Malgré leur parenté, le virus du SRAS et de la COVID-19 ont des caractéristiques très différentes.
Malgré leur parenté, le virus du SRAS et de la COVID-19 ont des caractéristiques très différentes.

Si le SRAS est disparu en 2003, pourquoi pas la COVID-19?

Q: «Comment explique-t-on la disparition soudaine du SRAS en 2003 et pourquoi cela ne se produit-il pas avec la COVID-19? Il y a t-il une différence notable entre ces deux souches qui explique cela?» demande Guillaume Lemieux, de Québec.

R: On entend souvent dire que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) qui a infecté 8000 personnes en 2002-2003, dont près de 800 sont décédées, est un proche parent de la COVID-19 — à raison d’ailleurs, comme l’ont montré des analyses génétiques. Alors en effet : comment diable a-t-on pu venir à bout du SRAS (aucun cas depuis 2003) avec des mesures de quarantaines localisées alors que la COVID-19 se propage malgré la quasi paralysie planétaire actuelle?

C’est que malgré leur parenté, ces deux virus ont des caractéristiques très différentes. D’abord, le SRAS avait tendance à infecter le bas des voies respiratoires alors que la COVID-19 reste dans le haut, ce qui la rend plus facilement transmissible. À cet égard, le fameux «R0» (le nombre moyen de personnes qu’un patient va infecter) de la COVID-19 semble pour l’instant être dans les mêmes eaux que celui du SRAS, soit entre 2 et 3 nouvelles infections par personne atteinte. Cependant, il y a fort à parier que les chiffres actuellement disponibles sous-estiment la contagiosité de la COVID-19, avertit Dr Guy Boivin, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les virus émergents à l’Université Laval.

Les données «officielles» ne tiennent compte que des cas «confirmés en laboratoire», mais on sait qu’un grand nombre de cas sont passés inaperçus parce que chez bien des gens, le coronavirus n’a donné qu’un «petit rhume», pour ainsi dire. Une étude parue récemment dans Science a conclu que dans la ville chinoise de Wuhan avant sa mise en quarantaine le 23 janvier, seulement 1 cas sur 7 a été détecté. D’autres travaux encore non publiés, donc à considérer avec prudence, avancent le chiffre de 1 sur 4 dans la province chinoise de Hubei (où se trouve Wuhan, d’où est partie l’épidémie) en date du 11 février.

Il faudra de grandes études sérologiques, qui détectent les anticorps chez ceux qui ont été exposés à la COVID-19, pour savoir combien de gens exactement l’ont eu, dit Dr Boivin. (Ce qui fera également diminuer les taux de mortalité, mais c’est une autre histoire.)

Ce qu’on sait pour l’instant suggère que la COVID-19 est plus transmissible que le SRAS, confirme son collègue de l’UQAC, le virologue Tarek Bouhali : «Le problème avec ce nouveau virus-là, c’est qu’il se fixe dans le haut des voies respiratoires, c’est pour ça qu’il est si infectieux [...alors que] le SRAS, lui, descendait plus profondément dans les poumons.»

En outre, comme ce dernier était beaucoup plus virulent, il y avait beaucoup moins de cas qui risquaient de passer inaperçus. «La plupart des patients [atteints du SRAS] développent une pneumonie», lit-on sur le site de la santé publique américaine, et autour de 10 % en meurt. Par comparaison, au bas mot 80 % des gens qui contractent le coronavirus n’ont que des symptômes bénins, voire pas de symptômes du tout.

Sans compter, ajoute DBoivin, que «pour le SRAS, il n’y avait pas d’excrétion virale avant le début des symptômes alors qu’il semble y en avoir pour la COVID-19, ce qui complique les mesures de la santé publique». Mine de rien, cela fait potentiellement beaucoup de monde qui peuvent être des vecteurs de la maladie sans le savoir — beaucoup plus que dans le cas du SRAS, en tout cas.

Voilà pourquoi un de ces deux virus a pu être complètement endigué alors que l’autre court toujours, et possiblement pour longtemps...

___

La COVID-19 suscite énormément de questions. Afin de répondre au plus grand nombre, des journalistes scientifiques ont décidé d’unir leurs forces. Les médias membres de la Coopérative nationale de l’information indépendante (Le Soleil, Le Droit, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien et La Voix de l’Est), Québec Science et le Centre Déclic s’associent pour répondre à vos questions. Vous en avez? Écrivez-nous. Ce projet est réalisé grâce à une contribution du Scientifique en chef du Québec, qui vous invite à le suivre sur Facebook, Twitter et Instagram.