Entouré de ses coéquipiers de l’équipe des ConVaincus, Pierre-André Savard tient fièrement le trophée remis à l’équipe championne du Wonderjam.

Wonderjam: les ConVaincus vainqueurs

Les créateurs de jeux vidéo en herbe ont peu dormi en fin de semaine, mais les cernes sous les yeux et la surdose de caféine en valaient le coup. Dans le cadre du Wonderjam présenté à l’UQAC, quatre équipes ont reçu un prix, dont le grand honneur remis aux ConVaincus.

Force est d’admettre que le quatuor avait choisi un nom d’équipe prédestiné puisque les six juges auront été convaincus par leur travail. Le jeu d’arcade mettait en vedette un policier et un criminel dans un centre commercial. L’agent de la paix devait mettre la main au collet du malfrat, mais il avait une vision limitée de la carte.

Le criminel commettait des gestes répréhensibles et une traînée de sang le suivait un certain temps, histoire de donner des indices au policier à ses trousses.

Les quatre créateurs de l’UQAC, Pierre-André Savard, Pierre-Yves Glidden, Aymeric Planet et Jeffrey Patrat, avaient 48 heures pour concocter un jeu vidéo qui se joue sur PC. À eux quatre, ils ont cumulé plus de 150 heures de travail. Fait à souligner, les autres équipes du top-3 étaient composées de près de 10 étudiants.

« Dans ce genre de compétition, la communication est très importante, a expliqué Jeffrey Patrat. Un trop grand nombre de membres dans une même équipe peut parfois être handicapant. On a prouvé qu’il est parfois faux de dire que plus on est nombreux, plus on travaille bien. »

Les grands gagnants ont reçu un montant de 1000 $, gracieuseté du département d’informatique de l’UQAC. La deuxième position a été octroyée à l’équipe Gather X Nicolas2 et le podium a été complété par Entertainment Studio. Le prix de l’audace créative, remis par Frima Studio, a été décerné à K-Games.

Les équipes devaient construire un jeu basé sur le thème de la pression, en respectant des styles imposés.

Record de participation

L’édition du Wonderjam UQAC a accueilli un record de 128 participants, répartis au sein de 24 équipes. Trois d’entre elles étaient hors compétition, dont une équipe d’Ubisoft Saguenay. Les créateurs plus expérimentés agissaient à titre de mentors pour les plus jeunes, ce qui a plu à tout le monde.

Ubisoft Saguenay était le commanditaire principal de l’événement, en plus de la participation de Beenox, un studio de développement situé à Québec, et de plusieurs autres partenaires.

Plusieurs prix de participation ont été remis parmi les personnes présentes en fin de semaine.

« Au-delà des prix, le but premier du Wonderjam est de se faire du plaisir, mais aussi de se construire un portfolio en vue d’une future carrière, a souligné le président du comité organisateur, William Déry. Un événement comme celui-là est très bien vu par les studios de création. »