Le maire d'Alma, Marc Asselin.

Ville d'Alma: les salaires seront ajustés

À l’instar des élus de Saguenay et d’autres villes québécoises, les conseillers municipaux et le maire d’Alma anticipent l’impact de l’imposition des allocations de dépenses et se rangent vers une mise à jour de leurs salaires. La nouvelle mesure fiscale fédérale qui entrera sous peu en vigueur représente une perte nette de plus de 2500 $ pour les conseillers et d’environ 7000 $ pour l’actuel maire.

Le projet de règlement concernant le traitement des élus municipaux et autorisant le versement d’une allocation de transition à certaines personnes a été présenté lundi soir alors que le règlement devrait être adopté, en vertu de la loi, lors de la prochaine séance du conseil prévue le 3 décembre.

« Le travail d’un élu demande maintenant beaucoup plus qu’il y a 20 ans. Avant, nous étions sollicités pour l’éclairage et les problèmes d’eau. Maintenant, on en fait de plus en plus », a expliqué le maire Marc Asselin qui tenait à préciser les raisons à l’origine du projet de règlement.

Celui qui est en poste depuis 2009 cite en exemple les interventions qui se font dans le milieu communautaire, auprès de la commission scolaire et dans le milieu de la santé en plus du travail d’élus de quartier.

Il rappelle qu’il existe 24 comités à la Ville, en plus des dossiers régionaux à porter et de la dizaine de comités à la MRC de Lac-Saint-Jean-Est.

M. Asselin est d’avis que l’imposition des allocations de dépenses est une aberration. Il s’appuie notamment sur des dépenses telles que la représentation, l’utilisation des véhicules personnels et les frais de vêtements.

Le principal intéressé assure que les ajustements correspondent à la moyenne provinciale et soutient qu’il n’y a aucune exagération. Selon les données de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), les maires de villes semblables ont une rémunération annuelle de 84 128 $ sans allocation alors que celle du maire d’Alma est d’environ 79 000 $.

En tenant compte des changements fiscaux à prévoir, le maire Asselin affirme qu’il ferait face à une perte annuelle d’environ 7000 $ net. De leur côté, les conseillers municipaux d’Alma accuseraient une perte salariale d’environ 2600 $.

Afin de pallier les pertes encourues, le salaire du maire d’Alma pourrait passer d’environ 79 000 $ à 98 138 $ l’an prochain.

Fin de convalescence

Cette séance ordinaire du conseil municipal marquait le retour en poste du maire Marc Asselin. Le principal intéressé avait été tenu à l’écart de l’hôtel de ville d’Alma pendant quelques semaines alors qu’il était en convalescence à la suite d’une opération. Celui-ci a assuré être en pleine forme et en mesure d’effectuer le mandat en cours.

+

DAM-EN-TERRE: LE PROJET DE NOUVELLE CAPITAINERIE PROGRESSE

Annoncée en août dernier, la construction d’une nouvelle capitainerie au Centre de villégiature Dam-en-Terre d’Alma franchit une étape de plus. La séance ordinaire du conseil municipal d’Alma de lundi soir fut l’occasion de présenter trois projets de résolution reliés au projet de 1,8 million $, dont la construction est prévue au printemps 2019.

La réalisation de la nouvelle capitainerie découle d’une collaboration et d’un investissement égal de 603 000 $ entre Alma, Québec et Ottawa.

Les élus ont annoncé, lundi soir, qu’Alma consacrera une somme maximale de 100 000 $ afin de procéder à la réalisation des plans et devis nécessaires au projet de la capitainerie du Centre de villégiature Dam-en-Terre d’Alma.

La somme octroyée permettra de faire l’embauche des professionnels requis pour réaliser le mandat. Elle servira également à rembourser les coûts découlant de la surveillance partielle de chantier.

Ainsi, la somme provenant des disponibilités financières prévues à cette fin permettra de payer les honoraires professionnels d’architecture et d’ingénierie.

La séance de lundi soir a également permis d’apprendre que SNC-Lavalin GEM Québec aura le mandat de réaliser une étude géotechnique pour la construction de la nouvelle capitainerie. La firme de Jonquière a fourni la plus basse soumission au montant de 12 819,71 $.

De son côté, la firme Pôle Architecture sera responsable de la réalisation des plans de concept et préliminaires. À travers son mandat, Pôle Architecture inc. devra visiter le site de la marina de Roberval en plus de réaliser les plans préliminaires. Les honoraires professionnels pour le mandat sont de 20 350 $.