Le chargé de projet Michaël Morin a expliqué les changements à la centrale thermique, notamment.

Virage vert à la base de Bagotville

L’Armée canadienne veut réduire son empreinte environnementale. D’ici un an, une soixantaine de bâtiments de la base militaire de Bagotville, dont la centrale thermique, seront modernisés dans le but de consommer moins d’énergie. Ces travaux nécessitent des investissements de 12 millions de dollars et concernent les activités courantes de la base, telles que le chauffage et l’éclairage, mais pas les activités militaires.

Les améliorations des bâtiments, notamment l’installation de coupe-froid, le changement des chaudières de la centrale thermique et la conversion à l’éclairage DEL, permettront de réduire les coûts annuels d’énergie d’environ 470 000$, soit de 19%. Ainsi, la base réduira ses émissions de gaz à effet de serre de plus de 2500 tonnes annuellement, ce qui correspond à retirer 500 voitures de la circulation.

Les mesures écoénergétiques concernent les activités quotidiennes de la 3e Escadre, mais pas les activités militaires. Évidemment, ce sont les vols qui entraînent le plus d’émissions de gaz à effets de serre, mais depuis quelques années, l’Armée essaie de ne pas voler pour rien et effectue plusieurs formations à l’aide de simulateur. «Des mesures sont prises et continueront d’être prises à l’avenir, mais c’est bien évident que nous ne pouvons pas nous passer du pétrole. Les mentalités évoluent et nous voulons développer des méthodes environnementales en respect des générations futures et nous sommes bien conscients de notre rôle économique, mais aussi écologique. On encourage d’ailleurs nos militaires à se déplacer à la marche ou en vélo», a expliqué le nouveau commandant de la 3e Escadre, le colonel Normand Gagné, qui procédait lundi matin à sa première annonce à la tête de la base. Soulignons que de plus en plus de miliaires se tournent également vers les voitures électriques. D’ailleurs, trois bornes de recharge ont été installées sur la base militaire dernièrement. Le commandant a également rappelé que le spectacle aérien de Bagotville avait été 100% carboneutre cette année, en plantant des arbres pour compenser les dépenses de carburant, entre autres.

Le nouveau commandant de la 3e Escadre de Bagotville, le colonel Normand Gagné, s’entretient avec le député de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert.

Simplement le changement des chaudières de la centrale thermique, qui datent des années 1950 ou 1990, permettra d’économiser 170 000$ en frais énergétiques annuellement. La chaleur qui émane de la vapeur des chaudières sera également récupérée. Les nouveaux systèmes de refroidissements, notamment pour les infrastructures sportives telles que l’aréna, seront également à haut rendement énergétique.

Le député de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, était présent à la base militaire lors de l’annonce, lundi matin. «Les changements climatiques sont une menace pour tout le monde. Ceux qui n’y croient pas n’ont simplement pas compris ce qui se passe. Le ministère de la Défense nationale a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 31% par rapport aux niveaux de 2005 [à l’exclusion des flottes militaires] et il est en voie d’atteindre l’objectif fédéral de 40% d’ici 2030 et 80% d’ici 2050», a indiqué le député libéral.

Le contrat pour l’amélioration et la modernisation énergétique de la 3e Escadre a été attribué à Johnson Controls Canada, une entreprise spécialisée dans le domaine. Des travailleurs d’ici devraient également être impliqués dans le projet, puisque les entreprises de construction d’ici pourront soumissionner pour les différents contrats.

Les chaudières de la centrale thermique seront changées, ce qui améliorera le rendement énergétique.

Les mesures écoénergétiques annoncées ne se concentrent pas uniquement à la base de Bagotville. Des contrats semblables sont en cours d’élaboration pour les autres bases canadiennes, notamment Valcartier, Trenton et Borden.