider les entreprises œuvrant dans le secteur de la transformation de l’acier et de l’aluminium dans la foulée des tarifs imposés par le gouvernement américain aura permis d’aider jusqu’à maintenant 13 projets pour une somme totale de 9,4 M $ au Québec.

La décision du président Donald Trump d’imposer des tarifs sur l’importation d’aluminium et d’acier provenant du Canada a fait grand bruit et a incité le gouvernement Trudeau à mettre en place, le 11 mars dernier, un programme d’aide destinée aux entreprises doté d’une enveloppe de 125 M $, dont 26 M $ étaient réservés pour le Québec. La gestion du programme a été confiée à Développement économique du Canada (DEC).

Affaires

Vignoble Couchepagane: des vins du Lac dans les IGA de la région

En bordure du rang Sainte-Anne à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, le Vignoble Couchepagane offre un coup d’oeil surprenant. Son propriétaire, Bertrand Tremblay, y récolte des raisins afin de mettre en vente chaque année quelque 5000 bouteilles, qui se déclinent en quatre vins aux saveurs régionales. Depuis le début de l’été, son vin rouge, son blanc, son rosé et son vin de glace ont fait leur apparition sur les tablettes de tous les IGA du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Depuis maintenant plus de 20 ans, l’homme d’Alma est accompagné de son frère, d’une connaissance et d’un agronome pour s’occuper de ses 5000 plants de raisins. Le vigneron, qui a commencé avec deux cépages en 1999, en a maintenant 14. « Tous les cépages sont hybrides, composés de vignes européennes et américaines, pour augmenter la résistance au froid et aux maladies. Avec essais et erreurs, on réussit à leur faire passer l’hiver. Malgré les saisons plus écourtées qu’on connaît en région, on a réussi à amener nos vins à un bon degré de maturité », a expliqué Bertrand Tremblay, rencontré dans ses champs par Le Progrès.

Affaires

Les travaux d’Elysis lancés

Les travaux de construction du Centre de recherche et de développement d’Élysis à Saguenay sont amorcés.

L’ouverture du chantier a été soulignée vendredi matin en présence de représentants des gouvernements provincial et fédéral et de hauts dirigeants d’Élysis, Alcoa et Rio Tinto. 

Les nouvelles installations, qui seront situées à l’intérieur du Complexe Jonquière de Rio Tinto, également le site de l’Aluminerie Arvida, l’Usine Vaudreuil et du Centre de recherche et de développement Arvida, seront occupées par des experts qui oeuvreront au développement d’une technologie visant à éliminer toutes les émissions directes de gaz à effet de serre (GES) du processus de production d’aluminium.

Le projet de 50M$ devrait être opérationnel au cours de la deuxième moitié de 2020.

Plus de détails à venir. 

Actualités

Dodec: deux portes pour La Romaine 4

L’entreprise chicoutimienne Dodec est entrée dans le club sélect des fournisseurs spécialisés d’Hydro-Québec en devenant, pour la première fois de son histoire, maître d’oeuvre pour la conception et la fabrication de deux immenses portes de l’évacuateur de crues de la centrale hydroélectrique La Romaine 4, sur la Basse-Côte-Nord.

La conférence de presse donnée de Serdex, mercredi, dans les installations de Dodec, a permis de constater que l’entreprise chicoutimienne ne chôme pas.

Affaires

Ottawa accorde 640 000$ à Serdex International

L’organisme Serdex International pourra continuer d’accompagner et de promouvoir les entreprises régionales désirant exporter leurs produits et leur expertise. Le gouvernement fédéral a annoncé, mercredi, le versement d’une aide financière de 640 000 $ étalée sur trois ans destinée à soutenir l’organisme.

Le député de Lac-Saint-Jean et secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, Richard Hébert, a procédé à cette annonce en conférence de presse aux ateliers de l’entreprise Dodec, à Chicoutimi. Il était accompagné de Marie-Jeanne Bonneau, présidente du conseil d’administration de Serdex, et de Nadine Brassard, directrice générale.

Affaires

Ça sent bon pour Sural... qui pourrait être rachetée par Rio Tinto

BÉCANCOUR — Deux semaines à peine après le redémarrage de l’Aluminerie de Bécancour, voilà que l’usine de tige Sural, fermée depuis février dernier, pourrait aussi reprendre ses opérations dans un court délai, avec un nouveau propriétaire. Et celui-ci pourrait bien être Rio Tinto.

