Le départ de Bernard Côté à la tête du Collège d'Alma serait imminent.

Vers un avenir meilleur, dit le syndicat

Le départ du directeur général du Collège d'Alma améliorera le climat de travail, estiment les présidents des trois syndicats de l'établissement, qui voient là une première étape vers des jours meilleurs.
Au lendemain de la démission de ce dirigeant contesté depuis des mois par des membres du personnel, les représentants syndicaux demandent une rencontre d'urgence avec la nouvelle direction générale. Normand Poniewiera, directeur des études, assure pour le moment la direction de l'établissement. Une rencontre nécessaire pour «rétablir un climat de confiance et surtout pour partager une vision commune de la gestion qui permettra de prendre des décisions éclairées et concertées visant la relance du Collège», écrivent les trois présidents syndicaux, Gino Chayer, Stéphane Dufour et Julie Simard, dans un communiqué de presse émis hier après-midi.
Depuis plusieurs mois, les syndicats déplorent une dégradation des relations de travail et l'instauration d'un climat de méfiance découlant d'une gestion «sans collégialité et peu respectueuse de ses propres instances, politiques et processus de décision.» Des décisions prises sans consultation, notamment la fermeture de programmes, les différents plans de redressement budgétaire et des changements majeurs à des politiques institutionnelles névralgiques, ont choqué plusieurs personnes au sein de l'établissement
À l'automne dernier, les syndicats des enseignants (SEECA), des employés de soutien (SEESCA), ainsi que des professionnels (SPGQ N-02) ont demandé au conseil d'administration ainsi qu'au Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science d'éclaircir la situation et d'intervenir afin de rétablir un meilleur climat.