Dimanche après-midi les équipes s’affairaient à finaliser leur jeu vidéo, dans le centre social de l’Université du Québec à Chicoutimi.

WonderJam: l’engouement entourant l’arrivée d’Ubisoft se fait sentir

L’engouement entourant l’arrivée du géant français du jeu vidéo Ubisoft dans la région s’est fait sentir, en fin de semaine, à l’occasion du WonderJam tenu à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Le nombre de participants à la compétition de création de jeux vidéo a presque doublé, par rapport à la dernière édition.

Quelque 120 étudiants ont pris part à l’événement, tandis qu’ils étaient environ 70 lors du dernier WonderJam. La vingtaine d’équipes devaient relever le défi de créer un jeu vidéo en seulement 48 heures, sous le thème «Ordre et désordre», choisi par Ubisoft Saguenay, principal commanditaire de la compétition.

Les étudiants pouvaient espérer attirer l’attention de juges d’Ubisoft qui se trouvaient sur place, ainsi que de juges de l’entreprise Beenox, un studio de Québec.
«On voit vraiment qu’il y a un grand enthousiasme avec l’arrivée d’Ubisoft, car le nombre de participants a vraiment augmenté, s’est réjoui le président de l’événement, Éric 

Boucher, finissant au baccalauréat en conception de jeux vidéo à l’UQAC. Si ça augmente encore la prochaine fois, il faudra trouver un autre endroit, car la connexion Internet de l’UQAC et le système électrique ne seront plus suffisants.»

Compétition
Chacune des équipes devait respecter deux des trois styles différents qui leur étaient imposés, tels que stratégie, arcade ou aventure. Dimanche après-midi, lors du passage du Quotidien, les équipes s’affairaient à finaliser leur jeu vidéo qui devait être remis dans quelques heures.

Les équipes se rassemblaient autour des nombreux écrans et claviers installés sur des tables, au centre social de l’université, au travers d’un sol jonché de fils et de prises de courant. Certains avaient même de petites glacières avec eux, afin de s’alimenter sur place pendant la fin de semaine. De vendredi,16h, au dimanche, même heure, chaque minute comptait!

Les jeux vidéo créés par les étudiants varient énormément d’une équipe à l’autre. «Les jeux sont éclatés, il y en a qui font des jeux d’exploration, en 3D, avec des dialogues, d’autres en multijoueurs. Ça peut aller de deux à cinq minutes ou encore plus», a expliqué Éric Boucher.

Des étudiants en jeux vidéo de l’UQAC et de l’École des arts numériques, de l’animation et du design de l’UQAC à Montréal ont notamment pris part à l’événement. Quelques filles ont également participé à la compétition, l’industrie du jeu vidéo attirant encore une clientèle majoritairement masculine. Le WonderJam est organisé quelques fois chaque année depuis 2012.

Les jeux vidéo créés pendant la fin de semaine se retrouveront sur la plateforme gamejolt.com et pourront être retrouvés en recherchant #WonderJamHiver2018. L'équipe Snowcone Games avec son jeu Swap a remporté la compétition, suivie de Tea Spoon avec le jeu Neon Jam et de l'équipe Les Fantasmous avec Troupeau en détresse.

Le président du WonderJam, Éric Boucher, également finissant au baccalauréat en conception de jeux vidéo à l’UQAC, se réjouissait d’accueillir quelque 120 participants à la compétition de création de jeux vidéo.