D’ailleurs, le fait qu’une rencontre syndicale ait lieu un dimanche soir laisse croire que le futur acheteur veut une réponse rapide de la part des travailleurs. Et le silence du Syndicat des Métallos, à la suite de cette réunion, en dit long sur l’intention de dire oui aux conditions de relance. En chômage, la soixantaine de syndiqués sont encore disponibles pour reprendre le boulot. Une main-d’oeuvre qualifiée qui se veut avantageuse pour l’acquéreur.

Actualités

Raconter l’histoire à travers la réalité augmentée grâce à Strateolab

Alexandre Boudreault a toujours adoré dessiner. Rapidement intéressé par l’imagerie 3D, il a fondé l’entreprise Strateolab en 2014, après ses études en architecture au Cégep de Chicoutimi. Cinq ans plus tard, l’entreprise rayonne maintenant aux quatre coins du Saguenay–Lac-Saint-Jean et hors de ses frontières. Avec les projets de réalité augmentée à Hébertville et à Petit-Saguenay, Strateolab joue maintenant dans la cour des grands.

Ceux et celles qui ont visité dernièrement les villages de Petit-Saguenay et d’Hébertville ont peut-être expérimenté la réalité augmentée créée par Strateolab, grâce à de nouveaux projets touristiques. À Hébertville, le visiteur est invité à suivre le voyageur du temps Cléophas Poulet, qui raconte l’histoire du petit village du Lac-Saint-Jean. Le voyageur du temps apparaît sur le téléphone intelligent ou la tablette du visiteur, mais dans le décor réel de ce qui l’entoure. Par exemple, l’arrière-plan sur lequel Cléophas Poulet apparaît est celui qu’on voit en réalité dans le village.

Actualités

Déjà 50 000 boîtes de bleuets enrobés de chocolat noir vendues

Environ 50 000 boîtes de bleuets enrobés de chocolat noir de la Chocolaterie des Pères trappistes de Dolbeau-Mistassini ont été fabriquées et vendues depuis le début de la saison. Bon an, mal an, 145 000 boîtes sont produites, et ce, malgré la récolte de bleuets qui dicte le rythme de production. Cette année, un retard de mûrissement d’un peu plus d’une semaine du petit fruit emblématique a été observé.

« Avec les bleuets, on décide de pas grand-chose. Dans la vie, on veut aller vite et on en veut plus, plus, plus. Les bleuets nous rappellent que l’on ne contrôle pas. On se ramène au moment présent », explique, avec un sourire dans la voix, le directeur général de la Chocolaterie des Pères trappistes, Dominique Genest. Celui-ci avoue que l’actuelle saison a permis à l’équipe d’exercer sa patience.

Actualités

D'infirmière à libraire: une offre verte pour la rentrée

Chloé Roy-Courteau, une ancienne infirmière, se lance dans une nouvelle aventure. Jeudi, elle ouvre les portes de L’Attrape-Livres et papeterie verte sur la rue Racine, à Chicoutimi.

«C’est une boutique qui a deux volets, avec une boutique au volet écoresponsable et l’autre volet, c’est la librairie d’occasion, où je vends des livres usagés de qualité qui ont été sélectionnés avec soin. Ils sont vraiment bien organisés. C’est vraiment comme une librairie. De l’autre côté, c’est la papeterie verte, tout ce qui est fourniture de bureau et matériel scolaire faits de matières écoresponsables», a expliqué la mère de famille à la veille de l’ouverture officielle.

Affaires

Les jardins de Sophie: bientôt du libre-service

L’entreprise Les jardins de Sophie, située en bordure du fjord du Saguenay sur le chemin de l’Anse à Pelletier, ne cesse de grandir et d’innover. La ferme maraîchère, qui fête sa 18e année de production, répondra à la demande grandissante de touristes sur son terrain en y ouvrant une boutique libre-service, d’ici quelques semaines.

L’entreprise Les jardins de Sophie se spécialise dans la variété de produits avec, par exemple, plus de 15 variétés de patates, 50 variétés de courges, sa production d’ail et des piments forts, en plus d’un grand choix de légumes tous certifiés biologiques.

Affaires

Un 3e appel de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions

Un troisième appel de projets est lancé dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Les promoteurs ont jusqu’au 11 octobre prochain afin de soumettre leurs propositions.

