Les membres du Comité sur les aéroports régionaux de l'UMQ étaient réunis à Québec, jeudi, pour faire le point sur les priorités municipales en matière de transport aérien en région.

Voler au Québec coûte beaucoup trop cher, estime Guy Larouche

Le prix des billets d'avion des aéroports régionaux est beaucoup trop élevé. C'est du moins ce qu'en pensent les membres du Comité sur les aéroports régionaux de l'Union des municipalités du Québec (UMQ).
Dans le cadre d'une réunion tenue à Québec, jeudi, ils se sont attaqués à cette tarification qui est nettement exagérée, aux dires du maire de Roberval, Guy Larouche, membre du comité au même titre que le maire d'Alma Marc Asselin.
« C'est une aberration !, tranche M. Larouche. Lorsque l'on veut voyager à l'intérieur du Québec, ça coûte plus cher que de voyager partout dans le monde. Si on pouvait avoir une tarification spéciale pour voyager à l'intérieur de la province, les touristes pourraient facilement faire le tour du Québec. Actuellement, sortir de Québec ou Montréal coûte une fortune. »
Lors de leur rencontre, les élus ont souligné que le cadre réglementaire canadien n'avait pas évolué depuis 20 ans et que les tarifs de base des billets d'avion se situaient à 57 % du montant facturé aux usagers, contrairement aux États-Unis, où ils représentent 86 % du prix total. Dans les deux cas, la balance équivaut au montant des taxes.
Le comité entend formuler des recommandations à cet effet dans le cadre des prochaines consultations de l'Office des transports du Canada. 
Une étude pour documenter et évaluer les coûts liés au maintien et au développement des pistes, des voies de circulation et des aires de stationnement ainsi qu'à l'acquisition et à la réfection d'équipements de service, de sécurité, d'entretien et d'accueil a été lancée. Les résultats seront connus lors des Assises 2017 de l'UMQ, en mai prochain.
Budgets
En réaction aux budgets fédéral et québécois, les membres se sont dits déçus qu'ils ne contiennent aucune mesure financière additionnelle pour les aéroports régionaux. 
Le dépôt, en 2017, d'une politique québécoise sur la mobilité durable devant couvrir l'ensemble des modes de transport, dont le transport aérien, est vu d'un bon oeil.