Six conseillers ont voté contre une baisse de salaire de 5000 $, lundi, lors de la séance du conseil municipal de Saguenay. Le règlement proposait une baisse de salaire de 5000 $ rétroactive au 1er janvier 2020. Les deux tiers du conseil étaient nécessaires pour que le projet soit accepté.

Vote du salaire des conseillers: deux changements de dernière minute

Deux conseillers municipaux de Saguenay qui s’étaient engagés à voter, lundi, en faveur de la baisse de salaire ont retourné leur chemise à la dernière minute, ce qui explique la défaite encaissée par la mairesse.

Le Quotidien a appris de bonne source que les conseillers Michel Thiffault et Martin Harvey devaient appuyer la proposition de diminution de 5000 $ présentée par Josée Néron, mais qu’ils ont finalement voté contre, rejetant de justesse la proposition qui nécessitait les deux tiers des appuis pour être acceptée.

Malgré de nombreuses tentatives depuis mercredi, Martin Harvey n’a jamais retourné nos appels.

Le conseiller municipal indépendant Michel Thiffault a confirmé, pour sa part, avoir changé d’idée à la dernière minute.

M. Thiffault, qui est également président de la Commission des sports, avait auparavant manifesté son appui à la mesure, lors d’une séance plénière tenue la semaine dernière.

La diminution de 5000 $ proposée par la mairesse Josée Néron, motivée par l’annulation de nouvelles mesures fiscales par Québec concernant l’imposition d’une allocation de dépenses non imposable, lui semblait alors justifiée.

« Dans la journée [de lundi], j’avais réfléchi là-dessus beaucoup, j’ai pris des notes. Pendant le conseil de ville, j’ai changé ma décision », a expliqué M. Thiffault, en précisant que les interventions de ses collègues pendant la séance l’ont fait réfléchir.

« Là, je me suis dit, c’est pas à moi de décider combien je dois gagner », a-t-il partagé. Il préfère appuyer la demande d’une étude indépendante à ce sujet, qui permettra d’évaluer la charge de travail et la valeur du salaire d’un conseiller en évitant les conflits d’intérêts, croit-il.

Michel Thiffault dit consacrer de 35 h à plus de 60 h par semaine à son travail de conseiller, selon ses différents engagements et responsabilités, et constate que plusieurs de ses collègues ont un horaire semblable.

Un résultat qui surprend

Raynald Simard, conseiller municipal de La Baie, s’est de son côté dit surpris du résultat du vote. « Lorsque nous avons voté pour l’augmentation la première fois, les choses étaient claires. Nous votions pour 10 000 $ d’augmentation, mais également pour qu’un autre 10 000 $ atténue l’impact fiscal au Québec et au Canada, a-t-il expliqué. La situation actuelle fait en sorte que nous obtenons un 5000 $ qui ne nous appartient pas. »

M. Simard, qui est un ancien fonctionnaire de la Ville de Saguenay, a affirmé que lorsqu’il s’est lancé en politique, il n’avait aucune idée du salaire d’un conseiller municipal. « Je ne voulais pas le faire pour le salaire, mais plutôt parce que je sentais que mon expertise pourrait servir à la communauté. »

En 2018, les élus du conseil avaient voté en faveur d’une hausse de salaire, notamment en prévision des nouvelles règles fiscales attendues de Québec et d’Ottawa, mais également en évoquant l’augmentation de leur charge de travail alors que le nombre de conseillers était passé de 19 à 15 après le redécoupage électoral. Avec Myriam Gauthier et Eve-Marie Fortier