Les projets doivent avoir un rayonnement régional, ce qui nécessite d’impliquer plus d’un territoire de MRC et/ou la Première Nation de Mashteuiatsh. Ils doivent également s’inscrire à l’intérieur des priorités régionales de développement, soit l’agriculture et l’agroalimentaire, les Premières Nations, l’aluminium, les mines et métaux, la fourrure nordique, l’entrepreneuriat, les transports, la forêt, le tourisme, le numérique, le développement des communautés et la main-d’oeuvre.

Affaires

Passion ailes: une entreprise prête à prendre son envol

Catherine Massey et Pierre Pettigrew exercent un métier hors du commun : ils sont éleveurs de papillons. Dans une pièce de leur maison de Jonquière, le couple a fondé une entreprise unique dans la région qui vend des papillons pour des envolées dans des événements spéciaux. Pour l’instant, ils peinent à répondre à la demande et leur carnet de commandes est plein jusqu’à l’automne.

Les insectes qu’ils élèvent sont destinés à causer un effet spectaculaire ou à porter une symbolique lorsqu’ils sont relâchés dans des événements allant du mariage aux cérémonies funéraires, en passant par les graduations.

Actualités

3,5 G$ aux actionnaires de Rio Tinto

Rio Tinto a signé un revenu net de 4,13 milliards de dollars américains pendant la première partie de 2019, soit 250 millions de dollars de moins qu’à la même période l’année précédente. Selon des informations obtenues par Radio-Canada, le géant de l’aluminium a tout de même « versé un dividende de 3,5 milliards de dollars à ses actionnaires, dont un milliard sous forme de dividende spécial. »

En plus des tarifs imposés sur l’aluminium au Canada au cours de la dernière année, Rio Tinto a dû composer avec la baisse du prix de l’aluminium sur le marché mondial ainsi que la hausse générale des coûts des matières premières, des facteurs qui peuvent expliquer les résultats obtenus au premier semestre. Pour les alumineries du Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui regroupent Alma, Grande-Baie, Laterrière et le regroupement Arvida-AP60, les résultats se traduisent par une baisse de la rentabilité nette des usines, passée de 35 % à 27 %. Pour l’ensemble du secteur aluminium, cela représente des revenus de 315 millions de dollars, une baisse de 556 millions comparativement à 2018.

Affaires

3 M$ pour un parc agroalimentaire à Normandin

La MRC de Maria-Chapdelaine et Normandin investissent 1,5 million de dollars chacun pour le développement d’un nouveau parc industriel partagé à Normandin. La Congèlerie Héritier, dont l’inauguration a été faite jeudi, est la première entreprise à s’installer dans le parc de 1,5 million de pieds carrés.

« Pour une ville de 3000 habitants, réaliser un parc industriel, c’est toute une épopée », a commenté Mario Fortin, le maire de Normandin, lors de l’inauguration de la Congèlerie Héritier.

Actualités

Bleuets : les gros transformateurs ne sont pas inquiets

Bleuets sauvages du Québec et Bleuets Mistassini ne s’inquiètent pas outre mesure de l’arrivée d’un nouveau joueur dans le domaine de la congélation des bleuets au Lac-Saint-Jean.

« Avec la croissance du rendement dans les bleuetières, les volumes supplémentaires vont venir compenser pour les volumes qui iront à la nouvelle usine, estime Réjean Fortin, président de Bleuets Mistassini. Ils vont prendre leur place sur le marché, comme on l’a fait il y a 30 ans. C’est le fun de voir des producteurs se prendre en main. »

Affaires

50 ans pour la Brasserie Chez Noël

Depuis un demi-siècle, la Brasserie Chez Noël occupe le paysage de la ville de Dolbeau-Mistassini. Le couple formé de Johanne Thibeault et d’Yves Guy célèbre ce jalon important de l’entreprise située dans le centre commercial couvert du boulevard Wallberg, en plus de souligner plus d’une décennie à titre de propriétaires.

L’univers de la restauration n’était pas étranger à Johanne Thibeault, qui oeuvre dans le domaine depuis 40 ans. Ce fut tout le contraire pour son conjoint, qui travaillait à la papetière de Produits forestiers Résolu de Dolbeau-Mistassini et qui a accepté de se lancer dans l’aventure les yeux fermés.

