Yves-François Blanchet entouré des députés Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard lors du point de presse de vendredi. 
Yves-François Blanchet entouré des députés Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard lors du point de presse de vendredi. 

Yves-François Blanchet fait le bilan de sa tournée au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le Bloc québécois ne lâche pas prise et demande au premier ministre Justin Trudeau et à son ministre des Finances de quitter leurs fonctions. Son chef n’a surtout pas l’intention d’adopter le comportement de « laveur de char » libéral qu’a selon lui le NPD, qui refuse toujours de joindre les rangs de sa formation, afin de défaire le gouvernement libéral.

En point de presse vendredi, dans le cadre du bilan régional de sa tournée de deux jours dans la région, Yves-François Blanchet a fait le lien entre les priorités de relance économique post-covid de la région et l’incapacité du premier ministre et de son ministre des Finances de gérer convenablement la crise sanitaire.

« Que le premier ministre et son ministre des Finances quittent et que d’autres personnes qui n’ont pas à gérer des problèmes de lieu de leur famille les remplacent et nous allons continuer pendant un bout de temps », a tranché le chef bloquiste qui jouit de l’appui des Québécois sur cette question.

Il est revenu sur sa tournée régionale où il a eu la chance de rencontrer différents groupes. Il a été à même de constater la profondeur de la crise de la main-d’œuvre qui seconde la région et qui risque de devenir un frein à la relance. Les employeurs lui ont fait part du problème de la Prestation canadienne d’urgence sur l’embauche.

« M. Trudeau n’a pas le temps de gérer ce problème, il gère sa crise de scandale financier. Il faut obligatoirement que l’on apporte une modification à la Prestation canadienne d’urgence afin de la transformer en incitatif pour que les gens retournent au travail », plaide le leader bloquiste.

Le chef bloquiste a aussi rencontré des entreprises qui ont été écartées de la subvention salariale, mais qui en auraient bien besoin en ce moment. Encore là, il affirme qu’il est impossible de mobiliser le gouvernement sur ces problèmes très sérieux puisque les intérêts du premier ministre et du ministre des Finances sont ailleurs.

Yves-François Blanchet a profité de son passage de deux jours dans la région pour travailler sur une plateforme économique que la formation politique entend adopter à l’automne. Cette plateforme comprendra des éléments en provenance des régions du Québec et visera la sortie de crise. Il n’a pas manqué de reprendre les attaques contre le gouvernement libéral sur cet élément puisque selon le chef du parti, Ottawa a demandé à des entreprises privées, qui ne sont pas canadiennes dans certains cas, de plancher sur un projet de sortie de crise.

Les députés Mario Simard et Alexandre Brunelle-Duceppe ont tour à tour identifié les axes que la formation entend privilégier pour supporter l’économie régionale. Les députés régionaux souverainistes estiment qu’Ottawa doit faire sa part afin de supporter les pôles de l’aluminium et de la forêt. Le gouvernement canadien investit dans d’autres régions du Canada afin de supporter des pôles économiques, principalement la forêt, alors qu’il se fait tirer l’oreille quand c’est le tour du Québec.

Mario Simard a indiqué que le Bloc québécois allait déposer sous peu une étude relativement à la diversification pour le secteur forestier et l’importance de cette industrie dans la mutation vers une économie verte.

La région a aussi droit selon le Bloc québécois de récupérer les sommes de la surtaxe de l’aluminium afin de créer son propre fonds de développement économique pour ce secteur industriel.