Zone rouge: des restaurateurs et propriétaires de gyms résignés

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Résignation. C’est le mot qui décrit le mieux l’attitude des commerçants joints par Le Progrès, au moment de l’annonce du passage de la région en zone rouge. Bien que les restaurateurs et les centres de conditionnement physique aient à procéder à de grands changements dans les prochaines heures, c’est une situation qui était prévisible pour ceux-ci.  

Dans le secteur d’Alma, particulièrement touché dans les dernières semaines, la baisse de clientèle se faisait déjà sentir depuis longtemps. Certains restaurants avaient même déjà commencé à appliquer des mesures de zone rouge volontairement. C’est notamment le cas au Café du Clocher. 

«La zone orange a frappé fort. Déjà qu’on était à 50% de la capacité maximale ... dès l’annonce de l’alerte orange, on est tombé à 50% du 50% de capacité maximale», a indiqué le gérant du bar spectacle, Samuel Gingras, au Quotidien

Même son de cloche à la Microbrasserie Lion Bleu d’Alma, qui a également ressenti durement le passage de la région en zone orange. Son co-propriétaire et président directeur général, Pierre Harvey, préfère se concentrer sur le positif qui peut en ressortir malgré tout. 

«Dans la vie, il faut savoir se contenter aussi. Nous avons fait un été capotant, nos affaires vont bien, les ventes à la boutique vont bien... Mais nous restions ouverts de peine et de misère depuis quelques semaines, les gens ont peur de sortir, nous comprenons ça aussi. Ce qui fait le plus mal, ce sont les employés. Nous en mettons à pied de trois à quatre par semaine, alors qu’à plein régime, nous tournons à 40. C’est difficile parce qu’eux aussi ont des choses à payer! »

Chez le Groupe D Resto, qui comprend une douzaine de restaurants au Saguenay-Lac-Saint-Jean dont La Belle & La Boeuf et l’Entre-Côte Riverin, on s’attendait à devoir fermer les salles à manger à nouveau avec l’arrivée de la deuxième vague.  

«C’est plus facile cette fois-ci parce que nous l’avons déjà vécu, et parce que nous avons passé les derniers mois à nous préparer. L’entièreté de nos restaurants resteront ouverts, nous allons pouvoir faire du ‘‘take-out’’ et de la livraison partout, dans chacun de nos marchés. Nous espérions quand même s’en sauver, parce que nous avons mis tellement d’efforts dans la santé et la sécurité de nos restaurants. Mais nous nous plions aux exigences de la santé publique», résume le responsable des communications du Groupe D Resto, Alexandre Lavoie. 

Des gyms dociles en région

Contrairement à ce qu’aurait pu laisser croire le mouvement de protestation lancé par 200 gyms au Québec en début de semaine, tous les centres d’entraînement joints par Le Progrès ont aussi l’intention de se plier aux nouvelles directives dictées par l’arrivée en zone rouge.  

Chez Énergie Cardio de Jonquière entre autres, c’est le mot d’ordre. «Nous allons suivre les consignes de la Santé publique. C’est la même chose pour tous les autres Énergie Cardio de la bannière qui sont aussi en zone rouge», a confirmé au Quotidien Jean-Michel Hovington, l’entraîneur-chef de l’endroit.

Et même si elle confirme elle aussi que les directives seront respectées au centre de conditionnement physique Regain d’Alma, sa directrice Karine Gagnon se désole de ces nouvelles mesures. «Je trouve ça triste. Nous avons déjà perdu la moitié de nos membres, qui sait combien nous en aurons à la reprise... C’est dommage parce que ça se passait bien ici avec les mesures en place, mais nous n’avons pas le choix de fermer.»

+

LE SPORT EN PAUSE COMPLÈTE À PARTIR DE MERCREDI

(Samuel Duchaine) Les activités sportives prévues ce week-end auront bel et bien lieu, mais ce sera une dernière occasion pour les amateurs de sports qui devront mettre leurs activités de côté pour une période indéterminée.

Le coordonnateur exécutif aux opérations, au développement et directeur des communications de Hockey Saguenay–Lac-Saint-Jean, Pascal Bouchard, a confirmé que les matchs prévus cette fin de semaine allaient être joués. « Nous pouvons tenir les activités de hockey mineur pour la fin de semaine. Les mesures sanitaires seront effectives à compter du mercredi 4 novembre. Pour la suite, les matchs et pratiques seront sur pause », a-t-il mentionné dans une publication sur la page Facebook de l’organisation.

Cette mesure sera la même pour toutes les ligues, clubs ou associations, et ce, pour tous les sports à l’exception de la pratique d’une activité dans le cadre d’un programme de sport-études, à condition que les participants soient dans une même classe-bulle. Les compétitions individuelles ne sont pas permises.

Selon le site du gouvernement du Québec, les installations sportives intérieures seront néanmoins ouvertes pour la pratique libre, mais l’accès aux vestiaires n’est pas permis, à l’exception des toilettes. Cependant, les municipalités peuvent décider de fermer leurs établissements.