Affaires

Un nouveau souffle sur la rue Racine

Les habitués de la rue Racine l’ont sans doute remarqué : un mouvement chez les commerçants s’est amorcé il y a quelques années et plusieurs petits nouveaux y ont fait leur place. Règle générale, les commerçants rencontrés s’entendent pour dire qu’un vent de changement souffle sur la rue principale du centre-ville de Chicoutimi. Et une microbrasserie y élira bientôt domicile.

Marché sauvage de Morille Québec, L’Gros Luxe, Le Versus pub ludique, Bistrot Café Summum, la Sandwicherie du Bistro D, Fabbricca Gelato, L’Assorti, Starbucks, Herboréal ; plusieurs nouveaux joueurs ont choisi la rue du centre-ville comme lieu d’affaires, au cours des deux dernières années, alors que ceux qui s’y étaient déjà établis ont choisi d’investir pour améliorer leur offre. La Parizza, qui vient d’inaugurer sa nouvelle terrasse avec vue sur le Saguenay, et l’institution Chez Georges en sont deux exemples. Le Cambio, lui, a décidé de déménager, mais est resté sur la Racine. Il s’est aussi agrandi.

Actualités

Secteur de la construction: 7000 ouvriers en vacances

Plus de 7000 travailleurs de la construction du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont rangé leurs outils, jeudi et vendredi, afin de profiter des deux prochaines semaines pour refaire le plein et se retrouver en famille et entre amis.

Les chèques des vacances de la construction ont d’ailleurs été versés, et ils s’élèvent à 20 604 393,26 $ pour les 7078 travailleurs régionaux ayant droit à un montant d’argent, ce qui signifie une moyenne de 2911 $ pour chacun de ces employés.

Actualités

Aide aux médias: un comité d’experts demande des mesures fiscales plus larges

OTTAWA - Le gouvernement fédéral doit étendre la portée des mesures fiscales visant à aider les petits médias à locaux à traverser la crise actuelle, affirme un comité d'experts indépendants dans son rapport final publié jeudi.

Le programme déjà mis en place par le fédéral «ne suffira pas à lui seul à empêcher la disparition de nombreuses sources d'information essentielles», écrivent les membres du comité dans une lettre transmise au ministre du Patrimoine, Pablo Rodriguez, et au ministre des Finances, Bill Morneau.

Selon eux, les entreprises les plus vulnérables sont «les petits médias locaux qui ne sont pas visés par les mesures du budget 2019».

«D'autres programmes de soutien devraient être envisagés», ajoutent-ils.

Le comité recommande que les petites publications «qui n'avaient pas deux employés réguliers au cours des douze derniers mois» puissent «compter des pigistes et des entrepreneurs indépendants parmi leurs journalistes (...) afin qu'elles puissent être considérées comme des organisations journalistiques canadiennes admissibles».

Dans son budget 2019, le gouvernement fédéral avait annoncé diverses mesures pour venir en aide aux médias canadiens: un nouveau crédit d'impôt remboursable à l'intention des organisations journalistiques admissibles, un nouveau crédit d'impôt non remboursable pour les abonnements aux médias d'information numériques canadiens et l'accès à des incitatifs fiscaux de bienfaisance pour les organisations journalistiques à but non lucratif.

Le comité exhorte aussi le gouvernement à consacrer «immédiatement au moins 5 pour cent de son budget publicitaire à l'achat d'espace publicitaire dans les publications écrites qui servent les communautés de langue officielle en situation minoritaire».

De plus, il souhaite que le gouvernement s'engage «à acheter une part importante de publicité dans les médias écrits canadiens, imprimés et numériques».

À LIRE AUSSI:

Les donateurs admissibles

Les critères visant à définir les donateurs admissibles pouvant recevoir des reçus à des fins d'impôt devraient être élargis, soutient-il.

«La législation actuelle exclut des organismes comme Les Amis du Devoir, qui soutiennent le journalisme depuis longtemps et qui pourraient jouer un rôle important dans le financement futur du journalisme», déplore le comité.
Le comité recommande aussi que la responsabilité de déterminer quelles entreprises seront admissibles aux crédits d'impôt soit donnée à l'Agence du revenu du Canada, qui pourrait recevoir l'aide d'un organisme consultatif.

Le ministre des Finances Bill Morneau avait annoncé diverses mesures totalisant 600 millions $ afin de venir en aide aux entreprises de presse qui font face à une crise de revenu depuis quelques années.

