Une vingtaine d'employés civils de la base des Forces armées canadiennes à Bagotville, dont une quinzaine de techniciens en entretien, perdront leur emploi à la fin du mois de mars.

Vingt employés civils congédiés

Une vingtaine d'employés civils de la base des Forces armées canadiennes à Bagotville, dont une quinzaine de techniciens en entretien, perdront leur emploi à la fin du mois de mars.
Selon les informations obtenues par Le Quotidien, les contrats de ces travailleurs ne seront pas renouvelés. Ils ont reçu une lettre, vendredi matin, les informant de la situation. Leur lien d'emploi sera coupé à compter du vendredi 28 mars. Et rien ne laisse entrevoir la possibilité qu'ils soient réembauchés.
Il semble que des compressions budgétaires, imposées par le gouvernement fédéral, ont fait en sorte qu'une quinzaine de techniciens en entretien et des employés de la cuisine ont reçu leur avis de cessation d'emploi.
Autres éléments qui peuvent sembler inquiétants, les pilotes des avions de chasse n'effectuent plus autant de sorties qu'ils ont l'habitude de le faire. Mis à part des vols précis, les F-18 n'ont pas survolé le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean la semaine dernière, notamment.
Le capitaine aux relations avec les médias pour la 3e Escadre de Bagotville, Sébastien Monger, confirme certaines informations, mais dit ne pas être au courant pour d'autres.
«En ce qui concerne les mises à pied des techniciens en entretien et à la cuisine, c'est la première fois que j'en entends parler ", note M. Monger.» C'est bizarre, car nous sommes en processus d'embauche dans certains départements. À la cuisine, s'il arrive qu'il y ait moins de monde, c'est que des gens se trouvent en formation ", explique le capitaine Monger.
Par contre, celui-ci confirme que les avions F-18 ont effectué moins de sorties dans les derniers jours. " Nous maximisons nos heures de vol. Chaque fois que nous effectuons une sortie, nous essayons d'être le plus efficace possible. »
«Sans dire que nous avons fait face à des coupes dans nos budgets, il y a tout de même eu une réduction de la croissance. Nous nous trouvons aussi en fin d'année fiscale (31 mars) et nous appliquons une gestion plus serrée de nos budgets, car nos pilotes ont déjà effectué plusieurs sorties dans la dernière année. Mais tout cela ne nous empêche pas de répondre à la mission que nous avons ", précise Sébastien Monger.
Même si la situation semble légèrement ambiguë, cela n'empêche pas le député néo-démocrate de Chicoutimi-Le Fjord, Dany Morin, de démontrer de l'inquiétude pour l'avenir de la base de Bagotville.
«J'ai posé des questions au ministre de la Défense nationale, mais je n'obtiens pas de réponse. Le gouvernement a annoncé des compressions budgétaires de 19,2 pour cent et cela va affecter les opérations ", indique M. Morin.
«Ces coupes font en sorte qu'il pourrait y avoir moins d'entretien sur le matériel et que les pilotes ne pourront obtenir un entraînement adéquat. Il faut se demander si la base pourra remplir sa mission. Il s'agit d'une situation déplorable, car le gouvernement est revenu à l'équilibre budgétaire ", dénonce-t-il.
Claude Patry, député du Bloc québécois dans Jonquière-Alma, dit ne pas être au courant de la situation, mais s'informera à Ottawa.
Sbegin@lequotidien.com