Versions divergentes

Les négociations entre Métaux BlackRock et Rio Tinto au sujet de l’utilisation du chemin de fer Roberval-Saguenay en vue de la conclusion d’un contrat d’opérations se poursuivent. Les deux parties ne semblent cependant pas au même diapason, alors que Rio Tinto affirme qu’une entente de principe est intervenue dans le dossier, ce que nie la minière.

Xuân-Lan Vu, porte-parole de Rio Tinto, a mentionné, lorsque contactée vendredi en soirée, que la multinationale et Métaux BlackRock sont parvenues récemment à une entente de principe, après des négociations qui ont été entamées «depuis un bon moment».

L’entente de principe concerne le prix, la durée et les services offerts pour l’utilisation du chemin de fer en prévision du transport du minerai, a-t-elle expliqué, en rappelant que Rio Tinto appuie le projet de la minière.

Le chemin de fer Roberval-Saguenay, qui appartient à Rio Tinto, fait le lien entre le réseau du CN et le tronçon de 12,5 kilomètres qui mène au terminal de Grande-Anse de Port de Saguenay, d’où Métaux BlackRock exporterait le minerai en provenance de site d’exploitation du gisement de fer, de titanium et de vanadium que possède la société canadienne dans le secteur du lac Doré, à Chibougamau.

Lorsque joint par Le Progrès, le directeur exécutif de Métaux BlackRock, David Dufour, a pour sa part affirmé qu’aucune entente de principe n’était intervenue.

«Les négociations vont très bien, et on pense être capables d’arriver à une entente. Si tout le monde travaille bien, c’est clair qu’on va y arriver, même s’il y a des contraintes opérationnelles», a-t-il déclaré, en précisant que «plusieurs éléments techniques» doivent encore être négociés.

«On a des choses sur la table qui nous plaisent», a-t-il ajouté, en indiquant qu'une entente de confidentialité lie les deux entreprises, et qu'il ne pouvait s'avancer sur le contenu de la négociation.

«Même si on arrive à la signature d’une entente de principe, ce n’est pas un contrat d’opérations», a-t-il cependant précisé.

À l’occasion des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, en juillet, Rio Tinto avait souligné que les négociations entre Métaux BlackRock et la Compagnie du chemin de fer Roberval-Saguenay achoppaient au sujet de la question du prix de transport des convois de wagons.