Le conseiller Simon-Olivier Côté était fier de présenter les sacs destinés aux collectes des déchets verts.

Vers un étude d'impact pour un deuxième pont

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, aurait confirmé au conseiller municipal Marc Pettersen sa volonté de débloquer le financement nécessaire à la réalisation d’une étude d’impact concernant la construction d’un deuxième pont sur le Saguenay. Le conseiller municipal, qui milite pour un autre lien qui relierait les rives nord et sud de Chicoutimi depuis neuf ans maintenant, en a fait part aux membres du conseil municipal de Saguenay, mardi soir.

Marc Pettersen a rencontré le premier ministre Philippe Couillard, mardi en matinée, lors de la conférence de presse annonçant l’investissement de 21 millions de dollars à la Société de transport du Saguenay. « Je lui ai parlé du deuxième pont et de la réalisation d’une étude d’impact. Il m’a confirmé qu’il le ferait », a affirmé M. Pettersen, en marge de la séance du conseil qui avait lieu à Jonquière. Questionné à ce sujet après la rencontre, le conseiller municipal a répété qu’il en avait eu la confirmation du premier ministre.

« J’ai senti une ouverture de sa part et aussi du ministre des Transports fédéral (Marc Garneau). L’étude d’impact démontrerait la nécessité d’un deuxième lien à Saguenay, et non pas à Tadoussac », a affirmé Marc Pettersen. Rappelons que le gouvernement provincial a annoncé, lors de son plus récent budget, un montant pour la création d’un bureau de projet à Tadoussac, concernant le projet d’un pont qui relierait Charlevoix à la Côte-Nord. Étant donné l’heure tardive à laquelle la séance du conseil s’est terminée, il n’a pas été possible d’avoir la confirmation de la part du premier ministre Philippe Couillard.

Recyclage

Par ailleurs, le conseiller municipal Simon-Olivier Côté était bien fier de présenter les sacs qui devront être utilisés par les citoyens pour la collecte des déchets verts (pelouse et feuilles). Ces sacs seront vendus dans les quincailleries, mais ce sont les employés municipaux qui se chargeront de les collecter. Les dates de ces collectes, qui auront lieu au printemps et à l’automne, ne sont pas encore connues. 

Simon-Olivier Côté en a également profité pour annoncer que Saguenay allait désormais recycler les sacs de plastique, comme les sacs d’épicerie, les sacs Ziploc, les sacs de pain, etc. « Il va suffire de mettre tous les sacs de plastique dans un même sac et ils pourront être jetés et recyclés dans le bac bleu. C’est vraiment intéressant », a expliqué Simon-Olivier Côté.

Le programme pour les entreprises de l'extérieur aboli

Le programme de crédit de taxes destiné aux entreprises de l’extérieur et mis sur pied par l’ex-maire de Saguenay, Jean Tremblay, a été aboli. Le conseil municipal a jugé que ce programme comportait des lacunes. C’est l’administration de l’ancien maire Tremblay qui avait annoncé la création de ce programme, visant à attirer des entreprises d’ailleurs à s’installer sur le territoire de Saguenay. Ces entreprises avaient droit à un crédit de taxes. Selon la mairesse Josée Néron, une seule entreprise a bénéficié de ce programme jusqu’à maintenant. « Nous proposerons quelque chose qui répondra mieux à nos attentes de développement économique », a affirmé la mairesse de Saguenay. 

Le conseiller municipal Michel Thiffault.

Le président de la Commission des sports de Saguenay et conseiller municipal, Michel Thiffault, a affirmé, mardi soir, qu’un plan B avait été pensé, advenant le cas où Saguenay ne recevrait pas les subventions nécessaires à la construction d’un stade de soccer intérieur. Un stade gonflable est une option pour le conseiller municipal.

En effet, questionné à ce sujet par le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, Michel Thiffault a déclaré que l’option d’un stade de soccer gonflable, comme le Stade Canac de Québec, figurait parmi les alternatives étudiées. 

Le Stade Canac est constitué d’une structure gonflable qui recouvre le terrain synthétique. Dominic Gagnon s’était rendu au micro pour faire part aux membres du conseil de cette idée. « C’est notre plan B. Je ne l’ai pas encore soumis au conseil, mais j’ai toute l’information nécessaire dans mon cellulaire. Nous attendons pour le moment les réponses à nos demandes de subventions et nous allons prendre une décision après », a répondu M. Thiffault. 

Centre Georges-Vézina

D’autre part, les membres du conseil ont adopté le nouveau règlement d’emprunt de 2,8 millions de dollars pour les travaux de rénovation du Centre Georges-Vézina. Alors que les travaux d’urgence auront coûté 575 000 $ pour solidifier le toit, des travaux en électricité, en chauffage et en rénovation seront maintenant effectués, comme Saguenay l’avait annoncé dernièrement. La mairesse Josée Néron a toutefois tenu à spécifier que cette somme ne s’ajoutait pas à la dette de la Ville, puisque cette somme avait déjà été adoptée dans le précédent budget. « Il s’agissait d’un règlement d’emprunt qui n’avait toujours pas été dépensé, alors il sera utilisé pour le Centre Georges-Vézina. Les systèmes électrique et de chauffage sont à changer, notamment », a précisé Josée Néron.