Le Collège d’Alma a développé une toute nouvelle AEC. La formation Virage numérique 4.0 accueillera sa première cohorte dès avril. La directrice de la formation continue, Jany Gagné, le conseiller pédagogique, Jean-Rémi Dionne, et la directrice générale de l’établissement, Josée Ouellet, ont dévoilé en primeur au Quotidien la formation unique.

Virage numérique 4.0 au Collège d’Alma

Le Collège d’Alma marque au fer rouge son intention d’être un leader de la culture numérique en dévoilant un tout nouveau programme de formation. L’attestation d’études collégiales (AEC) Virage numérique 4.0, une première au Québec, accueillera une première cohorte dès avril 2019.

L’aboutissement d’un tel projet académique n’est pas le fruit du hasard. L’équipe en place au Collège d’Alma y planche depuis près d’un an. Le programme a été présenté en primeur au Quotidien. Les prémices de ce projet remontent aussi loin qu’au Sommet économique régional 2015.

« C’est notre premier programme en lien avec notre virage de la culture numérique au Collège d’Alma. Ce programme vient confirmer notre positionnement. Nous en sommes bien fiers. Les gens ont travaillé fort. Ils ont fait une lecture de ce nouveau domaine d’activité dans la région », explique la directrice générale de l’établissement, Josée Ouellet.

L’équipe à l’origine du projet a constaté, au fil de ses recherches, un vide quant à la formation existante face à l’univers numérique et la place qu’il occupe en entreprise. « Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les gens n’ont pas encore l’idée de ce que pourrait être le virage numérique et l’intégration du virage numérique dans leur organisation. Ils n’ont pas nécessairement ciblé les porteurs de ce dossier dans leur organisation », expose le conseiller pédagogique au Collège d’Alma, Jean-Rémi Dionne.

Des groupes de discussion ont permis de cibler les réalités et besoins du marché. Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, en entreprise, les tâches et les opérations en lien avec cette philosophie de gestion incombent souvent à différents départements ou employés. Encore aujourd’hui, le numérique est considéré pour plusieurs entreprises comme une dépense et non un axe stratégique de développement.

« Nous voulions déterminer ce qui était le plus urgent à mettre en place en termes de compétences pour faciliter ce fameux virage numérique 4.0. Nous avons constaté que le virage numérique, c’est un changement de paradigme, un changement de culture organisationnelle. Ce sont des façons de faire et pas uniquement l’intégration de technologies. C’est surtout de se demander comment nous pouvons intégrer ces technologies pour atteindre nos objectifs comme organisation », raconte Jean-Rémi Dionne.

L’AEC est présentée comme une formation d’accompagnement du changement, de vision stratégique, de développement et d’accompagnement. Elle répond aux besoins d’employés provenant de diverses entreprises autant de l’ordre des PME que des entreprises publiques ou parapubliques. La formation est en ligne directe avec les cibles de la stratégie numérique du Québec et les recommandations du groupe de travail numérique.

Formation flexible

Le caractère unique de la formation se fera également sentir dans l’apprentissage. Les traditionnels cours magistraux laisseront leur place à de la formation terrain, en entreprise ainsi que des apprentissages réalisés grâce à divers outils, dont des capsules.

Les participants passeront un maximum de temps en entreprise. Les apprentissages seront également possibles le soir et la fin de semaine. « Au cours des dernières années, on s’est demandé, est-ce qu’on peut faire la pédagogie autrement, est-ce qu’on peut répondre davantage aux besoins des entreprises ? Nous allons offrir quelque chose qui va répondre aux besoins. C’est difficile de retirer quelqu’un du travail pour de la formation. Nous sommes en pénurie de main-d’œuvre. C’est à nous, maison d’enseignement, d’aller vers les entreprises. Il faut cibler leurs besoins et y répondre », témoigne la directrice de la formation continue au Collège d’Alma, Jany Gagné. En plus de détenir des formations pertinentes au domaine, les formateurs auront déjà participé à des virages numériques en entreprise.

L’accompagnement est le mot d’ordre de cette nouvelle formation. « Le virage numérique, c’est un virage humain. C’est un changement d’habitudes. Il faut accompagner les gens », soutient le conseiller pédagogique au Collège d’Alma, Jean-Rémi Dionne.

Cette formation considérée comme hybride prend des allures d’innovation pédagogique pour le Collège d’Alma qui doit faire preuve de flexibilité dans toutes les sphères de ce programme.

Au terme de la formation, les conseillers en virage numérique 4.0 deviendront des acteurs de changement en entreprises et à travers la région. Une fois formés, ils pourront ouvrir le dialogue quant aux besoins futurs.

La formation Virage numérique 4.0 offrira une toute nouvelle façon de transmettre le savoir. L’enseignement se fera notamment par capsules vidéo et en milieu de travail.

+

AEC VIRAGE NUMÉRIQUE 4.0

390 heures de formation

Formation à temps partiel 

7 compétences

7 cours 

2 cours par session

La durée des compétences varie entre 45 et 75h

12.33 unités

Cours

L’entreprise québécoise à l’ère du numérique

Initiation au Big Data

Innovation à l’ère numérique

Analyse des impacts du numérique sur le rendement et la productivité de son entreprise

Mise en place d’une veille stratégique numérique

Accompagnement du changement numérique 

Planification de l’intégration numérique en entreprise 

+

UNE VISION NOVATRICE ET PROACTIVE

La création et le dévoilement de la nouvelle attestation d’études collégiales Virage numérique 4.0 viennent cimenter la vision novatrice et proactive du Collège d’Alma. Le numérique continuera d’occuper davantage d’espace au sein de l’établissement d’enseignement collégial almatois. D’ailleurs, l’entrepreneuriat numérique sera au coeur des prochaines réalisations. 

« Le Co-Lab, qui sera un levier de développement du milieu, est associé à tout cela. Cela permettra de faire vivre le changement au sein de notre région », explique la directrice générale du Collège d’Alma, Josée Ouellet.

« Notre croyance de base, c’est que le changement du numérique va se faire de façon collective, par les entreprises. Ce premier programme vient le démontrer alors qu’on formera en entreprise des personnes qui seront en mesure de prendre en charge ce virage. On ne croit pas à la pensée magique. On croit que c’est à travers le développement, l’apprentissage et le fait de requestionner nos modèles que le numérique se crée », conclut la directrice générale du Collège d’Alma, Josée Ouellet.

La première AEC axée sur le numérique est le début d’une longue suite pour le Collège d’Alma.