Les conseillers Marc Pettersen et Simon-Olivier Côté lors d’un conseil d’arrondissement, en août dernier.
Les conseillers Marc Pettersen et Simon-Olivier Côté lors d’un conseil d’arrondissement, en août dernier.

Vers une aide d’urgence pour les organismes communautaires à Saguenay

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
La création d’un fonds d’urgence pour les organismes communautaires qui passent entre les « mailles du filet » en matière d’aide financière est recommandée par le conseil d’arrondissement de Chicoutimi. Le tout sera soumis à l’attention de la Ville en vue d’une adoption pour 2021.

Le vice-président de l’arrondissement, Simon-Olivier Côté, a proposé, lors de la séance de mardi, de tendre la main aux organismes qui peinent à s’acquitter de leur mission en ces temps de pandémie.

S’il salue les fonds rendus disponibles par le gouvernement pour certains organismes depuis le printemps dernier, citant l’exemple de l’aide financière de 300 000 $ reçue par la Maison d’accueil pour sans-abri de Chicoutimi, le conseiller municipal souligne que plusieurs autres n’ont pas accès à de telles sommes.

Une situation d’autant plus difficile puisque les formes de financement habituellement mises de l’avant par ces organismes ne sont pas permises en raison des restrictions sanitaires.

« Un peu sous le même titre qu’on a fait avec les entreprises, avec Promotion Saguenay, qu’on est allés aider les entreprises qui tombaient dans les mailles du filet et qu’on n’était pas capables d’aider, le conseil d’arrondissement recommande que la Ville de Saguenay se dote d’un fonds d’urgence pour 2021, dans le cadre de la COVID-19, pour les organismes communautaires, et que ce fonds soit discuté en grand conseil de Ville pour une adoption pour 2021 », a proposé Simon-Olivier Côté.

La recommandation a été approuvée par tous les membres du conseil d’arrondissement de Chicoutimi.

Des policiers plutôt que des téléphones

Par ailleurs, le conseil s’est unanimement opposé à l’abolition du poste de policier à la réception du poste de quartier situé sur la rue Hôtel-de-Ville.

« Dans mon esprit à moi, il n’est pas question qu’on remplace un policier par un téléphone. On est le plus gros arrondissement de la ville de Saguenay et on a perdu le poste de police qui a été déménagé à Arvida », a expliqué le conseiller Marc Pettersen.

La recommandation faite mardi par le conseil suggère en contrepartie que soient changées les heures de service à ce poste de quartier pour que le policier à la réception soit présent le soir ou la nuit, plutôt que durant la journée, où les demandes sont moins fréquentes.

« C’est très important pour nous de maintenir ce service-là. Depuis que le poste de police est en place, on a vu une amélioration au niveau de la sécurité dans nos quartiers, du sentiment de sécurité », conclut Simon-Olivier Côté.