àUn comité d'experts, comprenant des représentants du secteur, des associations professionnelles et des syndicats, a été nommé pour aider le gouvernement à mettre en ?uvre de manière efficace et équitable ces mesures fiscales.
Réagissant au rapport, le gouvernement fédéral a dit vouloir poursuivre son soutien au journalisme tout en s'assurant qu'il n'y ait pas d'ingérence politique dans le contenu des informations des médias.

«Nous avons dit, depuis le début, que nous protégerons l'indépendance des journalistes en laissant le secteur établir les critères et les définitions, a indiqué Simon Ross, un porte-parole de M. Rodriguez, par courriel. Nous continuerons à respecter cette indépendance.»

RÉACTIONS

Du côté du Groupe Capitales Médias, le président-directeur général Claude Gagnon, a qualifié de «logiques» les recommandations du comité considérant son mandat «très restreint».

Celui qui est aussi président et éditeur du Soleil aurait toutefois souhaité que le groupe indépendant d’experts puisse traiter de la définition des fonctions qui seront considérées pour avoir accès à un crédit d’impôt, comme «les correspondants, les collaborateurs et les photographes contractuels.»

M. Gagnon estime aussi que le maximum de salaire fixé et le pourcentage du crédit accordé ne tiennent pas compte de la réalité et des réels besoins de l’industrie. «Aussi, la notion de financement intérimaire du crédit revêt une importance majeure considérant les besoins à court terme de l’ensemble des médias au pays», a-t-il ajouté.

«On aurait également souhaité que la notion d’organisme à but non lucratif considère la particularité du Devoir, a souligné le président-directeur de GCM. Et on aurait aussi pu considérer les plus petits hebdomadaires dans le programme d’aide, car ils connaissent également des difficultés.» Avec Le Soleil

Affaires

Devinci maintenant à Monaco

Devinci maintient son emprise dans le domaine du vélo en libre-service, alors que la principauté de Monaco a reçu sa flotte de 300 BOOST, un bicycle à assistance électrique. Avec le MonaBike, la petite ville-État devient ainsi la première à offrir à sa population un système de vélopartage 100 % électrique.

Depuis son partenariat avec PBSC Solutions Urbaines, Devinci a fourni plus de 80 000 vélos qui parcourent les rues de 35 villes partout sur la planète. Tous les appareils sont fabriqués à l’usine de Chicoutimi.

Affaires

Cinq projets se partageront 554 491$

Une aide financière de 554 491 $ a été annoncée par la ministre des Affaires municipales Andrée Laforest, mardi, pour la réalisation de cinq initiatives soumises dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Parmi ces projets, on retrouve la mise en place du Conseil de gestion durable du lac Saint-Jean et l’implantation d’infrastructures d’hébergement IGLOFT et de stations glacières à Saint-Gédéon.

Les projets répondaient à quatre des douze priorités établies pour la région, soit de consolider, de structurer et d’organiser l’offre touristique régionale en plus de s’assurer que Pekuakamiulnuatsh Takuhikan soit un intervenant prioritaire dans les projets d’exploitation de mise en valeur des ressources naturelles de la région. En plus, les projets encourageaient le développement des communautés et relançaient l’industrie de la fourrure nordique.

Affaires

Le montage financier de l'incubateur d'Alma complété

Le premier incubateur entrepreneurial d’Alma, mis en place par la Corporation d’innovation et développement Alma–Lac-Saint-Jean-Est (CIDAL), peut aller de l’avant. Grâce à une subvention de 182 000 $ du gouvernement du Canada, le budget est bouclé pour procéder aux travaux d’aménagement dans les locaux de la rue Sacré-Coeur ouest, en plein coeur du centre-ville.

Le député libéral fédéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, a annoncé le soutien de son gouvernement par l’entremise du programme Développement économique Canada (DEC) pour les régions du Québec, mardi matin, lors d’une visite de chantier. Cette somme complète un montage financier sur deux ans de 1 039 600 $.

Affaires

Desjardins offre une protection numérique permanente pour tous [VIDÉO]

Craignant de ne pas voir tous les particuliers touchés par le vol massif de données personnelles s’inscrire au service de surveillance d’Equifax, le Mouvement Desjardins élargit les mesures de protection afin de les offrir à tous ses membres.

