Vol d'aluminium: «Ils auraient pu tuer du monde»

« En circulant sur les routes entre Chicoutimi et La Baie avec une semi-remorque chargée de 80 000 livres de billettes d’aluminium sans frein, les voleurs auraient pu tuer du monde ».

Au lendemain de la découverte des billettes d’aluminium volées dimanche dernier dans la cour de Transport PAG, Marc Duchesne, coordonnateur au sein de l’entreprise, a eu une réaction de soulagement face à la découverte tout en constatant la minutie avec laquelle les voleurs ont procédé.

En entrevue au Progrès, Marc Duchesne, accompagné de Alain Gilbert, propriétaire de Transport PAG, ayant pignon sur la rue Chute du Diable à Chicoutimi, ont remonté le fil des événements jusqu’à dimanche dernier, moment o des voleurs se sont introduits dans la cour de Transport PAG pourtant surveillée par des caméras.

À 22 h 44, deux voleurs sont aperçus sur les écrans à bord d’un véhicule se dirigeant vers la semi-remorque et commencent à triturer les systèmes qui s’y trouvent. Un tracteur routier volé précédemment chez Camion Avantage tire la semi-remorque et son chargement qui disparaissent des écrans de surveillance à 12 h 35 , raconte M. Duchesne. « Ça leur a pris deux heures pour dérober la semi-remorque. Ils ont mis hors circuit le système de freinage, un système de sécurité spécial,  et sont repartis avec la charge de 80 000 livres qui n’avait pas de freins vers La Baie. Ça fait 35 ans que je conduis des camions et j’aurais eu toute une peur de descendre la côte à Jovi à La Baie avec une semi-remorque sans freins», avoue humblement M. Duchesne. Selon lui, il fallait un conducteur de grande expérience. 

Il est probable que les voleurs à bord du camion aient été précédés d’un autre véhicule pour les informer lors des passages aux arrêts obligatoires et aux feux de circulation puisqu’il est pratiquement impossible d’effectuer des arrêts rapides avec une telle charge. « Ils auraient pu tuer du monde en circulant avec cette charge », explique M. Duchesne.

Lundi matin, le coordonnateur a constaté que la semi-remorque n’était plus dans la cour. Croyant que le chargement avait été livré chez PCP où il devait être traité, M. Duchesne demande à un employé d’aller vérifier à La Baie. «Je suis allé voir dans le garage et il n’était pas là », explique-t-il. Les policiers ont été appelés à 6 h 30 le matin.

M. Duchesne et M. Gilbert avouent que pendant toute la semaine jusqu’à jeudi, le vol a été une préoccupation constante et une cause d’insomnie s’ajoutant aux tâches de gestion de l’entreprise. Les réseaux sociaux ont été mis à contribution avec une description de la semi-remorque et du tracteur routier. Jeudi après-midi, un camionneur circulant sur la route 381 à Ferland-et-Boilleau a remarqué la présence du tracteur routier et de la remorque près d’une halte routière.

Le chargement de billettes, quant à lui, a été transporté sur un chemin de Zec Brébeuf et enfoui à 3,5 km dans un secteur forestier à l’aide d’une rétrocaveuse volée à La Baie chez l’entrepreneur Dick Potvin.

Malgré le fait que les voleurs aient mis hors service le système de géolocalisation de l’équipement du camion, M. Duchesne explique qu’une transmission a été reçue sur l’ordinateur de Transport PAG permettant de localiser l’aluminium. M. Duchesne a pu localiser le métal gris enfoui et appeler les policiers.

M. Gilbert avoue qu’après la découverte, la pression est retombée puisqu’en vertu de ses obligations contractuelles avec ses clients, dont Rio Tinto, Transport PAG a l’entière responsabilité des billettes dès son chargement jusqu’à sa livraison. « J’ai appelé chez Rio Tinto et eux aussi sont très contents. Ils ne sont pas confortables avec ce genre de situation.»

Les deux représentants de Transport PAG croient qu’un des voleurs avait une connaissance approfondie des camions Freightliner puisqu’il n’a mis que deux minutes à défoncer le tableau de bord et débrancher le fil précis relié au GPS. Il en va de même pour le système spécial de sécurité sur lequel ils ne veulent pas élaborer.

M. Gilbert affirme qu’il s’agit de la deuxième tentative de vol de chargement d’aluminium chez Transport PAG, mais il se compte chanceux d’avoir retrouvé la cargaison puisque des réseaux de vols existent et dirigent le fruit de leur crime vers la région de Montréal.

Les billettes d’aluminium d’une valeur d’environ 125 000 $ ont été déterrées vendredi après-midi. Des analyses seront effectuées par Rio Tinto pour savoir si le métal a été altéré avant d’être livré aux clients d’une entreprise de la municipalité de Saint-Nicolas.