Vincent Bilodeau était apprécié de toute de son équipe de hockey, les Conquérants d'Alma.

Vincent laisse un grand vide

Les Conquérants d'Alma pleurent la perte de leur gardien de but. Vincent Bilodeau, l'adolescent décédé samedi de la méningite, jouait pour l'équipe de hockey midget.
« Les "goalers", ce sont toujours des gars à part. Et Vincent, il était un de ces jeunes », lance Sabin, Duchaine, entraîneur des Conquérants, qui ne pouvait retenir ses larmes pendant l'entrevue avec Le Quotidien.
« Il était apprécié de toute l'équipe. Il ne disait jamais un mot de trop. C'était un bon jeune. »L'équipe du jeune Vincent était sur la glace samedi, quelques heures avant sa mort. Le sachant malade, ses coéquipiers ont tout donné, raconte Sabin Duchaine.
« On n'avait pas de gardien, donc mon fils l'a remplacé. On perdait 5-0. J'ai dit aux joueurs qu'on jouait pour Vincent parce qu'il était à l'hôpital. Les gars ont été inspirés par Vincent. On a fini 5-4. Et en soirée, on a eu la nouvelle de son décès. Cela a été très dur et ce l'est encore », exprime l'entraîneur.
Une rencontre entre entraineurs et responsables du hockey mineur régional se tenait hier soir pour discuter de la situation et aujourd'hui, les joueurs des Conquérants devraient se réunir.
« Demain soir (mardi), on va les rencontrer pour en parler. Je sais qu'ils trouvent ça difficile. Pour l'honnorer, ils veulent aller chercher les séries », mentionne M. Duchaine, précisant que l'équipe demandera un gardien substitut.
Depuis la mort de l'adolescent, les messages de sympathies envers sa famille et ses amis affluent sur la plage Facebook des Conquérants.
« Repose en paix Man. On ne t'oubliera jamais. Ç'a été un honneur de t'avoir avec nous cette année », écrit l'un de ses coéquipiers.
« Tu seras notre gardien là-haut. Tu as été un très bon coéquipier pour les joueurs de notre équipe. Bon voyage et envoie du courage à tes parents », exprime un parent de joueur sur la page Facebook.
À l'école secondaire où allait Vincent, le protocole d'intervention pour informer et soutenir les élèves a été déployé, précise le directeur des services éducatifs à la Commission scolaire Lac-Saint-Jean, Marc-Pascal Harvey.
« Les enseignants ont été rencontrés d'abord tôt ce matin (hier) avant d'annoncer la nouvelle aux élèves de leur classe. Ils ont pu répondre aux questions des jeunes et donner de l'information que la Santé publique nous avait fournie. Nous avons également identifié le cercle d'amis du jeune garçon pour que les gens puissent porter une attention particulière à ces jeunes », explique M. Harvey.