Yannick Arseneault a décidé de se lancer dans le marché des voitures antiques après avoir restauré un Chevrolet Chevelle 1967 Show Car. Le bolide qui possède un puissant moteur 572 Crate Engin est l'une des rares pièces de sa collection personnelle qui n'est pas à vendre.

Voitures entièrement restaurées à Saguenay

Les voitures antiques qui passent chez Extrême auto sont entièrement restaurées dans la région de Saguenay.
Son propriétaire Yannick Arseneault, bien qu'étant un passionné de bolides, ne s'est cependant jamais lancé lui-même dans la restauration d'une voiture antique.
«Moi, je suis un vendeur et je fais de la gestion. J'aime rencontrer les gens, connaître l'histoire des voitures, planifier mes concepts, les couleurs. Mais il y a des gens plus compétents que moi pour faire le travail», assure-t-il. Ces tâches, à elles seules, lui demandent de 80 à 90 heures de travail par semaine. «Ce n'est pas du travail pour moi», précise celui pour qui un tel horaire représente «une petite semaine», comparativement aux horaires qu'il a déjà eus par le passé.
Dans le garage situé à gauche des bureaux de son entreprise, quelques membres de sa famille et employés s'occupent à refaire entièrement l'intérieur des dernières voitures arrivées au pays par transport maritime.
Bancs, tableau de bord, soubassement, intérieur du capot : tout est nettoyé, refait et peinturé en suivant le modèle d'origine. Pour les tâches spécialisées, les voitures sont envoyées à d'autres entreprises de la région. L'aspect antique des voitures est conservé, tout en intégrant parfois des écrans tactiles et des prises USB pour le confort des utilisateurs.
«Ça ne paraît pas ici, mais ça roule et on fait travailler pas mal de monde dans la région», souligne-t-il fièrement, en nous présentant le travail de ses hommes qui s'occupent dans le garage de la finition d'un Dodge Charger 1970 édition 500 et d'un Ford Hot Rod 1932 moteur 350 à la peinture rouge et noire, digne d'un travail d'artiste. «Il y a des peintures qui peuvent demander à elles seules quelques dizaines de milliers de dollars», explique l'homme d'affaires.