Annoncées lundi, ces mesures de protection entourant le vol d’identité s’appliqueront «pour la vie» aux 4,3 millions de particuliers et 300 000 entreprises membres du groupe financier coopératif.

«Les gens qui ont des sommes investies chez Desjardins doivent dormir tranquilles», a lancé le président et chef de la direction de Desjardins, Guy Cormier, au cours d’une conférence téléphonique où il a également révélé avoir lui-même été touché par le vol de données.

Desjardins est dans la tourmente après avoir annoncé, le 20 juin, que les informations personnelles, dont des numéros d’assurance sociale, de 2,7 millions de membres particuliers et 137 000 entreprises avaient été dérobées par un employé - qui a depuis été congédié.

Le groupe coopératif financier offrait déjà un abonnement, bonifié à cinq ans, au service de surveillance assuré par la firme Equifax, mais les inscriptions ne semblent pas progresser au goût de la haute direction.

«La raison pour laquelle on annonce cela, c’est qu’on voit qu’il y a un plafond qui est devant nous, d’avoir peut-être seulement 15 à 20 pour cent des gens victimes de la fuite qui vont s’inscrire, a expliqué M. Cormier, avant de se rendre à Ottawa, où il devait témoigner devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale. Desjardins ne veut pas laisser 80 pour cent de ses membres sans protection.»

Jusqu’à présent, un peu plus de 13 pour cent des membres particuliers de Desjardins, soit quelque 360 000 personnes, se sont inscrits au service d’Equifax - qui a été la cible de critiques pour des ratés au chapitre du service.

M. Cormier a assuré que tous les membres actifs, dont les entreprises - une des nouveautés, à son avis -, étaient automatiquement protégés et qu’il n’y avait aucune démarche à faire. Aucune institution financière au Canada n’offre un tel service, a-t-il dit.

Trois volets

Les mesures annoncées se déclinent principalement en trois volets:

- Un remboursement «sans aucun plafond» si des transactions non autorisées sont effectuées, un service déjà offert.

- En cas de vol d’identité, un service d’accompagnement personnalisé effectué par des avocats spécialisés. «Il existait un certain service pour une certaine catégorie de demandes, a expliqué M. Cormier. Mais on l’étend à tous nos membres et on ajoute plusieurs modalités, comme du soutien psychologique.»

- Une protection pouvant atteindre 50 000 $ afin de rembourser des dépenses en cas d’un vol d’identité, comme une perte de salaire et des frais afin d’obtenir des documents notariés.

Néanmoins, M. Cormier a invité les membres affectés par le vol de données à s’inscrire auprès d’Equifax, qui offre un service d’alertes et de prévention ne figurant pas dans ce qui a été annoncé lundi par la coopérative.

«Le mal déjà fait»

Pour Jean-Philippe Décarie-Mathieu, chef de la cybersécurité aux Commissionnaires du Québec, une entreprise montréalaise spécialisée dans la sécurité en ligne, Desjardins a fait, dans la mesure du possible, ce qui était nécessaire.

Au cours d’un entretien téléphonique, il a néanmoins estimé que le «mal a déjà été fait» en ce qui a trait aux données dérobées.

«Ce qui a été annoncé s’applique dans les comptes de Desjardins, a dit M. Décarie-Mathieu. Mais dans l’optique où l’on parle d’une fuite de données, il s’agit d’informations que l’on peut réutiliser à d’autres fins et qui peuvent dépasser le cadre de Desjardins».

Desjardins fait toujours l’objet d’enquêtes de la part de la Commission d’accès à l’information du Québec et du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.

Il pourrait aussi y avoir des conséquences légales pour la coopérative. Deux requêtes en autorisation pour des actions collectives allèguent que la coopérative a violé les droits de ses membres en matière de vie privée ou fait preuve de négligence dans la protection de leurs informations personnelles et financières.

+

Actualités

L’automobile d’occasion domine le palmarès des plaintes

CHRONIQUE / Sur une base annuelle, l’Office de la protection du consommateur (OPC) traite entre 130 000 et 150 000 cas qui lui sont présentés par les consommateurs ayant, dans une large proportion (près de 90 %), un problème avec un commerçant qu’ils souhaitent résoudre. Ils cherchent à connaitre leurs droits, leurs recours ainsi que leurs obligations dans la situation qui les concerne. Parmi ces cas, l’OPC recense et enregistre de 25 000 à 30 000 plaintes à l’encontre de commerçants œuvrant dans l’ensemble des secteurs d’activités assujettis à l’une des quatre lois dont il doit surveiller l’application.

