René-Philippe Harvey, président du conseil d’administration de la Société de gestion de la Zone portuaire de Chicoutimi, précise que le ministère ne peut fouiller dans les livres puisqu’il ne s’agit pas d’un organisme municipal.

Zone portuaire: le MAMOT invité à fouiller

Les dirigeants de la Société de gestion de la Zone portuaire de Chicoutimi invitent le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) à fouiller dans leurs livres comptables. Ils ont l’intention de faire preuve de transparence.

C’est l’essentiel d’une lettre adressée au gouvernement et obtenue par Le Quotidien. 

Dans une résolution adoptée à l’unanimité, les membres du conseil d’administration ont fait parvenir, le 19 décembre, une lettre au sous-ministre Marc Croteau lui demandant de se rendre dans les bureaux de l’organisme paramunicipal dans les plus brefs délais.

Cette initiative fait suite à une décision du nouveau conseil municipal de Saguenay du 30 novembre dernier. 

Les élus ont demandé au vérificateur général de la ville de fouiller les décisions prises par l’administration de la Zone portuaire et ont demandé au gouvernement de déléguer un vérificateur afin d’analyser tout ce qu’il jugerait à propos.

Les membres du conseil municipal ont justifié leur résolution en considérant que la Société de gestion de la Zone portuaire de Chicoutimi a pris des décisions qui ont eu pour effet de semer un doute sur la gestion des sommes confiées à cet organisme par la Ville.

Étant donné que la Société de gestion de la Zone portuaire n’est pas un organisme municipal, qu’elle ne compte aucun élu au sein de son conseil d’administration et que les états financiers ne sont pas soumis à la Ville, le MAMOT ne peut y accéder officiellement, et ce, malgré le fait qu’il s’agit de l’organisme recevant le plus de subventions de la Ville après Promotion Saguenay

« Le MAMOT ne peut fouiller dans nos affaires de son propre chef. Si nous ne les invitons pas, ils ne peuvent faire enquête. Mais comme nous n’avons rien à cacher et que nous voulons faire preuve de transparence, nous leur demandons de nous rendre visite dans les plus brefs délais », mentionne René-Philippe Harvey, président du conseil d’administration de la Société de gestion de la Zone portuaire de Chicoutimi. M. Harvey est également président du Parti des citoyens de Saguenay.

Il précise que le conseil d’administration est en désaccord avec l’affirmation du conseil municipal (doute sur la gestion des sommes confiées à l’organisme), car leur résolution jette un discrédit sur l’organisation. 

« Jamais nous nous sommes objectés à ce que le vérificateur général exerce les pouvoirs qui lui sont conférés par la Loi sur les cités et villes et, en ce sens, il peut, en tout temps, procéder à la vérification des comptes et des documents de notre société », précise M. Harvey.

Ce dernier ajoute, dans sa lettre, que les dirigeants ont toujours agi à l’intérieur des pouvoirs et mandats qui leur ont été confiés, et ce dans le respect des lois et règlements.

Il n’a pas été possible d’obtenir les commentaires de l’administration municipale sur cette demande de la Société de gestion de la Zone portuaire de Chicoutimi.