Le Zoo sauvage de Saint-Félicien dresse un bilan positif de 2019, alors que plus de 200 000 personnes ont visité cette attraction touristique l’an dernier.

Zoo sauvage de Saint-Félicien: plus de 200 000 visiteurs en 2019

Avec plus de 200 000 visiteurs en 2019, la directrice générale du Zoo sauvage de Saint-Félicien Lauraine Gagnon avait plusieurs raisons de se réjouir lorsqu’elle a présenté à la presse le bilan annuel de son organisation.

« C’est une excellente année, car c’est toujours un défi de faire déplacer les gens et nous on a en plus un caractère international, alors on doit continuer d’être attractif pour la clientèle étrangère. »

Au total, 201 642 visiteurs ont foulé le sol du Zoo en 2019, dont 52 260 provenaient de l’Europe. Les autres provenaient soit du Saguenay-Lac-Saint-Jean (68 632) ou d’un peu partout au Québec (77 842).

Retombées financières

Tous ces visiteurs qui franchissent les tourniquets du zoo et qui proviennent de 78 pays rapportent 38,5 millions $ à l’économie régionale en diverses retombées économiques.

« Il y a deux clients sur trois qui viennent nous visiter et qui doivent avoir de l’hébergement, se transporter, se nourrir. Les gens de l’extérieur sont nombreux. »

Pour répondre à toute cette clientèle, le zoo emploie une équipe de plus de 180 personnes en haute saison, pour une masse salariale de 2,4 M$.

Anima Lumina

Seule ombre au tableau, la baisse de 16,2 % enregistrée au guichet pour le parcours nocturne Anima Lumina. En 2019, seulement 14 165 visiteurs sont venus assister aux représentations, comparativement à 16 908 visiteurs en 2018. La directrice générale explique que cette baisse est principalement due aux sautes d’humeur de Dame nature.

« En début d’été, le premier parcours est à 22 h 30, alors c’est plus difficile pour les familles et, l’été dernier, on a eu beaucoup de soirées à 10 °C. On est vraiment tributaire de la température. Souvent les gens vont voir les prévisions à court terme et les décisions des déplacements se prennent de plus en plus à la dernière minute. »

Des plans conçus en 2020

L’année 2019 a été marquée par la réalisation de la phase 3 du Plan global de développement. Lauraine Gagnon a annoncé mercredi que la phase 4 sera mise en branle en 2020.

« C’est une année de plans et devis, car on veut préparer des nouveaux habitats pour 2021. On est aussi en train de travailler sur un projet d’implantation de mise en valeur des activités touristiques de la région. On va mettre à niveau le film multisensoriel qui est à l’entrée. On a fait aussi l’entretien de plusieurs ponts et ponceaux », indique Mme Gagnon.

Sans vouloir dévoiler pour quels animaux seront construits ces nouveaux habitats, elle croit que le zoo fera encore preuve d’avant-gardisme.

« On a toujours été précurseurs dans la présentation des concepts animaliers et là, on va aller encore plus loin. »

Concernant la situation du Zoo de Falardeau, qui est touché par des allégations de maltraitance des animaux, la directrice générale n’a pas voulu se prononcer.