L’automobile d’occasion au premier rang

Considérant la part importante qu’occupe l’automobile dans leur budget personnel des consommateurs, il ne faut pas se surprendre que ce domaine se distingue quand vient le moment de brosser un portrait des secteurs de consommation le plus souvent liés aux plaintes des consommateurs. Le secteur des automobiles d’occasion se démarque par plusieurs coudées alors que 16 % des plaintes des consommateurs concernent ce secteur d’activité soit quatre fois plus que le secteur de l’automobile neuve.

Affaires

Val-Jalbert au programme

Val-Jalbert entre au programme des Expériences canadiennes distinctives de Destination Canada. Le village historique rejoint ainsi quelque 200 sites touristiques de toutes les provinces et territoires du Canada et représentant l’image de marque du Canada.

En étant sélectionné par Destination Canada, le Village historique de Val-Jalbert va voir son aura mondiale décuplée. Le programme des Expériences canadiennes distinctives contribue à la promotion de sites touristiques dont l’image promeut le pays. 

L’hospitalité légendaire et les paysages à couper le souffle qui caractérisent si bien Val-Jalbert ont su séduire l’institution.

Affaires

Clémika Découvertes : la nature comme lieu de travail

L’une est Saguenéenne, l’autre est Française. Passionnées par la faune et par la flore, Érika Roy et Clémence Jaeger se sont rencontrées en 2012, au Cégep de Saint-Félicien. Ensemble, elles viennent de fonder Clémika Découvertes, une petite entreprise qui s’est donné comme mission de rendre accessible la nature et d’expliquer les mille et une façons dont on peut s’en servir.

Clémence Jaeger est arrivée au Saguenay–Lac-Saint-Jean il y a sept ans, lors d’un échange étudiant. Elle devait être ici huit mois, mais comme bien des étudiants étrangers, elle est tombée amoureuse avec la région. 

C’est en étudiant en Techniques du milieu naturel que Clémence Jaeger a fait la connaissance d’Érika Roy, qui est devenue sa partenaire de vie, mais aussi sa partenaire d’affaires. Après avoir terminé ses études universitaires, Clémence Jaeger a commencé à travailler sur le projet de Clémika Découvertes avec Érika, qui était alors guide naturaliste.

Actualités

Retard dans les cultures: 116 avis de dommages

Le temps plus froid au printemps s’est répercuté sur toutes les phases des grandes cultures et a provoqué un retard de deux semaines, de telle sorte que la Financière agricole a enregistré jusqu’à maintenant 116 avis de dommages dans l’ensemble de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Globalement, l’agronome et directeur régional, Yves Lefebvre, explique que le printemps frais a causé un retard dans les semis. Ce retard a eu un impact sur leur levée et aujourd’hui, le constat sur le terrain confirme un manque à gagner sur la croissance des plants.

Affaires

Chocolaterie des Pères Trappistes: doubler à nouveau la production

La Chocolaterie des Pères Trappistes a refait son image de marque, tout en investissant 853 000$ dans de nouveaux équipements qui lui permettront, à terme, de doubler la capacité de production. Ces investissements permettront de poursuivre la croissance l’entreprise, qui a déjà doublé son volume de production depuis 2013.

Dans l’usine de fabrication de chocolats, de nouveaux équipements sont en place pour fondre et tempérer le chocolat avant qu’il ne soit moulé, coulé ou utilisé comme enrobage pour la quarantaine de produits mis en marché par la chocolaterie, explique Steve Trottier, directeur de production. « Ces équipements, qui sont le coeur de la chocolaterie, ont été installés il y a un mois et demi », ajoute l’homme, à l’occasion d’une visite de la chocolaterie.

Actualités

Une succursale de la SQDC à Shawinigan d’ici l’automne

Shawinigan — La Société québécoise du cannabis ouvrira sept nouvelles succursales d’ici l’automne, dont une à Shawinigan, a annoncé mardi la société d’État.

La succursale shawiniganaise sera située au 2070, 105e Avenue. Il s’agira de la seconde adresse de la SQDC à ouvrir en Mauricie, avec celle de Trois-Rivières. Au Centre-du-Québec, une succursale est également ouverte à Drummondville.