COVID-19: doit-on se raser la barbe?

Q : «Je suis barbu et j’ai lu sur un site Internet français qu’il serait préférable de se raser, car le virus pourrait se retrouver dans les poils. Quand est-il? Si c’est vrai, faudrait-il se raser les cheveux également?» s’interroge Martin Voyer, Québec.

R : Si vous êtes un professionnel de la santé, c’est préférable. Selon une étude publiée en janvier 2020 dans Journal of Hospital Infection, «la probabilité d’un ajustement adéquat du masque N95 diminue avec l’augmentation de la pilosité faciale». Les participants de l’étude qui possédaient une barbe n’ont pas été en mesure de porter adéquatement leur masque et «s’exposaient à un risque accru de transmission d’agents pathogènes respiratoires même s’ils utilisent un équipement de protection».

Dans la même veine, pour protéger l’équipe soignante et le public, le ministère de la Santé et des Services sociaux nous répond que «la barbe nuit à l’étanchéité des masques N95. Dans un contexte de pandémie, les professionnels de la santé, incluant les médecins, doivent être rasés en tout temps pour le port efficace du masque de protection N95».

Si on entend beaucoup parler de barbe ces jours-ci, c’est probablement à cause d’une illustration du Center for Disease Control qui a refait surface. Celle-ci n’a pas été produite en réponse à la pandémie actuelle, mais date plutôt de 2017. En gros, on suggérait aux professionnels de la santé de privilégier un style où le masque peut couvrir toute la barbe ou la moustache.

Hormis pour les professionnels de la santé qui doivent porter le masque, le rasage de la barbe et des cheveux n’est donc pas nécessaire, surtout si vous restez isolé à la maison. En appliquant les règles d’hygiène de base — et en lavant quotidiennement votre barbe si vous en avez une — les risques de transmission du virus sont ainsi très faibles.

___

La COVID-19 suscite énormément de questions. Afin de répondre au plus grand nombre, des journalistes scientifiques ont décidé d’unir leurs forces. Les médias membres de la Coopérative nationale de l’information indépendante (Le Soleil, Le Droit, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien et La Voix de l’Est), Québec Science et le Centre Déclic s’associent pour répondre à vos questions. Vous en avez? Écrivez-nous. Ce projet est réalisé grâce à une contribution du Scientifique en chef du Québec, qui vous invite à le suivre sur Facebook, Twitter et Instagram.